A-013-006-001

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.

















Doc. B

REPUBLIQUE du NIGER
MINISTERE des AFFAIRES ECONOMIQUES
du COMMERCE et de l’ INDUSTRIE

DIRECTION des AFFAIRES ECONOMIQUES


NOTE SUR LE COUT DE LA SACHERIE
DE LA SONARA (1965/66)


Le coût de la sacherie, tel qu’ il ressort du compte d’ exploitation de la SONARA pour l’ exercice 1965/66, s’ élève à :


DEBIT



Stock au 30.9.65 138.298.840


Achats 314.305.428


Douane 15.490.234


Transit 18.128.124


Prêt maritime 3.078.499


489.301.125


CREDIT



Stock au 30.9.66 142.269.130


Ventes au Niger 48.241.052


Ventes exportations 3.883.619


Coût sacherie 294.907.324


489.301.125


En divisant 294.907.324 franc par l’ ensemble du tonnage produit, 157.316 tonnes, on obtient un coût sacherie par tonne de 1.874 francs. Bien qu’ inférieur au coût fixé au barème (1.900), il parait invraisemblable.


De fait, en supposant que toute la production est vendue ou exportée en sacs, il aurait fallu, à raison de 13 sacs par tonne :
13 x 157.316 = 2.045.108 sacs


.../...


Le prix moyen du sac étant de :



1.601.679 x 126 Frs = 201.811.554 Frs (stock entrée)


1.850.000 x 146 Frs = 270.100.000 Frs (achats)


3.451.679 x 137 Frs = 471.911.554 Frs



le coût sacherie par tonne aurait été de :
137 x 2.045.108 = 1.781 Frs
157.316


Or, seul un tiers de la production est vendue ou exportés en sacs et les deux tiers en vrac  : il est donc exclu que le coût sacherie pour un tiers en sacs (1.876) soit supérieur au coût sacherie pour la totalité en sacs (1.781).


Par ailleurs, les éléments de la comptabilité matière confirment cette invraisemblance, comme on peut le constater à la lettre des tableaux suivants :



I : SACS JUTE


Sacs neufs


Sacs usagés


TOTAL



Stock au 30.9.65


855.699


745.980


1.601.679





2.705.699


745.980


3.451.679



Stock au 30.9.66


- 241.538


- 1. 193.132


- 1.433.670





2.464161


- 446.152


2.018.009



II : SACS CHARROI


Sacs neufs


Sacs usagés


TOTAL



stock au 30.9.65


-


75.644


75.644
</cellule



Achats 1965/66


250.000


-


250.000





250.000


75.644


325.644



Stock au 30.9.66


- 243.000


- 202.825


- 445.825





- 7000


 ?


 ?


.../...


En retirent des 2.018.009 sacs en jute utilisés, le nombre des sacs vendus après usage, 927.620 sacs, l’ évolution des stocks indique qu’ il a fallu pour les 51.847 tonnes vendues ou exportées en sacs :
2.018.009 - 927.620 = 21 sacs par tonne
51.847


Or, il n’ en faut réellement que 13 sacs par tonne. Quant aux sacs "charroi" le mouvement des stocks fait apparaître une anomalie : on trouve au stock en fin d’ exercice plus de sacs qu’ il n’ en existait au stock d’ entrée et qu’ il n’ en a été acheté en cours d’ exercice.


De toute évidence les données comptables de la sacherie sont totalement fausses  : il semble à priori que des sacs "charroi" n’ aient pas été comptabilités à l’ inventaire en début d’ exercice et que des sacs en jute n’ aient pas figuré à l’ inventaire en fin d’ exercice.


Sur le plan théorique et compte tenu des tonnages réellement exportés ou vendus en sacs et des tonnages exportés en vrac, lenombre de sacs nécessaires au transport des 157.316 tonnes décortiquées est de :



Tonnages sacs 51.847 x 13 = 674.011 sacs sortis


Tonnages vrac 105.469 x 13 = 1.371.097 sacs revenus

157.316 x 13 = 2.045.108


.../...


On constate cependant que sur les 2.045.108 sacs nécessaires au transport de la totalité de la production de 1965/66, 674.001 sacs ont accompagné les tonnages et sont donc sortis du circuit et 1.371.097 sacs sont revenus après avoir effectué un seul voyage.


pour calculer le prix de revient de ces sacs, dans l’ hypothèse où ils sont neufs, les sacs sortis sont comptabilisés au prix d’ achat et les sacs revenus après un voyage sont amortis au tiers de leur prix d’ achat.


de fait il est admis qu’ un sac en jute peut faire trois voyages au maximum , dans ce cas il est inutilisable après usage ; mais s’ il ne fait que deux voyages, il est revendu au tiers de son prix d’ achat . Ainsi quelque soit l’ hypothèse retenue, le sac de jute coûte le tiers de son prix d’ achat par voyage effectué.


donc, le coût de la sacherie en jute correspondant à la production commercialisée de la campagne 1965/66 est au maximum de :
137 Frs x (674.011 + 1.371.097) = 154.958.891 Francs
3


Quant à la sacherie "charroi", il est apparu que 150.000 sacs neufs n’ avaient pas été comptabilisés à la clôture de l’ exercice. Cette correction permet d’ évaluer le prix moyen du sac "charroi", comme suit :



225.644 x 262 = 59.118.728 (stock entrée)


250.000 x 250 = 62.500.000 (achats)

175.644 x 256 = 121.618.728


.../...


Le coût sacherie "charroi" pour l’ exercice 1965/1966 est donc de :
256 Frs x 29.819 sacs utilisés = 7.33.664 Frs


Ainsi le coût global de la sacherie pour la campagne 1965/66 s’ élève à :



sacherie "jute" : 154.952.891 Francs


sacherie "charroi" : 7.633.664 Francs


162.586.555 Francs



Soit un coût réel sacherie par tonnes de 1.034 Francs, au lieu de 1.874 Francs. Il y aurait donc par rapport au compte d’ exploitation, une économie de : 157.136 x (1.874 - 1.034) = 132.145.440 francs


les données techniques de l’ opération sacherie venant infirmer les données comptables, dans des proportions considérables, il importe de corriger les erreurs ayant entraîné l’ écart constaté, afin de réévaluer le compte d’ exploitation à sa juste valeur.


Pour ce faire, il s’ agit d’ abord de reconsidérer les stocks et leur mouvement à l’ aide de la comptabilité matière, et ensuite de procéder à leur réévaluation.


Le décompte des sacs utilisés par tonnages commercialisés est le suivant :


.../...


créer atelier de rapiéçage des



TONNAGES


DESTINATION


SACS


TOTAL



33.010


Exportations marché inter


429.130


429.130



7.767


Exportations marché franç


100.975


100.975



10.369


Huileries tonnages décort


134.877


-



451


Huileries tonnages coques


16.927


-



832


Semences : 1/3 tonnages


10.396


162.200



12.472


Transport tonnages coques


463.800





713


Solde transport


9.269


473.069



91.702


Transport décortiquées


1.192.132


1.192.132



157.316






2.357.506


Sur l’ ensemble des sacs ainsi utilisés :



429.130 sont exportés sans être facturés


100.975 sont exportés facturés


162.200 sont vendus sans facture distincte


473.069 sont vendus facturés


1.192.132 sont stockés


2.357.506



Par ailleurs, la totalité des recettes obtenues par la vente des sacs qui apparaissent au compte d’ exploitation se décompose comme suit :



CFDT 93.000 sacs x 70 = 5.510.000


DIVERS 473.069 sacs x 50 = 23.653.450


" 361.552 sacs x 50 = 18.077.600

927.621 sacs

TOTAL VENTES AU NIGER : 48.241.050


TOTAL VENTES EXPORTATIONS :


100.975 sacs x 38 = 3.883.619


1.078.596 sacs x 50,6 = 52.124.669


La comptabilité matière des sacs en jute aboutit aux résultats suivants :


.../...



Stock au 30.9.65 1.601.679 sacs


Achats 1965/66 1.850.000 sacs

3.451.679 sacs

A déduire


- Stock au 30.9.66 - 241.538 sacs neufs


" " - 1.192.132 sacs usagés


- Exportations - 429.130 sacs exportés


- Ventes sacs pleins - 162.200 sacs vendus pleins


- Ventes facturées - 1.028.596 sacs vendus


Différence : 398.083 sacs manquants


En définitive, deux corrections s’imposent dans la composition des stock :



1/ ajouter 150.000 sacs "charroi" au stock d’ entrée


2/ ajouter 398.083 sacs "jute" au stock de sortie


En fait, les stocks n’ avaient pas été sous-évalués du fait uniquement de l’ omission d’ une certaine quantité de sacs, mais aussi de l’ application aux sacs d’ une valeur très inférieure à leur coût réel.


Ainsi, en augmentant les stocks des quantités qui n’ y figuraient pas et en y portant les sacs au coût unitaire moyen, la réévaluation des postes "sacherie" du compte d’ exploitation se présente ainsi :


.../...



Stock au 30.9.65 .................................. +

260.930.282


- sacs jute 1.601.679 x 126 = 201.811.554


- sacs charroi 225.644 x 262 = 59.118.728

260.930.282

Achats exercice 1965/66 .......................+

+ 351.002.288


- sacs jute 1.850.000 x 146 = 270.100.000


- sacs charroi 250.000 x 250 = 62.500.000


- ficelles = 12.402.288

378.889.560

Stock au 30.9.66 ......................................

- 376.889.560


- sacs jute 1.831.735 x 145 = 267.433.310


- sacs charroi 445.825 x 250 = 111.456.250

378.889.560

Ventes exercice 1965/66 .......................................

- 52.124.669


- sacs jute 1.028.596 x 50,6 = 52.124.669


COUT SACHERIE 180.918.341
soit un coût sacherie par tonne de 1.150 Frs


les coûts moyens des sacs jute ont été établis à partir de la moyenne pondérée des achats en 1965 pour le stock d’ entrée et des achats en 1966 pour le stock de sortie, de la manière suivante :



1965


300.000 sacs x 107 fr


300.000 sacs x 110 fr


300.000 sacs x 162 fr

moyenne 126

1966

600.000 sacs x 135 fr


600.000 sacs x 140 fr


650.000 sacs x 162 fr

moyenne 146


.../...


On constate donc à l’ issue de cette analyse que l’ estimation théorique comme le calcul pratique, à partir de la comptabilité analytique, du coût net de la sacherie pour l’ exercice 1965/66 coïncident à soixante dix milles francs près :



Coût brut sacherie 180.918.341


Coût ficelles - 18.402.288


Coût net sacherie : 162.516.053


Estimation théorique : 162.586.555


Par ailleurs, le Directeur de la SONARA a confirmé avoir omis volontairement les 150.000 sacs "charroi" dans le stock en début d’ exercice et seulement 300.000 sacs jute dans le stock de sortie : il s’ agissait de sacs qui avaient été commandés et payés d’ avance mais qui n’ étaient pas arrivés en magasin. Au lieu de les porter comme "marchandises en cours de route" a l’ inventaire du stock, ils ont été écartés en vue de constituer une certaine réserve occulte.


Compte tenu de ce que les 98.083 sacs supplémentaires n’ existaient donc plus au 30.9.1966, le montant de la réserve occulte effectivement disponible à la SONARA n’ est pas de  :



Résultats compte exploitation : 294.907.324


Coût brut sacherie  : - 180.918.341


113.988.983



.../...


mais s’ élève plutôt à :



Recettes sacherie (agréées par CSPPN) : 156.484 x 1.900 = 297.319.600


Coût net sacherie : 162.516.053


Coût ficelles : 18.402.288


Pertes sacherie :


98.083 x 146 : 14.320.118


195.238.459 - 195.238.459




Réserve occulte disponible  : 102.081.141


Cependant, ce montant dû à la CSPPN a été diminué des pertes inhérentes en grande partie à la gestion des stocks de la SONARA : celà signifie en d’ autres termes que la CSPPN accorde une prime de "mauvaise gestion" à la SONARA .


Aussi est-il nécessaire de chiffrer le plus exactement possible, pour l’ établissement du barème, l’ ensemble des pertes engageant la responsabilité de la SONARA et non les finances de la CSPPN.


Pour ce faire, on réévaluera les résultats du compte d’ exploitation déjà corrigé de la page 8 à.la lumière des conclusions du tableau ci-joint retraçant la provenance et l’ emploi des sacs jute vendus d’ une part et des constatations faites jusqu’ici d’ autre part : il s’ agit en fait de tenir compte des :




- 98.083 sacs sortis du circuit


-  333.653 sacs déclassés qui ont été vendus "usagés alors qu’ils auraient pu encore servir une fois.


Quelle est la preuve qu’ ils n’ ont pas effectivement ressentis au prix du neuf ?
ils ont été c’est qu’ ils pourraient encore servir - rapiéçage


Ainsi, en majorant le stock de sortie au 30.9.66 de :
146 Rs x (33.653 - 98.083) = 34.393.220 Rs


et en minorant le poste "ventes au NIGER" de :
50 Rs x 333.653 = 16.682.650 Rs


les résultats du compte d’ exploitation sont ramenés à :



180.918.341


- 34.393.220


+ 16.682.650


163.207.771 soit 1.037 par tonne



Donc, la majoration pour pertes dues à la gestion de la SONARA , du coût net de la sacherie est de :
180.918.341 - 163.207.771 = 17.710.570 Francs


En rapprochant le coût définitif de la sacherie, dans l’ hypothèse d’ une gestion idéale, de l’ estimation théorique précédente, on arrive à la conclusion que la coût sacherie au barème ne devrait pas excéder 1.037 Rs par tonne.


Cependant, en considérant le caractère systématique de certains coulages qu’aucune vigilance ne peut écarter, on peut admettre que la CSPPN accepte de prendre en charge la moitié des frais occasionnés par les pertes, l’ autre moitié restant à l’ entière responsabilité de la SONARA ; le coût sacherie du barème peut donc être majoré de :



17.710.570  : 157.316 = 56 Francs par tonne
2


soit : 1.037 + 56 = 1.093 Francs par tonne ( arrondi à 1.100 Francs).


.../...


En conclusion, la présente Note sur le coût de la sacherie de la SONARA pour l’ exercice 1965/66 débouche sur deux conclusions majeures :



1/ qu’ il existe une réserve occulte disponible de 102 Millions


2/ que le coût sacherie du barème est fixé à 1.100 francs au lieu de 1.500 francs par tonne


NIAMEY, le 31 juillet 1967

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique