B-006-003

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre 2009.

Fait à Montréal le 9.12.68 à 5 heures a.m.

Le mercredi 4.12.68, Mat me téléphone pour me dire, entre autres :

« Le président Diori part demain matin pour Abidjan. Tu ferais bien de faire toi aussi un saut, pour clarifier l’affaire du blé » .

Je lui réponds :

« Il faut que FHB me convoque. Je ne viendrai pas de mon propre chef . »

Mat insiste, je refuse.

Le lendemain , 5.12.68 , Diori arrive à Abidjan à 8 heures. A 11 heures il me téléphone personnellement pour m’informer que FHB me convoque. Mat , par un deuxième coup de fil, me confirme.

Je me mets immédiatement à préparer un long rapport de quelque dix pages, exposant dans la première partie l’affaire du blé, et décrivant dans la seconde ce qu’a été mon action au Canada. Notre Rank Xerox brûle, je vais faire les photocopies de mon rapport chez Beyrard à 20 h 30. Je prends le soir même l’avion pour Abidjan à 21 h 45 ( avec deux heures de retard, il ne partira qu’à 23 h 45 ).

Arrivé à Abidjan à 7 h 30 le 6.12.68 , je téléphone à Mat à l’hôtel Ivoire. On se retrouve à 8 h 15 à la résidence du Palais. A 8 h 30 , Diori me reçoit et me dit :

" FHB est furaxe. Il a dit à Paul Martin qu’il ne voulait pas du blé canadien s’il fallait payer des commissions et le fret. Il vous a même attaqué et je lui ai rappelé votre serment pour lui dire que vous ne pouviez avoir participé à ces commissions. Il vous recevra aujourd’hui ’

Je remercie Diori de ce qu’il fait pour moi, et je lui demande d’être présent à mon entrevue avec FHB.

A 11 heures, après la lecture du communiqué du Conseil de l’Entente, FHB et Diori me reçoivent ensemble dans le salon de la villa FHB au Palais.

Je lis la première partie de mon rapport montrant que j’ai agi sur les instructions de Diori au Niger, et de Bédié en Côte d’Ivoire. Quand j’en ai terminé, FHB, abasourdi, déclare :

« Mais je ne savais pas tout cela. Dans quelle situation on vous a mis’... »

Diori intervient pour protéger Bédié et dit à FHB :

« Il est jeune et il a eu peur de te dire qu’il avait couvert l’opération quand il a vu que tu n’étais pas d’accord » .

J’entame la seconde partie de mon rapport, où je décris mon action au Canada, action qui nous a permis d’arriver aux dons en blé .

FHB est énervé : il sait qu’une erreur a été commise, qu’elle est irréparable car il a DEJA parlé à Paul Martin de commissions et de fret. Il prétexte la nécessité de voir les autres Chefs d’Etat qui doivent partir dans quelques heures pour s’en aller. Diori le retient, lui demande d’écouter jusqu’à la fin.

FHB, en dépit des efforts de Diori, ne veut rien entendre. Il ne veut du blé canadien que sans commission et sans fret.

Sans commission parce que, dit-il, Tubman est accusé de recevoir une partie des commissions versées aux sociétés étrangères, ce qui l’a discrédité. Nous sommes pauvres, notre pays est petit, nous devons au moins préserver notre honorabilité. Modibo vient d’être renversé, et on l’accuse, lui aussi, d’avoir touché des prébendes. Je ne veux pas qu’un jour, on puisse m’accuser de même.

Quand au fret, je ne veux pas créer de précédent, dit FHB. Car les Américains, quand ils nous donnent du blé, le font fret payé.

Nous nous séparons à midi. Je demande à FHB une confrontation avec Bédié.

Diori me demande les textes pour faire nommer par FHB Deschênes : « Je les ferai taper par Mme Plazanet et les donnerai à signer à FHB ».

Je revois Diori à 16 heures. Il est très ennuyé car il craint, à juste titre que le groupe canadien, restant avec le blé sur les bras et accusé d’escroquerie, ne se détourne de nous.


« Je lui en ai reparlé, dit-il. FHB ne veut rien entendre. Il faudrait que vous alliez à Montréal revoir Trudeau, lui expliquer ce que nous avons fait pour le Canada dans l’affaire de la francophonie, lui expliquer ce qui s’est passé pour le blé. Il ne faut pas que les belles perspectives qui s’offraient à nous s’assombrissent ... »

Je donne à Diori le texte remis par le Niger pour la nomination de Pierre Thomas comme consul. Il veut en faire signer de semblables à FHB pour la nomination de Deschênes comme consul de Côte d’Ivoire.

A 20 h 30 , je vais avec Mat rencontrer Diori. Il fait sa prière. On l’attend . Diori nous reçoit, son dîner refroidit . Il rapporte qu’il n’a pu convaincre FHB de nommer immédiatement Deschênes. FHB veut attendre le retour d’Usher en traitement à Paris.

Diori m’informe que FHB me convoque à sa ville de Cocody, le lendemain samedi 7.12, à 8h30.

A 8h30, le samedi 7.12.68, je suis chez FHB. Il me rejoint au salon à 8h45. Il me parlera pendant deux heures pour me dire :

  • 1 - Que j’ai beaucoup d’ennemis en Côte d’Ivoire et surtout en France. Même que celui que je croyais être le plus grand ami il y a quelques mois encore (Roger) avait essayé de me descendre ;
  • 2 - que si lui, FHB, avait été influençable, le dixième de ce qui avait été rapporté sur moi aurait dû l’amener à se séparer de moi ;
  • 3 - qu’il avait toujours autant confiance en moi ;
  • 4 - que la situation en C.I. était différente de celle du Niger, que Diori lui, pouvait encore diriger le pays directement, personnellement . Qu’en C.I., ce stade était dépassé, que lui, FHB, était obligé de gouverner par l’intermédiaire de ses ministres. Que ceux-ci étaient jaloux de leurs prérogatives et tenaient absolument à leur « souveraineté » dans leur aire de responsabilité ;
  • 5 - qu’il lui fallait prendre soin de ne pas marcher sur leurs plate-bandes, car « ce sont souvent des erreurs de ce genre qui poussent certains jeunes à recourir aux putschs dont aucun de nous n’est à l’abri ».
  • 6 - qu’il ne peut nommer donc Deschênes sans consulter Usher.

A 10h45, arrive Bédié. Il expose sa thèse, essaie d’embrouiller les dates, prétent que s’il avait été responsable, il aurait endossé ses responsabilités.

Je lui mets sous le nez son telex du 28.11.68, acceptant en principe « les conditions de réalisations » sous la seule réserve de l’annonce officielle du don par le gouvernement canadien.

Sa réponse : « Je suis un juriste. Dés que le gouvernement canadien aurait donné son accord, j’aurais eu le blé et je n’aurais pas payé de commissions ».

En d’autres termes, il voulait « rouler » ses partenaires canadiens , et cela, sans m’avertir :

Je réponds que dans mon telex du même jour et qui a provoqué sa réponse-telex, je lui signalais DEUX CONDITIONS (la commission et le fret) et que dans sa réponse, il écrivait « conditions » au pluriel, donc il acceptait les DEUX conditions.

FHB dit, en regardant Bédié dans les yeux :

« Puisqu’une faute a été commise, Bédié, et pour s’en sortir, si nous ne payons pas la commission, il faut accepter le blé en payant le fret ».

Bédié s’y oppose, en relevant que FHB ne pouvait se contredire, car il avait dit à Paul Martin qu’il ne voulait le blé que sans commission et sans fret. FHB répète que « puisqu’une erreur a été commise », on peut payer le fret.

Il est 12h30, FHB se retire. Je dis à Bédié : « Donc, si nous payons que le fret, on accepte le blé ? ». Il dit « Non ». Alors je lui propose d’attendre à nouveau FHB. Celui-ci revient, je lui repose la question, il soutient ma version.

Je déjeune avec Mat. Je lui fais le récit de ce qui s’est passé . Son opinion est la suivante :

  • a - Bédié essaie de m’éliminer du circuit ;
  • b - Bédié essaie d’être dans les bonnes grâces des Français pour préserver ses chances de dauphin.

A 18 heures, je vais voir Dia. Je lui lis mes deux rapports et lui fais aussi le récit des événements. Il est sincèrement affligé que Bédié ait tenté de me faire passer pour un escroc. Il s’étonne de son attitude, car sa trésorerie est à sec et il n’a pas d’argent pour deux semaines d’avance. « Il a pris des Eurodollars et il en était très fier. Or il n’y avait pas de quoi car il s’agit de l’argent à 9% et de plus il a utilisé cet argent à construire son palais des Finances qui va lui coûter plus d’un milliard de CFA ».

Et il me conseille :

  • a - de switcher les 15.000 tonnes de blé de la C.I. vers le Niger
  • b - de trouver les 50 M. de dollars pour les barrages du W
  • c - d’abandonner la promotion économique de la C.I.

A 19h, Bédié me joint au téléphone et me dit que nous sommes convoqués à la villa du Président à 19h15. Là il y a, en plus de FHB, Bédié et moi, l’ambassadeur Ahoua.

Bédié est rayonnant. Les GMA ne donnent que 16,50 CFA par kilo de Manitoba qui est , dit-il , inférieur en qualité au blé français, alors que Diori s’attendait à en recevoir 23. Je rétorque que les statistiques ivoiriennes de 1967 donnent un prix moyen de 21 CFA par kg, Bédié dit que le blé a baissé en 1968. Je m’étonne qu’il ait baissé de 20-25 % en un an.

Au moment de quitter la villa, je demande à Bédié si on prend le blé. Il répond : « Non, car nous n’avons pas de place dans les silos ».

A 21h45, je prends l’avion pour Paris où j’arrive le dimanche matin 8.12 à 8h15. Ce même dimanche, à 14h30, je m’embarque pour Montréal où j’arrive à 17 heures heure de MTL. René, André, Joe et Pierre m’attendent à l’aéroport.

Portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique