B-020-001

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre 2009.

CENTRE D’INFORMATION DU NIGER

TAITBOUT 59-58
50-40

LE DIRECTEUR
jb/dh

Remis au Président par moi
le 3.10.68 à l’ambassade du Niger

13. BOUL. HAUSSMANN
PARIS-IXe

le 3 octobre 1968

S.E. Monsieur Hamani Diori
Président de la République du Niger

Monsieur le Président,

1°/ - La presse allemande.


  • a - Il semble se confirmer, malheureusement, que la presse allemande a réagi très mollement durant votre récente visite en République Fédérale. Je suis arrivé à cette conclusion, car le Dr Koch, directeur du département Afrique au Ministère de l’Information, qui était censé m’envoyer toutes les coupures relatives à votre visite, hésite à le faire.

    Sur le plan journalistique, l’échec est patent. Je le regrette, car je pensais qu’en mâchant le travail pour eux, en mettant à leur disposition un dossier complet, en allemand, - avec texte de synthèse sur la Convention, revue de la presse allemande sur votre précédente visite officielle en RFA et biographie - nous aurions obtenue plus d’échos.
  • b - Le seul journaliste allemand ayant publié un grand article est notre ami Monsieur Ehrhardt, qui a repris nos arguments dans le « Handelsblatt », le plus important journal économique (voir, ci-joint, coupure envoyée par Ehrhardt ainsi que sa traduction).
  • c - J’ai essayé de savoir les raisons de cette apathie. Les voici :

    • - Il est vrai que la presse allemande est fortement influencée par les milieux d’affaires, mais cette explication ne suffit pas, car, en fait, j’ai pu organiser une campagne de presse allemande contre les bananiers allemands, au point que le gouvernement allemand s’en est plaint au Président Houphouët .

    • - Si j’avais fait moi-même la tournée des journalistes, nous aurions certainement eu plus de succès (c’est ce que je vais essayer de faire en Hollande).

    • - Deux de nos amis - Holzer et Gröte - au moins, étaient en vacances à la mi-septembre.

    • - Le professeur Ansprenger vient de me dire que les Allemands - comme les Européens - « ne s’intéressent à l’Afrique que quand il y a du sang ! ».
  • d - Quoi qu’il en soit :

    • - Braumann m’a promis un grand article sur le Convention avant le 15 octobre ;

    • - Mademoiselle von Brochowski, Allemande, adjointe du service de presse de la Commission, a été offusquée d’apprendre que ses compatriotes n’avaient rien fait, et m’a dit : « Dis au Président Diori que dans les deux semaines, il y aura une demi-douzaine d’article dans les journaux allemands. Je vais faire pression sur leurs correspondants à Bruxelles ».

2°/ - La presse italienne.


Je n’en ai reçu aucun écho, et là aussi, je suis inquiet.


Jusqu’à présent, je n’ai reçu qu’une lettre du secrétaire général (voir photocopie ci-jointe) de la Conférence Générale de l’Industrie Italienne ; mais là aussi, comme vous le remarquerez, son Président, Monsieur Torello Giunti, était absent.

3°/ - La presse française.

  • a - Après hésitations sérieuses - car, là aussi, on pense que « l’Afrique n’intéresse personne », Monsieur Edwin Forte et Madame Hubert - Rodier, Président et Secrétaire-Générale de la Presse Diplomatique, ont accepté d’organiser un déjeuner pour le 17 octobre, le jeudi 10 étant pris par l’Ambassadeur des Etats-Unis. Ils pensent pouvoir inviter plus de cent journalistes. Dès mon retour de Hollande, j’essaierai de mobiliser aussi le maximum de journalistes.
  • b - Mallarde, de « Combat », m’a promis un très grand article, soit mardi prochain, soit le vendredi 11. Parce que, à « Combat » aussi, il faut que les journalistes se bagarrent pour qu’on leur réserve une bonne place.
  • c - Par contre, Decraene n’a pas encore tenu une promesse similaire, ni Desjardin, qui dirige la rubrique Afrique au « Figaro », en l’absence de Mennelet.

4° / - La presse hollandaise.

  • a - Je déjeune avec sept journaliste Hollandais le mardi 8 octobre, c’est-à-dire juste votre entrevue avec les milieux d’affaires et la conférence de presse.
  • b - Le fait qu’un groupe de journalistes visiteront le Niger un mois plus tard, amènera, sans doute, l’ensemble de la presse à réagir d’une façon positive.
  • c - Monsieur Steketee, directeur du Africa Institut, qui a organisé la réunion avec les milieux d’affaires, comme la conférence de presse, viendra me prendre demain à l’aéroport d’ Amsterdam, et j’essaierai de voir de plus près ce qui a été fait, avant votre arrivée à La Haye.

5° / - La presse belge.


Mademoiselle Von Brochowski m’a affirmé au téléphone que votre conférence de presse le 11 octobre à Bruxelles « sera formidable ».


Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments dévoués.

Portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique