B-045-001

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre 2009.

Remis au Président le 15/4/68

CENTRE D’ INFORMATION DU NIGER

TAITBOUT 59-58 50.40

LE DIRECTEUR

Dossier Aff. sacherie

13. BOUL. HAUSSMANN
PARIS-IX°

Le 13 Avril 1968

Monsieur le Président de la République
NIAMEY - Niger


Monsieur le Président,


J’ ai eu deux entrevues, longues de plusieurs heures, avec Monsieur Farahat. De ces entretiens - qui suivaient la lecture de ses rapports sur la gestion de la SONARA en 1965-1966 - j’ ai retiré un certain nombre de renseignements que je rapporte ci-dessous :

1°La comptabilité

Sa médiocrité est dûe aux faits suivants :

  • a - M. Bucquoit ne s’ y est jamais intéressé ; s’ il l’ avait fait, il aurait pu redresser plusieurs erreurs grossières qui y figurent, sans compter que le responsable de la comptabilité se sachant contrôlé aurait fait preuve de plus de minutie.
  • b - Le chef comptable, M. Mihailitz est apparemment dépassé par l’ énormité de sa tâche : sa capacité personnelle est celle d’ un comptable d’ une entreprise moyenne en France, et non d’ une société énorme au Niger.
  • c - La pénurie aigue de personnel adéquate complique encore la tâche de M. Mihailitz.

2° La sacherie

  • a- Le nombre de sacs neufs achetés est tel que l’ on est obligé de conclure qu’ on n’ a eu recours qu’ aux sacs neufs - à l’ exclusion de tout sac usagé - pour l’ exportation des arachides du Niger (voir chiffres à la page 2 de la note sur la sacherie).
    • b- Que deviennet les sacs usagés ?
      Au juste, on n’ en sait rien. En effet :
      • - même en s’en tenant aux comptes de la SONARA, il en manque 410.000 pour le seul exercice 1965-1966 (voir Annexes 4 et 5 de la Note sur la Sacherie),
      • - le reste est censé avoir été vendu - SANS AUCUN CONTROLE,
      • - il est étonnant de constater que les centaines de milliers de sacs usagés ainsi vendus chaque année soient propres au transport d’ autres céréales plus menues - telles que le riz - mais pas aux arachides,
    • c - Il n’ y a aucune garantie que les sacs neufs entrés en magasin ne soient revendus comme sacs usagé et réintégrés dans le circuit commercial, au prix du neuf bien entendu.
    • d - Il n’ y avait d’ « état de magasins » à Dosso pour les sacs. Et quand, finalement M. Farrahat a reçu le « Livre de magasin », les pages afférentes à 1965-1966 étaient déchirées. Donc il y avait eu vol.
    • e - Normalement on n’ aurait pas dû acheter de sacs neufs en 1967-1968, car il y avait en stock, en principe :
      900.000 sacs neufs
      1.300.000 sacs usagés
      C’ est à dire suffisants pour l’ ensachage de toute la récolte.
    • f - Sur les achats annuels de sacs,
      • - la SONARA en achetait 300.000 directement en France,
      • - Copro-Niger achetait le reliquat au Pakistan. Comme les prix au Pakistan sont fort bas, il conviendrait de regarder de plus près la facturation de Copro Niger.
    • g - En 1966-67, par suite d’ imprévoyance", la SONARA a été obligé de commander en extremis 600.000 sacs supplémentaires en France.

    3° Décortiqueries

    • a - Toutes les installations - 120.000.000 de CFA - ont été achetées par Bucquoit sans aucun contrôle : il a reconnu n’ avoir présenté ni devis, ni rapport de rentabilité, ni avant d’ acheter ni après ;
    • b - les deux décortiqueries de Dosso et de Tchadaoua de la SONARA qui ne traitent que moins de 35.000 tonnes d’ arachides par an, perdent 40.000.000 de CFA chaque année ;
    • c - il y a, très probablement, malversation à la décortiquerie de Dosso où la simple manipulation des arachides revient à quelque 680 CFA, la tonne, contre 420 seulement à la décortiquerie de Tchadaoua ;
    • d - à la décortiquerie de Dosso, d’ après le régistre des salaires, il a fait 300 manoeuvres pendant 3 mois et quelque, pour manipuler 10.000 tonnes d’ arrachides soit environ 200.000 sacs. En supposant que chaque sac soit manipulé 2 fois - le déchargement des camions étant effectués par des tiers - cela signifie que chaque homme ne manipule que 18 sacs par jour soit deux fois moins qu’ à Tchadoua.

    4°Transports

    • a - Cette section des activités de la SONORA perd quelque 32.000.000 de CFA par an, alors que les privés en gagnent ;
    • b - Interrogés pour savoir si la SOMARA avait transporté des arachides en 1964-65 :
      • - le comptable répondait « Non »,
      • - Bucquoit disait « Je crois que si »,
      • - Poggi, présentait des tableaux pour 25.000.000 de CFA ;
    • c - le chapitre « dépenses pour réparations » pour les 20 camions Berliet de la SOMARA, s’ élève à 31.000.000 de CFA par an, soit plus de 1.500.000 par camion et par an ;
    • d - personne ne sait si les camions reviennent à vides, ou pleins, et dans ce dernier cas qui encaisse les frais de transport des marchandises ramenées au Niger ;
    • e - il n’ existe aucun contrôle sur les transports par les tiers des différentes zones vers Kano par exemple.

    5° Le compte d’ exploitation

    Il y a fraude fiscale dans la mesure où de nombreux investissements sont passés en frais généraux - et les bénéfices réduits d’autant au-lieu d’être amortis sur 3, 5 ou 8 ans.

    CONCLUSIONS

    • 1. M. Farahat pense que l’ erreur fondamentale a été de faire trop confiance à M. Bucquoit. Celui-ci se sentait tellement puissant qu’ il se permettait :
      • a - de négliger de réunir le Conseil d’ Administration plus que fantomatique puisqu’il ne sert réuni que 3 ou 4 fois en 4 ans,
      • b - d’ entreprendre de nouvelles actions, engageant 100 ou 150.000.000 de CFA, sans consulter personne, sans se donner la peine de préparer un devis, ou un rapport de rentabilité,
      • c - de se désintéresser de certains problèmes dont la solution est la condition fondamentale d’une gestion saine de l’ entreprise.

      Monsieur Farahat se rallie par ailleurs à votre point de vue en ce qui concerne la nécessité d’ avancer la date de clôture des exercices financiers de la SOMARA du 30 Septembre - traduction actuelle - au 31 Mai ou au plus au 30 Juin. Même si cela devait perturber les vacances annuelles des intéressés.

    • 2. Je pense que :
      • a - des enquêtes sérieuses et minutieuses doivent être ordonnées dans chacune des branches d’ activité de la SONARA citées ci-dessus.
      • b - il faudra que les responsables qui ont « perdu » des documents comptables s’ expliquent,
      • c- il faudra demander aussi des comptes à ceux qui se sont rendus coupables de malversations, ou ont simplement manqué, à leur devoir, en négligeant, par exemple, d’effectuer les contrôles qui s’ imposaient,
      • d - il faudra essayer de savoir enfin s’ il n’ y a pas collusion financière consciente - pots de vin et commissions, prix de vente à la SONORA surévalués, prix de vente de la SONORA sous-évalués - entre fournisseurs et clients de la SONORA d’ une part, et la direction de celle-ci aux divers échelons de l’ autre.

    Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’ expression de mes sentiments dévoués.

    Baulin

    Portfolio

    Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
    Plan du site
    Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique