B-047-004

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre 2009.

III. LES DONNEES DE LA SITUATION AU TOGO


Parmi les trois pays à direction militaire du Conseil de l’ Entente, le Togo est celui dont l’ état se rapproche le plus d’ une situation normale. Lomé, s’ est enrichie par un trafic intense depuis l’ amélioration des rapports avec le Ghana. L’ ouverture d’ un prot franc suscite une intense activité commerciale. Beaucoup de marchandises transitent par le territoire, laissent localement de substantiels profits à la bourgeoisie commerçante. La ville de Lomé s’ agrandit, s’ embellit de toutes parts. Aucune catastrophe économique ou sociale ne se profile à l’ horizon, comme au Dahomey voisin.

Eyadema fait preuve de sérieux

A l’ inverse de son collègue Lamizana, le Général Etienne Eyadema impose à l’ ensemble des fonctionnaires une discipline exigeante. Les bureaux administratifs ouvrent à l’ heure avec tout leur personnel. Les bâtiments publics sont admirablement entretenus, sans le concours ni la surveillance d’ aucun Européen. Le Chef de l’ Etat donne personnellement le meilleur exemple. Il arrive au Bureau à sept heures du matin, parfois plus tôt, et a pris connaissance de ses dossiers avant l’ apparition du premier des ministres convoqué vers huit heures. Ils travaille encore très tard dans la journée. Il interrompt cet effort seulement pour effectuer des inspections dans l’ intérieur. Il se déplace dans le pays à l’ improviste, sans avertir de son arrivée, et repart aussitôt qu’ il s’ estime informé des sujets qu’ il souhaitait connaître.

Avec un grand sens politique, il mêle beaucoup de simplicité, voire d’ humanité à ce système. Accessible à tous, doué d’ un sûr instinct des rapports humains très rares chez les militaires, il sait aussi se montrer magnanime. L’ an dernier, il accorda spontanément la grâce d’ un gendarme coupable d’ avoir déchargé son fusil sur lui. Cette générosité étonna, de la part d’ un homme tellement compromis dans le meurtre de Sylvanus Olympio. Elle accrût beaucoup sa popularité.

Aujourd’hui, Eyadema semble tenir réellement le Togo. Les vieux partis politiques comme le CUT, la Juvento, se sont littéralement volatilisés. Cependant leurs chefs restent libres, circulent librement et sortent du pays quand ils veulent Méatchi vit tranquillement à Lomé. De santos appartient au Comité Constitutionnel. Noël Kutuklui, héritier spirituel de Sylvanus Olympio, s’ astreint à un exil confortable au Dahomey, mais perd de son influence. Non sans raison Eyadema peut se flatter d’ avoir rétabli la concorde civile non par la terreur, mais par une fermeté assortie de clémence. Il libéra tous les captifs politiques trouvés en prison et n’ enferma personne. Cette mansuétude constitue finalement une intelligente utilisation de la peur qu’ il inspire aux opposants.

La position des Ewé

S’ il possède à Lomé l’ appui de la puissante corporation féminine des revendeuses, et en brousse celui des chefs traditionnels dont il respecte et ménage le pouvoir, il ne réunit cependant pas tous les suffrages. La fière bourgeoisie Ewé ne lui pardonne ni l’ assassinat d’ Olympio, ni l’ éviction cavalière de Monsieur Grunitzky. Consciente de sa valeur intellectuelle, de sa culture, fière de ses nombreux enfants sortis des écoles françaises, elle souffre d’ obéir à un ancien sergent-chef, dont le niveau d’ instruction ne dépasse pas celui du certificat d’ études primaires.

Contre cette élite frondeuse, le Général s’ appuie sur la brousse, et dans la capitale même, sur ses soldats. Dans cette République ou la division traditionnelle entre le Nord et le Sud représente une forte réalité, 80% des effectifs militaires proviennent des régions septentrionales, et principalement comme Eyadema lui-même du pays Kaboré. Cette unité ethnique donne aux militaires une puissante cohésion, face aux citadins du Sud plus évolués mais divisés les uns contre les autres. En outre, les Ewé ont physiquement peur des gens du Nord, qu’ ils tiennent pour des brutes et des primitifs. Cette crainte ne les engage pas à s’attaquer à Eyadema, considéré par eux comme la parfaite incarnation de Kaboré. Le Général joue sur ce sentiment.

Eyadema contrôle bien l’ armée


Maître de son Armée, il se méfie cependant des officiers méridonaux comme le Ministre de l’ Intérieur James Assila, comme le capitaine Koffi Kongo. Il existe dans la troupe une mystérieuse hiérarchie parallèle où les officiers suspects se trouvent impuissants devant les hommes de confiance de Eyadema, quel que soit leur grade. Aucun soldat ne se déplace au Togo, aucune cartouche ne sort de la soute à munition sans un ordre personnel écrit du Général. Ni Assila, ni Kongo, ni personne d’ autre n’ ont la possibilité de faire bouger un caporal et quatre hommes sans le concours des Adjudants, Sergents-Chefs entièrement dévoués au Général. Celui-ci continue d’ ailleurs à vivre parmi eux, au Camp militaire, où il possède une maison très modeste. Le soir, il réunit ses auxiliaires, et beaucoup d’ affaires importantes sont traitées, en dehors des Ministres, par ces personnages peu connus mais fort influents.

L’homme

Autant que peut en donner l’ impression un contact d’ une heure avec lui sous forme de propos à bâtons rompus, il s’ agit d’ un personnage frustre, sans culture ni beaucoup d’ expérience, mais plein de bonne volonté, prudent, fort intelligent et dévoués au bien public, et se sent assez sûr de lui pour s’ être entouré de Ministres choisis dans l’ élite intellectuelle du pays.

Ce trait de caractère donne vraisemblablement les dimensions du personnage. Un individu ordinaire, médiocre mais conscient de ses lacunes comme Eyadema l’ est, aurait éprouvé de la gêne à s’ entourer d’ universitaires cultivés. Or il possède une vraie nature de chef et se sent assez sûr de son autorité personnelle pour diriger politiquement des collaborateurs dont il respecte, honore et apprécie la supériorité technique.

Les collaborateurs apparents d’ Eyadema

Les plus remarquables de ces auxiliaires sont le Ministres des Affaires Etrangères Joachim Hunlede, ancien Ambassadeur à Paris d’ un grand talent, connu pour ses sentiments francophiles ; le titulaire des Travaux Publics et des PTT, Alex Mivédor ; le Ministre des Finances Boukari Djibo, le Ministre de l’ industrie et du Commerce Paulin Aklou. Bien que liés tous les quatre à la bourgeoisie éwé, ils servent loyalement Eyadema. Ils considèrent que le Chef d’ Etat-Major leur permet d’ accomplir leur travail et leur donne, par son autorité, des moyens d’ action qu’ il n’ auraient pas obtenu des politiciens capables de rivaliser avec eux.

La collaboration qu’ ils obtiennent de l’ élite méridionale grâce à leurs origine tient aussi à la politique libérale qu’ ils soutiennent. Si les Ewés redoutent et détestent Eyadema, ils lui sont néanmoins reconnaissants de protéger les fortunes acquises, et de ne vouloir s’ engager dans aucune politique économique aventureuse. Le Général sit et répète en toute occasion qu’ il ne veut pas faire la Révolution, mais obtenir une augmentation progressive du niveau de vie. Bien qu’ elle critique celui qui le tient, un tel langage rassure la bourgeoisie frondeuse.

Eyadema, futur Président ?

En principe, le projet de constitution actuellement à l’ étude sera terminé en Mai, et soumis peu après à référendum. Selon de fortes probabilités, il proposera un régime présidentiel. Eyadema répète sans cesse qu’ il ignore s’ il se présentera, qu’ il n’ a aucun goût pour les affaires politiques, qu’ il se sent trop jeune, etc... En fait, il agit comme s’ il se préparait à garder le pouvoir. Depuis les tournées sans protocole qu’ il accomplit, à ses discours publics sur les bienfaits de la stabilité, en passant par sa déférence envers les chefs traditionnels, son respect de l’ ordre économique, tout se passe comme s’ il n’ aspirait qu’ à accroître la popularité déjà très réelle dont il jouit. S’ il propose de garder les affaires le temps nécessaire à la formation d’ une élite politique capable d remplacer l’ ancienne trop discréditée, son entourage de Ministre intellectuels donnera un poids formidable à cette argumentation et lui gagnera des sympathies jusque dans le Sud.

Pour le moment, en tous cas, rien ni personne n’ a la pouvoir de le faire partir s’ il décide de rester. Seul un attentat individuel pourrait modifier cette situation, à brêve échéance et d’ une manière imprévue. Si un tel accident ne se produit pas, Eyadema possède de fortes chances de garder le pouvoir, et d’ exercer sur les événements un contrôle qu’ il n’ a jamais perdu depuis la mort d’ Olympio. Il s’ avère en effet troublant de constater que ce personnage sans éducation ni expérience politique s’ est patiemment rapproché du pouvoir, a poussé au rappel de M.Grunitzky puis éliminé celui-ci avec l’ adresse d’ un vétéran.

Rapprochement Ghana-Togo

L’ équilibre actuel du Togo dépend pour une large part de ses relations commerciales avec le Ghana. Celles-ci sont excellentes, comme du reste les rapports politiques. Eyadema envisagea même un rapprochement plus intime avec son voisin anglophone, sans concevoir clairement les formes et le contenu d’ une telle évolution. Le projet prêt fin tragiquement avec le meurtre du Commandant en Chef de l’ Armée ghanéenne Emmanuel Kotoka, ami personnel de Eyadema tué par des conspirateurs en Avril 1967. Depuis cet évènement, les contacts sont demeurés cordiaux entre Accra et Lomé. Mais un rapprochement plus total a été stoppé.

Beaucoup plus de sympathie pour Abidjan

Avec la Haute-Volta, le Togo maintient une amitié établie que la sympathie de Eyadema pour Lamizana. Les deux hommes se connaissent et s’ apprécient de longue date. Le premier éprouve pour le second une vive admiration. Il le considère comme un modèle à imiter. Le projet d’ une grande route dans le Nord du Togo, soumis par Eyadema au Général de Gaulle l’ automne dernier, visait sans doute à ouvrir le pays Kaboré, à le sortir de son isolement, mais aussi à rendre plus intenses les contacts entre Lomé et Ouagadougou. Il existe un projet politique derrière cet axe routier, dont le Port de Lomé forme le complément. Grâce à l’ ensemble, la Haute-Volta pourrait se ravitailler dans recourir aux services d’ Abidjan. Bien qu’ un tel programme n’ ait jamais filtré, il correspondait à la pensée intime des deux Généraux, résolus à se libérer ainsi de l’ influence ivoirienne.

Les choses se trouvaient à ce point lorsque la Conférence de l’ OCAM modifia quelque peu les sentiments du Général Eyadema envers le Président Houphouët-Boigny. Jusqu’à cette date, le successeur de M. Grunitzky épousait aveuglément la querelle de son aîné Lamizana contre le Premier ivoirien. Il suspectait aussi celui-ci en raison de ses liens personnels avec M. Grunitzk. La rencontre de Niamey a balayé beaucoup de ces préventions. Depuis lors, les sentiments du Chef d’ Etat-Major envers le fondateur du RDA évoluent beaucoup. Les conversations qu’ il a eu avec lui,

la personne du Président Diori Hamani l’ ont beaucoup impressionné. Il pense qu’ il a à apprendre d’ eux beaucoup plus que de n’ importe qui d’ autre. Comme il n’ existe au Togo aucun sentiment populaire contre la Côte d’ Ivoire comparables à ceux que l’ on peut rencontrer parmi les mossis et les dahoméens, le gouvernement se trouve beaucoup plus à l’ aise pour améliorer ses rapports avec Abidjan, et même les développer. Le Général Eyadema n’ éprouve cependant aucun enthousiasme pour le Conseil de l’ Entente. Avant de se former une opinion définitive à son sujet, il attend de savoir quels bénéfices le Togo en tirera.

Les relations avec Paris et Moscou

Ses relations avec la France sont officiellement excellentes. L’ ambassadeur Claude Rostain soutient le régime militaire comme le fait son collègue à Ouagadougou. Toutefois, il désaprouva le putsh de l’ an dernier, et sa première réaction fût de déplorer le départ de M. Grunitzk. Eyadema en garda longtemps quelque amertume. Cette réaction n’ a pourtant pas compromis la coopération.

Comme partout ailleurs, l’ Ambassade soviétique possède un personnel pléthorique et procède à une intense propagande. L’ Ambassadeur, M. Smoline, se montre très actif. Son deuxième Conseiller, M. Chagine, passa deux ans en Guinée. C’ est un spécialiste des questions africaines, particulièrement chargé de la pénétration politique dans les milieux congolais. Il possède beaucoup de relation parmi les intellectuels et les politiciens. Egalement responsable de la propagande, il agit sans beaucoup de discrétion dans certains cas. En mars, l’ Ambassade soviétique ouvrît dans Lomé, 129 boulevard Circulaire, un magasin d livres baptisé Librairie Populaire du Togo. Chaque jour, les employés russes et africains organisent des distributions gratuites de brochures, magazines, images aux enfants. Des dizaines de fillettes et de garçonnets assiègent leur porte après la sortie des classes et reçoivent des poignées de journaux ou les feuilles enfantines se mélangent avec des documents sur la guerre au Viet-Nam, sur les méfaits du colonialisme, ou avec des textes de Lénine.

Devant cette propagande intensive, le Général Eyadema se montre démuni. Il n’ en conçoit pas du tout le danger. Par prudence, M. Chagine parait s’ abstenir de rechercher des intelligences parmi les militaires togolais. Cette abstention suffit à rassurer le Chef d’ Etat-Major. En cette affaire, le départ de M. Grunitzky contribua à aider l’ action soviétique. L’ ancien Président se montrait vigilant à son égard. Autour de lui, des Conseillers français suivaient de près le problème et attiraient l’ attention des Africains sur les menées communistes. Leur Départ, comme au Dahomey après l’ éloignement de Maga, entraîna un affaiblissement très grave des services capables de mesurer le péril de la propagande russe ; Celle-ci se développe largement au Togo, par le travail personnel des diplomates de l’ Est, par la diffusion de livres, de journaux, de brochures, et par une abondante projection de films très appréciés du public togolais. La plupart de ces film présentent aucun caractère politique apparent, ce qui les rend très efficaces.

Pour les Russes comme pour n’ importe quel autre pays, le Général Eyadema constitue un interlocuteur intéressant. Une action diplomatique et politique auprès de lui présente de l’ intérêt dans la simple mesure où son pouvoir semble stable, où il n’ a pas à le partager comme Alley, ou à rendre des comptes comme Lamizana. Il peut donc conclure des alliances, tenter des expériences avec une assez large liberté de manoeuvre. Il peut donc aussi faire l’ objet de soins particuliers, puisqu’il n’ y a pas trop à craindre que sa chute soudaine réduise à néant les efforts déployés.

Portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique