B-063-002

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre 2009.

envoyée le 7.2.68

Paris, le 6 Février 1968

S.E. Monsieur Hamani Diori
Président de la République du
Niger
NIAMEY -Niger-


Monsieur le président,

Vous recevez, sans doute par le même courrier, les dernières propositions de M. Séroussi. Elles sont supérieures à celles du groupe Willot parce que, non seulement, Séroussi accorde un droit de douane de 25% sur les écrus blanchis - contre 20% par Willot sur les écrus - mais aussi parce qu’il propose une participation de 25 % au gouvernement par un prêt sans intérêt remboursable à partir de la 6ème année.

je pense que ces propositions sont à l’extrême limite de la rentabilité de cette affaire, compte tenu des allées de la production et de la commercialisation

Je pense qu’il est prudent de cesser de tirer sur la corde, de peur de la rompre. Les résultats obtenus grâce à votre persévérance sont d’ores et déjà magnifiques.

En fonction de ces prémisses, je me permets de vous faire les suggestions que voici :

  • 1° si Willot accepte des conditions similaires - et il est plus que probable qu’il le fera - il faut mettre un terme à la surenchère qui ne peut, de façon, se poursuivre indéfiniment ;
  • 2° maintenant que les intérêts du Niger sont préservés, maintenant que l’Etat nigérien ne peut tirer davantage de profits, il faut se dire

    que le devenir de l’Afrique, la nécessité de créer un précédent irréfutable, exige que ce soit une firme française qui l’emporte : vous aurez fait aussi la preuve que les firmes françaises peuvent être concurrentielles, quand elles le veulent. La leçon que vous leur aurez infligez ne sera pas oubliée de sitôt ;

  • 3° la meilleure tactique à suivre avec M. Willot consisterait, à mon avis, à brusquer les choses : le convoquer au Palais dès son arrivée à Niamey, lui dire que vous êtes décidé à mettre définitivement fin à la surenchère et à signer immédiatement le contrat avec lui s’il accepte les mêmes conditions que son concurrent. Je suis certain qu’il acceptera, et avec joie.
  • Vous mettez ainsi un point final à cette affaire en remportant une victoire qui fera date dans l’ histoire du renouveau de l’Afrique.

    Je me chargerai d’atténuer la rancoeur de Séroussi, avec les arguments suivants :

    • 1° de toute façon il ne pouvait accorder plus avantages à l’Etat nigérien sans mettre en danger l’avenir de son entreprise,
    • 2° la gratitude de l’Etat nigérien pour les services qu’il lui a rendus et votre décision de l’en récompenser immédiatement,
    • 3° je l’aiderai avec votre soutien à se placer dans d’autres Etats africains.

    Avec l’espoir que vous acceptez ce schéma d’action,

    Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments dévoués et déférents.

    Récépissé

    Portfolio

    Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
    Plan du site
    Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique