C-030-001

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre 2009.

Reçu le 7.6.69 7.6.69 photoc. faite

LA STRATEGIE DE L’ ETAT FRANCAIS

Je croyais que nos divergences avec certaines responsables français étaient d’ ordre tactique. Une discussion violente entre un ami et un responsable du « brain-trust » de l’ Etat français - il a dit à cet ami : « vous pouvez considérer l’ opinion que j’ émets comme exprimant les vues de l’ Etat français » - montre au contraire qu’ il existe une divergence fondamentale d’ ordre stratégique  : il y a divergence sur le but à atteindre

  • Moi, je pensais que dans le cadre du développement culturel et économique des Etats africains, la France désirait avoir le monopole ;
  • Il découle, au contraire, de la discussion précitée, que la France veut garder le monopole dans les Etats africains, pour en entraver le développement .

Voici quelques unes des idées émises par ce membre du braintrust, avec une franchise brutale :

  • 1 - Sur le plan culturel.
    • a. "Il y aura bien sûr une créolisation de la langue française en Afrique. Eh bien ! ce sera tant mieux, car les Africains auront encore plus de difficultés pour enter en contact avec d’ autres que nous
    • b. « Pour conserver ce patrimoine africain, la France doit empêcher l’ éclosion des élites nouvelles . Quand celles-ci apparaissent quand même, il faut les bombarder à des postes juteux, où ils auront besoin de nous, et par conséquent ne pourront nous être nocifs ».
  • 2 - Sur le plan politique .
    • a. "Laisser chaque pays africain se déchirer par des luttes tribales ou sociales, ou les Africains se déchirer entre eux. Ce sera tant mieux, car ils seront affaiblis d’ autant et resteront d’ autant plus facilement sous notre influence
    • b. « Révolutions et coups d’ Etat ? Tant mieux . Car ces pays Africains seront retardés d’ autant et nos concurrents européens ou américains, traumatisés par ces soubresauts, hésiteront à y aller, et notre implantation en sera renforcée ».
    • c. « L’ islamisation ne représente pas un danger pour nous, tant que les nègres continueront à n’ y rien comprendre » .
    • d. « Même le marxisme ne représente pas un danger dans la double mesure où les sociétés africaines sont loin d’ être mûres pour lui et que cela fera perdre du temps aux nègres dans leur processus de prise de conscience ».
    • e. « Le Niger, dans le dos du Nigeria, constitue une place fort française » .
    • f. « La Côte d’ Ivoire est un Etat policier supérieurement organisé et rien ne peut s’ y passer tant qu’ Houphouët sera là ».
    • g. « Toute personne qui porte atteinte, de quelque manière que ce soit, à la position de la France en Afrique, doit être éliminée » .
  • 3 - Sur le plan économique
    • a. « La chose que tout Français, conscient des intérêt des son pays, doit faire, c’ est surtout de ne pas donner des idées neuves au nègres » .
    • b. « Nous n’ avons pas - et nous n’ aurons pas durant les vingt prochaines années - les moyens de faire face à armes égales à la concurrence étrangère : c’ est pourquoi tout effort pour introduire un étranger constitue une action anti-française » .


c. « Il est plus conforme aux intérêts de la France de laisser pourrir la situation plutôt que d’introduire un étranger ».

Portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique