C-057-008

Extraits d’article du « Times » du 2 avril 1969.

Annexe 3

Un fidèle partisan de la politique de M. Wilson au Nigeria se trouve maintenant à Londres et attend de rencontrer le Premier Ministre à son retour de Lagos et d’Addis Abéba : il s’agit de M. Diori Hamani , Président de la République du Niger , Etat qui se trouve au nord du Nigeria et ayant une important frontière commune avec le Sahara . Il considère que la Grande-Bretagne de maintenir l’unité du Nigeria , de même que c’est de bon droit qu’elle essaie d’entrer dans le Marché Commun . Le Général de Gaulle a tort de laisser la Grande Bretagne à l’extérieur du Marché Commun , de pousser à la sécession du Biafra ou de s’efforcer d’isoler le Québec du Canada ! Mais m’a-t-il dit c’est la France toutes seule et non la francophonie qui désire de telles choses " . . .

« Je suis un Africain a-t-il ajouté et je suis beaucoup sensible à la souffrance du peuple Biafrais qu’un Britannique . L’intervention européenne est blâmable . Beaucoup plus d’enfants moururent au Katanga et au Kasaï, quand ces territoires firent sécession , qu’il n’en meure au Biafra ... C’est dans votre intérêts que le Nigeria doit resté unit comme c’est d’ailleurs dans l’intérêt de l’Afrique tout entière . Vous êtes opposé à de Gaulle en Europe mais vous soutenez sa politique au Biafra . Je ne comprendrai jamais les Européens ».

Portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique