D-016-002

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre 2009.

Le Revoir 27/11/69 (stylo)

L’aide au Niger demeure une priorité, pour Ottawa

Ottawa (Le Devoir) - Le gouvernement fédéral et l’Agence canadienne de développement international sont résolus à activer la mise en oeuvre des projets de coopération et d’assistance qui avaient fait l’objet d’une série d’ententes lors du passage à Ottawa en septembre du président de la république du Niger. M. Diori Hamami. . < :/par>

dans ce numéro

La CNM et l’ACEF réclame la nationalisation des sols urbains comme remède à la crise du logement (page 3)

Le député de Saint-Jean confirme son adhésion au parti de René Lévesque (page 3)

L’archevêché de Montréal entreprend une consultation sur le projet de restructuration scolaire (page 3)

Québec augmentera le nombre des juges et modifiera leurs conditions de travail (page 6)


« L’aide canadienne à la république francophone du Niger demeure une priorité absolue du gouvernement », précise-t-on dans l’entourage du premier ministre à la suite de la visite que vient d’effectuer à Ottawa une délégation nigérienne, conduite par M. Maïgana, inspecteur d’Etat et bras droit du président Diori.

Au moment de regagner Niamey hier soir, l’un des membres de la délégation a constaté avec satisfaction que le gouvernement canadien a décidé de poursuivre sans délai l’étude du projet de la « route de l’unité » qui permettra d’accéder aux régions orientales du Niger, actuellement isolées du reste du pays. Un groupe de spécialistes canadiens doit se rendre sur place, à la fin de janvier, pour étudier la rentabilité de cette route.

D’autre part, pour faire suite aux études réalisées par une mission technique canadienne, qui a séjourné au Niger en août dernier, les autorités canadiennes attendent du gouvernement nigérien des précisions qui lui permettront de une décision quant aux gisements de phosphate dans la région de Tahoua.

Quant à l’institut de bilinguisme dont la création est prévue à Niamey, le gouvernement canadien n’attend plus que l’accord déjà demandé par le président Diori aux pays africains limitrophes du Niger pour en commencer la réalisation dans le plus bref délai.

Le projet de construction d’un barrage hydroélectrique sur le fleuve Niger avait

 [1]

L’AIDE AU NIGER

également été évoqué dans le communiqué publié à l’issue de la visite du chef d’Etat nigérien au Canada. Les études se poursuivent des deux côtés pour en déterminer la rentabilité. Il se peut, indique-t-on de source autorisée, que le Niger envisage la construction, avec le concours du Canada, d’un barrage hydraulique sur le fleuve afin d’assurer l’irrigation des terres et la navigabilité du Niger. L’énergie électrique, dont ce pays a un pressant besoin, serait importée du Nigéria par des lignes de transmission que le Canada pourrait construire.

plusieurs autres questions relatives à l’assistance technique de Canada au Niger ont également été discutées lors des réunions de la délégation nigérienne avec l’Agence canadienne de développement international.

La délégation nigérienne compte revenir au Canada au début de 1970 pour faire le point des études et travaux en cours.

Notes

[1] Voir page 2 : L’ aide au Niger

Portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique