Conseiller du Président Diori

Cet ouvrage se place dans la continuité des deux livres précédents de Jacques Baulin, à savoir « La Politique africaine d’Houphouët-Boigny » et « La Politique intérieure d’Houphouët-Boigny » . Pour l’auteur, l’essentiel de l’effort de ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’Afrique doit porter, au stade actuel, sur l’émergence des documents secrets ou confidentiels cachés à dessein, oubliés ou perdus par mégarde, mal classés ou enfouis volontairement dans les archives. Ce travail de collecte lui paraît indispensable pour décourager, chez certains dirigeants africains, leur tendance naturelle à opter pour le concept soviétique en histoire, c’est-à -dire à évacuer la vérité, à vouloir gommer ce qui leur déplaît.

Jacques Baulin se dit également convaincu de la nécessité de mettre tout le matériel récolté à la disposition d’un public aussi vaste que possible. En les replaçant de plus dans leur cadre, il donne à ces documents ou événements leur sens profond. L’auteur espère que l’apport de tous ces matériaux pourra aider quelque peu les historiens nigériens de demain à définir l’évolution, la place et le rôle de leur pays en Afrique et dans le monde.

Au fil des pages, Jacques Baulin met aussi en relief, avec un rare bonheur, la dilution progressive de l’omniprésence du président Houphouët-Boigny dans les affaires nigériennes au fur et à mesure de l’épanouissement de la stature africaine et internationale de M. Diori Hamani, son lieutenant de jadis.

Dans cette perspective, Jacques Baulin, témoin et acteur au Niger comme jadis en Côte d’Ivoire, dévoile nombre de données confidentielles ou inédites sur les relations du Niger avec la France, la Côte d’Ivoire, le Canada, le Nigéria, la Libye, Israël ou l’URSS ; il narre de façon vivante le combat, dur jusqu’à l’invraisemblance, du président Diori contre les puissants groupes de pression parisiens tant dans l’affaire de la Francophonie que dans celle des négociations pour la revalorisation du prix de l’uranium.

L’auteur fut encore témoin et acteur durant les quinze mois qui devaient s’écouler entre la chute du président Diori et l’élimination du commandant Sani, deus ex machina du putsch du 15 avril 1974. Le récit de ses discussions avec les officiers putschistes et en particulier avec Sani a valeur de témoignage.

  • Avant-propos

    Gilbert Comte [1], si proche des deux chefs d’Etat, me disait il y a bien longtemps : « Nous admirâmes Houphouët, nous aimons Diori. » Cette opinion se trouve partagée par de très nombreux observateurs qui ont suivi l’évolution de l’Afrique francophone depuis la Loi-Cadre de 1956. À l’orée des années (...)

  • Préface

    Je ne connaissais pas le président Diori. Certes, conseiller du chef de l’État Ivoirien depuis 1963, j’avais eu l’occasion de lui présenter mes respects à plus d’une reprise lors de rencontres fortuites à Abidjan. Ma première entrevue avec lui devait avoir lieu bien plus tard, dans les premiers mois de (...)

Chapitres

  • Chapitre 1

    Un Sahélien

    M. Hamani Diori avait la fierté à fleur de peau. En toute occasion, il réagissait avec vigueur contre une quelconque atteinte à ce qu’il considérait comme relevant de la souveraineté nationale ou de l’intérêt du Niger. On pourrait en citer des dizaines d’exemples. Nous commencerons par celui de la (...)

  • Chapitre 2

    La guerre civile au Nigéria

    En politique étrangère, la sécession du Biafra _ et la guerre civile qui s’ensuivit_ fut sans doute l’épreuve la plus dure qu’eut à affronter et à surmonter M. Diori Hamani. Elle fut payante à moyen terme. Quand, en mars 1967, Ojukwu parle de faire sécession, le président nigérien n’a pas encore acquis (...)

  • Chapitre 3

    L’émergence de la Libye

    Vers la fin de 1969, la situation géopolitique de la région se trouve profondément modifiée par trois événements majeurs. Tout d’abord, le renforcement de la stature internationale du Niger ; le président Diori n’est plus, dans la mouvance francophone, le second plutôt terne de jadis. On le consulte, (...)

  • Chapitre 4

    Niamey - Moscou

    Le 20 novembre 1969, la Présidence de la République du Niger demande à l’ambassadeur Mayaki, à la délégation permanente du Niger à l’ONU, de : « 1. Transmettre représentant Roumanie accord pour que ambassadeur Roumanie au Niger présente Lettres de créance première quinzaine décembre 1969 ; 2. Prier (...)

  • Chapitre 5

    Le paramètre sentimental

    Rares sont les ambassadeurs et diplomates étrangers qui ont su gagner l’estime, la confiance et l’amitié du président Diori. Deux d’entre eux étaient des représentants de l’État d’Israël. Le premier s’appelle Yosip Hadass. Il représente son pays à Niamey quand éclatent, au début de décembre 1963, l’équipée (...)

  • Chapitre 6

    Vive le Québec libre

    La coopération nigéro-canadienne représente, à mon sens, un exemple typique de l’habileté du président Diori à exploiter une situation objective donnée pour le plus grand profit de son pays. On sait que cet axe Niamey-Ottawa fut bénéfique pour les deux protagonistes. Mais on ignore, ou du moins on (...)

  • Chapitre 7

    Du blé Manitoba n°4

    Au départ, l’aide du Canada au Niger sera plutôt modeste. Elle avait été officialisée lors de la tournée de M. Lionel Chevrier _haut-fonctionnaire canadien_ en Afrique francophone, en mars 1968, c’est-à-dire huit mois après le discours du général de Gaulle. En décembre 1968, M. Paul Martin [28], leader du (...)

  • Chapitre 8

    Pour l’unité physique du pays

    La formation de la nation constituait _ nous l’avons relevé à plus d’une reprise déjà_ la préoccupation constante, dominante, prioritaire, du Président. Au tout début de la République, il avait résolu de façon élégante l’effervescence en milieu targui. Durant la guerre civile au Nigéria, la hantise d’une (...)

  • Chapitre 9

    Niamey I et Niamey II

    Mais si le Canada participait ainsi au renforcement de l’unité du Niger, celui-ci avait joué un rôle de tout premier plan dans la lutte d’Ottawa contre les pêcheurs en eaux troubles au Québec. Et l’appui du Niger au Canada s’était manifesté de façon décisive dans le cadre des deux conférences de Niamey (...)

  • Chapitre 10

    Le sempiternel problème estudiantin

    Les chefs d’États africains se montrent particulièrement allergiques aux manifestations, tracts, discours et autres motions, organisées, distribués, prononcés ou votés par les collégiens et les étudiants. Le moindre mot de travers _ et Dieu sait qu’ils pullulent dans de tels cas_ est considéré comme un (...)

  • Chapitre 11

    Le Parti et l’État

    Au lendemain du putsch d’avril 1974, certains observateurs relevaient une double coïncidence : le renversement du régime civil précédait de quarante-huit heures la phase finale des négociations franco-nigériennes sur l’actualisation du prix de l’uranium, et de trois semaines la tenue du Congrès du Parti (...)

  • Chapitre 12

    Le combat pour la revalorisation du prix de l’uranium

    De 1960, date de l’accession du Niger à l’indépendance, au coup de force du 15 avril 1974 qui devait l’éloigner de la scène politique africaine, le Président Diori a lutté d’arrache-pied pour obtenir l’exploration du sous-sol nigérien, la mise à jour et l’exploitation de ses richesses, au mieux des (...)

  • Chapitre 13

    Le putsch : réalités et exégèses

    Quelques rares collaborateurs et amis du Président ont vécu ce lundi de Pâques et les deux jours suivant _les 16 et 17 avril 1974_ dans un état de tension extrême (ndle). Tension qui, bientôt, cédera la place à une lassitude nauséeuse. La trahison de ces officiers, de ces amis, leur parjure, auront sur (...)

  • Chapitre 14

    Tractations à Paris et à Niamey

    La chute du président Diori ne devait pas mettre fin à mon intérêt pour le Niger dans la mesure même où un ami se trouvait injustement privé de liberté. Flux accru et permanent d’informations en provenance de Niamey, échanges accélérés de lettres et de documents, contacts multiples avec officiers, (...)

  • Chapitre 15

    L’élimination du commandant Sani

    Le samedi 27 juillet 1974, à 22 heures, l’ambassadeur Sidibé me téléphone pour m’informer que Sani veut me rencontrer le lendemain dimanche, à 10 heures, à l’hôtel Méridien. Il revient de Chine Populaire. Il est enthousiasmé par les investissements humains, l’utilisation des moyens du bord _les tessons de (...)

Annexes

  • Annexe 1

    Annexe I

    Jacques Baulin Paris, le 23 avril 1969 S.E. Monsieur Houphouët-Boigny Président de la République de Côte D’Ivoire Paris Monsieur le Président, Comme je vous en avais informé lors de notre entrevue du 15 crt., je viens par la présente confirmer officiellement mon offre verbale de démission de mon (...)

  • Annexe 2

    Annexe II

    République du Niger Fraternité - Travail - Progrès Ambassade à Paris 154 rue de Longchamp Paris - 16e Le 10 septembre 1968 L’Ambassadeur à Monsieur Oubet - Baulin Directeur du Centre d’Information du Niger 13, boulevard Haussman Paris 8ème Monsieur le Directeur, En réponse à votre lettre (...)

  • Annexe 3

    Annexe III

    CIDI PARIS 333 1854 MINIFIN ABIDJAN CIDI PARIS JAN TELEX NUMÉRO 209 DU 28 NOVEMBRE 1968 ATTENTION M. OUBET BAULIN SUITE VOTRE TELEX RELATIF A DON GOUVERNEMENT CANADIEN DE 15. 000 TONNES DE BLE A REPUBLIQUE COTE D’ IVOIRE, AVEC POSSIBILITE DOUBLER CETTE OPERATION SUR BUDJET 1968, HONNEUR (...)

  • Annexe 4

    Annexe IV

    République du Niger Fraternité - Travail - Progrès Niamey, le 18 JUIN 1969 N° 495/PRN Le Président de la République Monsieur le Premier Ministre, Soucieux d’entretenir et de resserrer davantage encore les cordiales relations qui existent si heureusement entre nos deux Gouvernements, J’ai chargé (...)

  • Annexe 5

    Annexe V

    CANADA PRIME MINISTER - PREMIER MINISTRE Ottawa, le 27 février 1970. Monsieur le Président, Mon chef de cabinet, M. Marc Lalonde, a reçu M. Jacques Baulin en mon nom et m’a rendu compte de l’entretien qu’ils ont eu ensemble récemment. J’ai accordé, soyez-en sûr, la plus grande attention à ce que (...)

  • Annexe 6

    Annexe VI

    LE GÉNÉRAL DE GAULLE Paris, le 26 septembre 1967 Monsieur le Président, Vous m’avez écrit pour me faire part du souhait exprimé par votre gouvernement de voir la mise en exploitation des mines d’uranium du Niger contribuer au renforcement de la coopération qui existe entre nos deux pays. À cet (...)

  • Annexe 7

    Annexe VII

    Présidence de la République du Niger Le Conseiller Niamey, le 22 août 1972 S.E.M. Diori Hamani Président de la République Niamey Monsieur le Président, J’ai l’honneur de vous prier par la présente, de bien vouloir accepter ma démission du poste de Conseiller que vous aviez eu la bonté de me (...)

  • Annexe 8

    Annexe VIII

    République du Niger Fraternité - Travail - Progrès Le Président de la République Niamey, le 5 mars 1974 N° 44/PRN/SP Monsieur le Premier Ministre, Vous connaissez le porteur de la présente, M. Jacques Baulin. je l’avais déjà chargé, par deux fois, de messages personnels à votre attention. Je vous (...)

  • Annexe 9

    Annexe IX

    Les journalistes soussignés, liés au Président Diori Hamani par une affection ancienne, demandent instamment au Président Poher d’intervenir à titre personnel auprès des nouvelles autorités de Niamey pour que l’ancien Chef de l’Etat du Niger et sa famille soient traités avec humanité. Paris, le 18 avril (...)

  • Annexe 10

    Postface

    Cet ouvrage était à l’impression quand j’eus à faire face à une campagne de presse orchestrée de toute évidence par Abidjan. Elle venait confirmer la persistance de la hargne du président Houphouët-Boigny à mon égard, et dont j’avais cité quelques échantillons au début de cet ouvrage. Hargne certes, mais (...)

  • Annexe 11

    Annexe A

    FOCCART DE RETOUR Il est revenu, et il travaillera directement à Matignon ! Il, c’est Jacques Foccart. Les principaux dirigeants des pays africains, francophones notamment, ont déjà salué, à leur manière, l’arrivée de « Monsieur » . En effet, depuis la nomination officielle de Jacques Chirac à Matignon (...)

  • Annexe 12

    Annexe B

    PRÉCISION À la suite de notre article de la semaine dernière sur « le retour de Foccart », M. Jacques Batmanian, s’estimant mis en cause, nous prie de publier les précisions suivantes : « — Je fus conseiller du président Houphouët-Boigny de Côte d’ Ivoire de 1963 à 1969. J’ai démissionné car j’étais (...)

  • Annexe 13

    Annexe C

    PRÉCISION Les services du ministère de l’Information de la République de Côte d’Ivoire nous prient d’insérer la mise au point suivante : « Dans votre édition du 30 mars, vous avez publié une mise au point de Jacques Batmanian, sur son séjour en Côte d’Ivoire. Parce que l’auteur a pris beaucoup de (...)

  • Annexe 14

    Annexe D

    Réponse au ministère ivoirien de l’Information Avant de relever le caractère calomnieux de l’attaque frontale du ministère de l’Information de Côte d’Ivoire, il me faut préciser qu’elle se situe dans un contexte des plus curieux. Ainsi, vingt quatre heures avant la formation du gouvernement de M. (...)

  • Annexe 15

    Annexe E

    FRANCE / COTE D’IVOIRE Une mystérieuse affaire En marge ou à propos de la visite que doivent rendre au président Houphouët-Boigny, samedi prochain à Yamoussoukro, MM. Jacques Chirac et Michel Aurillac, on voit réapparaître à Paris, dans la coulisse, une vieille affaire compliquée qu’on peut appeler « (...)

  • Annexe 16

    Annexe F

    DROIT DE RÉPONSE À la suite d’un article de Jean-Marc Kalflèche, paru dans le Quotidien de Paris du 8 avril, sous le titre « France / Côte d’Ivoire : Une mystérieuse affaire », Jacques Batmanian nous prie de bien vouloir publier, dans le cadre de son droit de réponse, la mise au point suivante : « Cet (...)

  • Annexe 17

    Annexe G

  • Annexe 18

    Annexe H

  • Annexe 19

    Annexe I

    CÔTE D’IVOIRE L’étrange affaire Baulin Cette résurgence, au moment où le premier acte de politique étrangère du nouveau Premier ministre français est de se rendre à Yamoussoukro, ne peut être fortuite. La moutarde me monte au nez : c’est ainsi que l’on pourrait intituler le nouvel épisode survenu dans (...)

  • Annexe 20

    Annexe J

    Afrique-Asie a donc décidé d’entrer, à son tour, en scène, pour participer à la campagne diffamatoire lancée contre moi par le « Journal du Dimanche », et reprise par le « Quotidien de Paris ». Sur fond de « tentative de déstabilisation du régime ivoirien », les deux journaux tentaient de me dénigrer. Non (...)

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique