Puis :
« Le lundi à six heures du matin, dit- il, nous avons convo­qué Gaschignard [4] pour lui dire que nous espé­rions que la France n’inter­vien­drait pas et que tout avait été prévu pour faire face à une telle éventualité.

Quand le colo­nel Prax s’est pré­senté dans un DC 8, pour­suit Sani, et a demandé l’auto­ri­sa­tion d’atter­ris­sage, nous la lui avons refu­sée, d’autant plus qu’il venait de la base (Dakar) où se trou­vent les trou­pes d’inter­ven­tion. Nous lui avons fait clai­re­ment savoir que si son avion ten­tait d’atter­rir, on lui tire­rait dessus. C’est pour­quoi il a été atter­rir à Ouaga et est venu nous voir dans un petit avion.

« Jalloud s’était, lui aussi, mis dans la tête de venir nous voir, me dit encore Sani, sans nous en aviser au préa­la­ble. Nous ne lui avons pas non plus donné l’auto­ri­sa­tion d’atter­rir. Nous lui avons demandé gen­ti­ment de reve­nir à un moment plus oppor­tun, en nous don­nant un cer­tain délai... »

Et les condi­tions de déten­tion du Président ?

« Tu n’as pas à te faire de souci, car il est très bien traité. Nous avions même mis à côté de lui son frère, mais celui-ci a rac­com­pa­gné le petit Moussa (fils cadet du Président blessé pen­dant l’atta­que du Palais) à Abidjan et n’est plus retourné. Le Président se trouve à la villa de la SONORA à Zinder. Gowon, ajoute-t-il, nous avait remis une lettre de condo­léan­ces pour lui. Je la lui ai trans­mise. »

Il se lance ensuite dans une dia­tribe contre Mouddour Zakara, targui et minis­tre des Finances de Diori Hamani, l’accu­sant d’être « l’un des minis­tres les plus cor­rom­pus, celui qui a fait le plus d’argent. » Quand je lui dis : « Tous, mais pas Mouddour », Sani me répond : « Lorsque tu vien­dras à Niamey, je t’en don­ne­rai les preu­ves » [5].

J’ai droit encore à une atta­que en règle contre le Parti pro­gres­siste nigé­rien. « Le PPN, dit-il, ne repré­sente rien. Ni à Niamey, ni ailleurs. Et si on lais­sait faire les gens, ils bas­ton­ne­raient les anciens diri­geants du

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique