La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
Le partage du pouvoir

La consolidation de la bourgeoisie terrienne

_ L’épilogue de ces “complots” où la réalité de la lutte pour le monopole du pouvoir se trouvait camouflée par des considérations ésotériques, des accusations de tentatives d’assassinats fétichistes, de jets de cauris et autres maléfices, aura pour cadre la résidence du président Houphouët-Boigny à Yamoussoukro. Le 9 mai 1971, y sont convoqués tous les membres du Conseil national, ainsi que les « anciens détenus » dont la plupart avaient été libérés le 4 août 1966, et les derniers (Mockey, Koné, Banny, Aoulou, Sidibé, Camille Gris et Paul Anaky) le 11 mai 1967. On n’y parle plus ni de coupables, ni de condamnés, ni même d’inculpés. Au moment où se tient ce « rendez-vous de la réconciliation, » la fameuse prison qui les hébergea a été rasée au sol depuis deux ans.
« Mes chers frères, leur déclare le président Houphouët-Boigny, j’aimerais que vous sentiez combien est grande et profonde, la joie qui, en cet instant, m’habite en vous accueillant aujourd’hui à Yamassoukro, et surtout en vous retrouvant tous sains et saufs , après les moments sombres qui ont secoué notre pays au cours des trois premières années de son indépendance.
« Il nous faut à présent, poursuit le Président, tirer les leçons des deux graves [1] crises de confiance._ Il met ensuite en relief les « circonstances nationales et mondiales » qui entourèrent ces « crises de confiance » et en expliquent « les développements, les conséquences et les répercussions… » [2]
Dix ans plus tard, lors de la réunion du Conseil national du 12 juin 1980, il reconnaîtra qu’« il n’y a jamais eu de complot en Côte d’Ivoire, ni de menace de coup d’État. » Il rejettera la responsabilité de ces événements sur la « machination d’un individu envieux [3] désirant obtenir par tous les moyens un poste de haute responsabilité »<span

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site