N-26-004-005

  • Recherche textuelle
  • Brèves















DOSSIER SUCRE


3.5.72.

RAPPORT DE M. ROHN ,
Expert en technologie sucrière de la FAO (1966-1967)


1. Ni la fabrication du sucre roux l’échelle familiale , ni une sucrerie artisanale ou "khandsari" ne peuvent satisfaire les besoins du pays . (p.2)


2. Les sommets des cannes et la mélasse constituent des aliments de choix pour le bétail . (p.3)


3. Les conditions les plus favorables à la maturation sont des journées chaudes et des nuits fraîches : donc coupe en "hiver" (novembre-mars)


4. Répartition des cultures - sur les deux rives du fleuve - par rapport à la superficie totale (p.9) :


- cannes plantées en vierges 20%


- 1° ratoon (p.5) 20%


- 2° ratoon 20%


- 3° ratoon 20%


- légumineuses et coton 20%


5. Irrigation par gravité plutôt que pas aspersion (p.9)


a. besoins annuels : 25 .000 m3 /ha , donc 19.000 par pompage


b. besoins mensuels durant le mois chaud : 5.730 m3 /ha , soit 2,2 litres /sec . /ha


c. 4 stations de pompage , chacune de 155 km/(210 CV)


6. Organisation :
Création de deux sociétés indépendantes , l’une chargée du domaine agricole et l’autre de l’industriel , la 2 éme achetant de la première la canne à prix fixe (p.11)


7. L’IRAT étudié la canne au Niger depuis 1963 (p.16)


8. L’expert prévoyait une production de 10.000 tonnes de sucre en 71-72 (p.17)

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique