C-038-002-004


Document n° 3

CENTRE D’INFORMATION DU NIGER

TAIBOUT 59-58
50-40

13. BOUL. HAUSSMANN
PARIS IXe

LE DIRECTEUR

Le 31 mai 1969

DECRAENE A WASHINTON ET AU CANADA

Decraene, à l’Institut des Études stratégiques de Washinton, devait discuter du problème nigérian. Il y a défendu la thèse suivante :

« Il n’y a pas de génocide. La cause du Biafra est perdue. Les Africains qui soutiennent Ojukwu sont totalement isolés. Il n’y a qu’une intervention des grandes puissances qui peut y mettre un terme »

On lui a organisé ensuite un dîner avec l’un des conseillers de Nixon, qui lui a posé la question : « Que pouvons-nous faire pour en finir avec cette histoire ? ». Il a repris ses thèses.

L’impression de Decraene, c’est que l’opinion du Gouvernement américain est la suivante : « On nous reproche de ne pas essayer de trouver une solution, mais si on le fait, on nous reprochera d’être intervenus. Il vaut mieux donc ne rien faire ».

Decraene à été invité à participer, en octobre prochain, au Canada, à la conférence des africanistes américains et canadiens. Il a été chargé d’y brosser un tableau de la politique gaulliste en Afrique. Il m’a demandé de l’aider à préparer son intervention.

Portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique