Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

C-019-002-001

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.















CENTRE D’ INFORMATION DU NIGER


TAITOUT 59-58
50-40
LE DIRECTEUR
69.564.jb.dh


13, BOUL HAUSSMANN
PARIS - IX’


le 17 juin 1969


Dott. Luciano Donadoni
CAIRE
Via Esodio 12
Milan


Cher Ami,


Je suis navré de n’ avoir pas répondu encore à votre lettre du 10 mars dernier. Je ne l’ ai pas fait pour la bonne raison que, comme vous vous en doutez, j’ ai été perpétuellement en déplacement à l’ étranger.


En ce qui concerne le pétrole nigérien, vous confirmez ce que je savais déjà, à savoir que l’ AGIP connaît l’ existence de nappes pétrolifères importantes au Niger. Comme je sais que c’ est le problème du transport - maintenant que le pétrole se trouve de plus en plus près de la mer - qui pose des difficultés insurmontables.


Permettez-moi toutefois de soulever un argument de taille : tous les pays de l’ Afrique francophone de l’ intérieur, c’est-à-dire le Mali, le Niger, la Haute-Volta et d’ autres encore comme le Tchad et la République Centrafricaine, ne disposent d’ aucune source énergétique. L’ expansion industrielle et en particulier le traitement des minéraux du sous-sol, se heurtent à l’ absence d’ énergie. En d’ autres termes, il faudrait attirer l’ attention de l’ AGIP sur le fait qu’ au lieu de penser à un écoulement vers la mer, il faudrait plutôt envisager un écoulement vers les pays de l’ intérieur. Vous savez vous-même que, dans ces conditions, le baril de pétrole pourrait être vendu deux ou trois fois son prix, tout en abaissant de deux à trois fois le prix de revient du baril livré à Niamey ou à Ouagadougou. C’ est là à mon avis un argument de taille, d’ autant plus qu’ à l’ heure actuelle, la chèreté du transport par camions-citernes sur 1.500, 2.000, 2.500 kilomètres de routes peu carrossables, rend la chose fort difficile. Je suis certain que si on arrivait à mettre à la disposition des Etats de l’ intérieur du carburant deux ou trois fois moins cher que son prix de revient actuel, cela permettrait un très grand essor de l’ industrie,donc de la production et de la consommation pétrolière. C’ est dans ce sens, me semble-t-il, qu’ il

faille travailler avant que le Niger, par exemple, n’ entreprenne la construction d’ un barrage, seul susceptible, dans les conditions actuelles, de lui donner l’ énergie nécessaire.


Dans l’ attente de vous lire, je vous prie d’ agréer, cher Ami, l’ expression de mes sentiments les meilleurs.


J. Oubet-Baulin

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique