Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

C-038-002-011

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.
















Annexe IV

PARIS - OUTRE - MER


30.5.69


" L’aide au développement du tiers monde, pour être à la fois moins couteux et plus efficace, sera poursuivie dans un cadre européen et international". Ces propos d’Alain Poher ne rassurent pas nos amis africains. Ce n’est pas la piteuse issue des négociations de Bruxelles qui les fera changer d’avis. On continue de s’inquiéter dans les capitales africaines francophones, et "Jeune Afrique" souligne que la crainte la plus sérieuse est que, quel que soit le candidat choisi, le "cartiéristes" n’imposent un désengagement général de la France, la seconde crainte étant que "l’esprit de francophonie ne disparaisse ou, en l’absence d’institution d’accueil, ne s’affaiblisse". L’hebdomadaire, qui n’est pas suspect, considère que le moins inquiétant n’est pas que, dans le climat actuel, personne ne soit en mesure, à Paris, de proposer "une véritable politique de coopération". Revenons à Bruxelles où, devant leurs partenaires africains, les six Européens, à l’heure de l’échéance de la Convention de Yaoundé, on montré qu’ils n’étaient d’accord que pour constater leur division. Six heures de délibération entre Européens n’ont abouti à rien. L’enjeu était pourtant d’importance. Il s’agissait de fixer le niveau de l’aide financière accordée pour les cinq années à venir, de décider de l’attitude à prendre au sujet des préférences dont bénéficient les produits européens dans les pays associés. Ce fut affreux . Les Africains n’en sont pas revenus.Pour eux, c’est une question vitale. Leur adhésion à la Communauté est un engagement de nature politique . Et leurs partenaires font montre, il faut bien le dire, d’un légèreté coupable que le propagande moscovite ne se fera point faute de monter en épingle. Certes, nul ne conteste le principe de renouvellement de la Convention, mais deux points importants restaient à régler : celui des échanges commerciaux et celui de l’aide financière. Sur le premier point, Rochereau, qui étaient ces jours derniers l’hôte de l’association des journalistes d’outre-mer, n’avait pas caché que les négociations seraient difficiles. A la demande de certains membres de la Communauté, il s’agit de réduire les tarifs préférentiels dont bénéficient des produits tropicaux, tel que café, cacao, huile de palme. En sens inverse, il s’agit de la suppression des "préférences inverses" accordées par les États africains associés aux Européens. Le combat fut surtout mené par la Hollande, notamment en ce qui concerne l’huile de palme, afin de préserver ses intérêts en Indonésie. Pour ce qui est des crédits, la commission d’outre-mer n’oppose pas de difficulté pour leur accroissement. Pour les cinq années à venir, ceux-ci pourraient atteindre, sans trop de mal, le milliard ( contre 730 pour les cinq années passées). Dans le message qu’il a fait parvenir au président du Conseil des Six, Diori Hamani, porte-parole des dix-huit, indique que les Six devraient accorder enfin toute l’attention nécessaire au problème . Un accord satisfaisant est possible. A la condition que l’Europe conserve aux relations eurafricaines la même signification que par le passé. C’est-à-dire des relations fondées sur " le sentiment d’une solidarité particulière, dépassant le cadre de simples arrangements d’ordre économique et commercial". En gros, les associés africains comprennent mal que la CEE réduise les avantages préférentiels, alors qu’elle accroît de 17 % en quatre ans, ses achats à l’ensemble des pays du tiers monde, et de 13 % seulement ceux provenant de ses partenaires. Compte tenu dde cette détérioration des termes de l’échange les Africains voudraient que le Fonds de développement se voie attribuer une dotation de 1.500 millions de dollars.


Le coup d’État du Soudan , une fois encore, est dirigé contre les civils agissant selon le Comité révolutionnaire, pour leurs propres intérêts, au service de l’impérialisme. La junte exploite le mécontentement des masses qui entendent, nous dit-on, voir le Soudan prendre la place qui lui revient au sein de la Nation arabe pour la libération de la Palestine. L’objectif des nouveaux messiers est l’instauration d’un socialisme à la soudanaise. Notez que désormais tout gréviste sera passible de la peine de mort. Dans cette affaire, il n’est pas question, évidemment, des revendications des Soudanais chrétiens du Sud. Sachez encore que, pour s’être admirablement adapté à l’Islam, le Parti Communiste soudanais est le plus important du monde arabe.


La rupture des relations entre Abidjan et Moscou s’explique, comme en Guinée en d’autres temps, par l’activité intempestive de l’ambassade soviétique. Abidjan n’apprécie pas que ses étudiants soient pris en main par Moscou même si, à échéance, ils doivent en revenir farouchement anticommuniste.


Sékou Touré s’étonne que les impérialistes se lamentent parce qu’en Guinée il y a des pendus et des hommes conduits au poteau. Les Libanais du Sénégal sont invités à ne plus aider les mouvements palestiniens.


Le Cameroun est favorable au projet d’agence francophone. Le Mali , ses affaire remises en ordre ; pourrai envisager d’adhérer au conseil de l’ Entente, voire à l’ OCAM . Dans " France-Eurafrique ", je vous signale un article consacré à l’africanisation des cadres et des entreprises. Pour l’auteur, cette africanisation serait pas une menace pour les investisseurs, mais un facteur de stabilité à long terme.

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique