Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

C-068-001

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.
















14.2.69


photocopie faite

RAPPORT CHELTON


Monsieur Chelton ets venu me voir hier après-midi 14 février 1969. Il arrivait du Canada. Il est venu pour me compléter, par un message oral, le rapport de notre consul Pierre Thomas. Voici les points soulevés :


1 . Francophonie
Pelletier a été rendu conscient des différents problèmes qui se posaient au gouvernement nigérien. Son adjoint, Monsieur J.P Goyer est un associé de notre consul Pierre Thomas au sein de la firme d’avocats. Il est en même temps l’adjoint parlementaire de Monsieur Sharp, ministres de Affaires Étrangères du Canada.


2 . L’aide canadienne


a. Le Groupe a obtenu que ce soit Monsieur Bernard Chevrier, haut fonctionnaire canadien et beau-frère de notre consul, qui dirige la mission d’aide canadienne qui arrivera incessamment à Niamey pour y étudier, officiellement, les modalités de matérialisation de l’aide déjà accordée, et faire un rapport officiel sur les projets d’aide au Niger.


Le consul insiste sur la nécessité de s’occuper très bien de Monsieur Chevrier. Il propose que le Commissaire Général au Plan, Monsieur Diallo Abdoulaye lui consacre le temps qu’il faut. Toujours selon Pierre Thomas, il voudrait que cette mission arrive à Niamey entre le 20 et le 24, pour que je puisse faire les introductions nécessaires.


Il faudrait exposer à Monsieur Chevrier, d’une façon fort convaincante, et la nécessité du barrage, et celle du chemin de fer. Bien entendu, il ne faut pas soulever la question des frais d’approche, etc... En ce qui concerne le barrage, Pierre Thomas en a parlé à Trudeau, comme à Marchand et à Sharp.




b. Blé.

Selon Pierre Thomas, le problème des commissions soulevé par la Côte d’ Ivoire a créé un malaise qui persiste, hélas. N’était-ce ce fait, le Groupe assure que l’on aurait très bien pu avoir, depuis plusieurs semaines déjà, le second contingent de 16.500 tonnes, et le commercialiser à l’étranger, d’où la nécessité, en cas de commercialisation, de présenter l’ensemble du problème d’une façon fort attrayante au Canada.


D’autre part, il serait bon, si le gouvernement du Niger désire consacrer les fonds provenant de la vente du blé à la Route de l’ Unité, d’officialiser d’une façon ou d’une autre cet objectif.

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique