N-20-067

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.
















(21 avril 1971)

CONSTRUCTION ROUTIERE

REPUBLIQUE DU NIGER

ROUTE DE L’UNITE ET DE L’AMITIE CANADIENNE
CONCEPTION, INGENIERIE ET
GERANCE DE CONSTRUCTION

MANDAT DU PROJET
ET
DESCRIPTION DES TACHES

(version finale annexée au contrat de la Société)

TABLE DES MATIERES

1. DESCRIPTION DU PROJET

2. OBJECTIFS DU PROJET

3. DESCRIPTION DES TACHES

4. INFORMATION ET SERVICES D’APPOINT

Données disponibles
Communication
Appui local

5. PREPARATION ET PRESENTATION DES RAPPORTS

Rapport mensuel sur l’avancement des travaux
Rapport annuel
Rapport final

1. DESCRIPTION DU PROJET

Le projet doit comprendre les dispositions pour l’ingénierie, l’administration et les services techniques nécessaires à la gérance et la construction en régie de la Route de l’Unité et de l’Amitié canadienne.

Cette route couvrira une distance d’environ 460 kilomètres, à partir de la ville de Gouré pour atteindre N’guigmi via Goudomaria, Maine-Soroa et Diffa, dans la région Est de la République du Niger. En général, il est envisagé de construire la route d’une largeur de 5,5 mètres avec une couche inférieure de 15 à 20 centimètres de sable stabilisé à l’argile, une couche de base de 15 centimètres de sable stabilisé au ciment, et une couche de scellement ou d’étanchéité bitumineuse. Les normes de conception seront mises à point et adaptées selon les exigences de la circulation et les conditions naturelles rencontrées au cours de la construction, et les modifications apportées au cours du projet devront être mentionnées aux rapports approuvés de la Société.

2. OBJECTIFS DU PROJET


(i) Construire la Route selon les normes spécifiées à l’aide de méthodes intensives de travail partout où cela s’avère économiquement avantageux
(ii) Réaliser le projet de la façon la plus économique en utilisant de l’équipement mécanique choisi spécialement pour les buts poursuivis et en entraînant de façon appropriée les opérateurs d’équipement et les mécaniciens.

(iii) Terminer les travaux en 48 mois du début de la première phase du Projet et dans les limites du budget alloué de $11000000 incluant le coût de la main d’œuvre locale et toute augmentation des prix pendant la durée du Projet mais non compris le revêtement bitumeux de la route.

Sans limiter la généralité de ce qui précède, l’étendue du travail est décrite plus amplement ci-après.

3. DESCRIPTION DES TACHES

En consultation avec le Gouvernement de la République du
Niger et l’ACDI, la Société sera responsable de la mise en chantier, de la programmation, de l’organisation, des études détaillées, de l’ingénierie, de la gérance et de la construction en régie de l’ensemble de l’ouvrage. Elle devra s’occuper de l’achat par appel d’offres de l’ensemble de l’équipement et des matériaux, de leur livraison au chantier et de leur utilisation aux fins de l’ouvrage.

Plus particulièrement mais non limitativement, les services de la Société peuvent s’énumérer comme suit :


3.1 la préparation et la présentation d’un plan détaillé de l’exploitation et de l’administration du projet dans lequel elle exposera les mesures et les procédures qu’elle compte adopter pour les étapes préalables à la construction du projet.
3.2 l’établissement d’un service d’achat et de comptabilité dont le mode d’exploitation se conformera aux règlements de l’ACDI, quant aux déboursés tel que décrit dans l’annexe.
3.3 la rédaction et l’émission des devis descriptifs et la commande, dans les meilleurs délais, de tous les équipements requis aux fins de formation et de construction pour les premiers tronçons d’essai. Il faudra exécuter ultérieurement le cahier des charges et les commandes de

l’équipement au rythme exigé par les travaux de construction.

3.4 la fourniture des services d’experts en approvisionnement en eau et en forage de puits afin de localiser les réserves suffisantes d’eau longtemps avant le début de la construction ; de déterminer les quantités disponibles, les débits et la nature des méthodes de livraison d’eau. Ces facteurs, à leur tour, décideront des méthodes et du rythme de construction ainsi que du tracé de la route.
3.5 la mise sur pied, au chantier, d’un laboratoire d’analyse des sols, avec le personnel et le matériel voulus, pour localiser les matériaux et mettre au point les devis relatifs aux éléments stabilisés de la coupe transversale de la route.
3.6 la fourniture d’une équipe qui fera le relevé et les études de la route pour en effectuer la localisation avant la construction. L’emplacement de la route sera déterminé en étroite collaboration avec les équipes chargées de l’analyse des sols et de l’approvisionnement en eau.
3.7 l’établissement, l’embauche du personnel et l’exploitation d’un centre de formation pour les opérateurs d’équipement et les mécaniciens nigériens.
3.8 la construction de tronçons d’essai pour la route, en collaboration avec les ingénieurs spécialisés dans les sols et les matériaux.
3.9 la mise en place d’une structure administrative au Niger pour fournir, aux équipes de construction et aux ouvriers, l’appui matériel voulu.

3.10 l’entretien de relations suivies avec les autorités supérieures désignées par le Niger afin d’assurer l’utilisation rationnelle de la main d’œuvre d’appoint para-militaire tout au long du projet.
3.11 les recherches exhaustives sur la disponibilité du ciment et de bitume d’origine locale et étrangère, ceci afin d’éviter tout retard dans la construction dû aux manques de matériaux.
3.12 l’élaboration, pendant les phases préliminaires d’un plan détaillé des travaux de construction. Ce programme devra inclure les prévisions budgétaires détaillées ainsi que l’estimation des entrées et sortie de caisse pour le projet.
3.13 la programmation selon la méthode du cheminement critique.
3.14 la mise à jour mensuelle pendant la durée du projet de ce cheminement critique ainsi que des prévisions budgétaires et de l’estimation des entrées et sorties de caisse pour les intégrer dans les rapports périodiques à l’intention du Conseil Niger et de l’ACDI.

INFORMATION ET SERVICES D’APPOINT


(i) Données disponibles

Le Niger s’engage à fournir à la Société l’ensemble des rapports, registres, cartes et photographies, statistiques et informations technogéniques pouvant servir au projet et, dans la mesure du

possible, à leur faciliter l’accès à toute autres source d’information pertinente.
(ii) Appui local
Le Niger s’engage à faciliter à la Société l’obtention des services d’appoint dont elle aura besoin et en particulier plus à fournir les services suivants :

1. les effectifs ouvriers, y compris les candidats sérieux à la formation prévue pour les opérateurs d’équipement et les mécaniciens. Cette main d’oeuvre se composera de personnel para-militaire encadré par des officiers militaires et sera fournie à la demande de la Société, selon les besoins du projet.
2. les dispositions nécessaires quant à l’administration, le gîte et la subsistance des effectifs ouvriers au chantier et à d’autres endroits où ils pourraient être requis.


5. PREPARATION ET PRESENTATION DES RAPPORTS

Les rapports suivants devront être soumis au Niger et à l’ACDI. Le nombre de copies pour chacun sera déterminé au cours de la réalisation.


(i) Rapport mensuel sur l’avancement des travaux

Un rapport sur l’avancement des travaux devra être soumis dans les dix premiers jours de chaque mois. Ce document devra renfermer le résumé des travaux effectués au cours du mois précédent, du personnel qui y a travaillé et de l’équipement employé. Ce rapport devra également contenir un relevé détaillé des déboursés et des dépenses engagées et prévues qui devra, à son tour, être comparé aux entrées et sorties de caisse prévues dans les prévisions

budgétaires et à l’avancement des travaux.
(ii) Rapports de phase
A la fin de la première et de la deuxième phase du projet, la Société devra soumettre des rapports détaillés comprenant le résultat des études, le programme des travaux, les estimations du coût des travaux et les échéanciers de paiements.
Le Niger pourra de plus exiger la présentation de rapports sur les points particuliers.

(iii) Rapports annuels
Chaque année, la Société devra préparer un rapport exhaustif du projet, dans lequel elle exposera l’avancement des travaux pour la période qui vient de se terminer. Ce rapport devra reprendre les points saillants des rapports mensuels ainsi que des comptes rendus mensuels sur l’état financier et l’avancement de travaux, tel que requis au paragraphe 3.14 de la Description des tâches. Devront également être inclus, le relevé détaillé des dépenses encourues pendant l’année en vertu du prêt accordé ainsi que les prévisions relatives aux déboursés pour l’année qui vient. Le rapport annuel devra être illustré et imprimé avec soin, de façon à pouvoir être soumis à la considération des autorités gouvernementales supérieures et de l’ACDI.

(iv) Rapport final
Au terme des travaux, un rapport exhaustif devra être préparé sur l’ensemble du projet. Ce rapport devra porter sur les considérations techniques et financières mentionnées plus haut, et traiter également des répercussions socio-économiques de sa réalisation.

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique