N-20-073-030

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.
















3. 0 CRITÈRES ET NORMES DU PROJET


Tous les critères et normes seront déterminés, en fonction des standards internationaux, en accord aux termes de référence.


Il seront améliorés et adaptés selon les conditions naturelles rencontrées au cours de la construction. Les plus importantes de ces caractéristiques sont les suivantes :



- capacité nécessaire


- largeur de route


- largeur de voie


- largeur des accotements


- emprise


- profil en travers


- coupes transversales typiques


- structure des routes


- courbes horizontales minimales


- courbes de raccordement


- distances de visibilité


- courbes verticales


- courbes de raccordement aux points bas et en crête


- dévers


- pente des talus en déblai


- pente des talus en remblai


- classement des pentes d’après leur hauteur


- pente longitudinale maximale autorisée


- pente longitudinale maximale à recommander.


Si les caractéristiques souhaitables pour un tracé optimum sont retenues pour la réalisation des travaux il sera nécessaire, par endroits, de surélever la chaussée d’une hauteur variable pour éviter les ensablements et permettre la mise en place des ouvrages d’assainissement indispensables à un bon drainages.


En règle générale, et dans toute la mesure du possible, la route épousera de très près le profil du terrain naturel lorsque ce dernier est peu accidenté.


En conclusion, cette première période de recherches et d’essais servira de base à toutes les activités de chantier et de bureau permettant ainsi

de passer au stade de la construction, tant au point de vue des études et de l’implantation qu’à celui de la surveillance des travaux. la seconde partie du programme est décrite ci-après :


4. 0 DÉTAILS DES ÉTUDES TECHNIQUES


Après commentaires et approbation des travaux de l’avant-projet, nous abordons la seconde étape du projet où chaque opération entre plus profondément dans les détails, couvrant et étudiant chacune des particularités du terrain que nous aurons à analyser tout au long du tracé.


Ces opérations sont les suivantes :


Recherche du tracé. - Afin d’obtenir un tracé optimum ayant des caractéristiques répondant aux besoins du futur itinéraire, nous nous proposons de faire cette recherche par une nouvelle reconnaissance très approfondie, fractionnant le parcours en tronçons de dix kilomètres de longueur. Elle tiendra compte, principalement, de facteur très importants tels que :



- le développement


- l’éloignement des carrières


- la recherche des sols de bonne portance


la situation des points d’eau


la situation des villages.


Le relief se caractérisant, en de nombreux endroits, par la présence de zones dunaires formant le plus souvent des cuvettes sans exutoire naturel, la recherche sera orientée de façon à :



- aborder les dépressions dans les conditions les plus favorables, sans sacrifier aux caractéristiques souhaitables et sans terrassements trop importants :


- traverser ou contourner, dans une mesure raisonnable, les zones basses inondables en saison des pluies en raison de sous-sol peu perméable dont le drainage naturel n’est pas assuré ;


- éviter les zones de sables non cohésifs ;


Suivre, dans toute la mesure du possible, mes lignes de crête.


Dans une mesure compatible avec les considérations topographiques et géotechniques, le tracé adopté devra desservir les villages.


Chaque tronçon de dix kilomètres sera étudié sous forme de bandes de levé, plus ou moins larges suivant les difficultés du terrain, comportant un layon principal ou tracé théorique résultant des premières observations et complétées par des layons secondaires transversaux et éventuellement, longitudinaux.


La définition de l’axe pourra donc se dérouler en deux phases successive :



- choix de la bande et levés ;


- calage exact de la ligne rouge à l’intérieur de cette bande, en plan et en profil. Les considérations d’ordre géologique, géotechnique et topographique seront déterminantes.


4.1 RELEVÉS TOPOGRAPHIQUES


les opérations topographiques proprement dites commenceront dés l’adoption de l’avant projet et calage de l’axe du tracé. Elles seront exécutées par deux groupes bien distincts : relevés et construction. Le premier groupe aura pour attribution.


4. 1. 1 PLANIMÉTRIE.


ploygonale servant de ligne d’axe au tracé proposé.



a) mesure des angles, exécutée quatre fois ( dans deux positions du cercle horizontal ) en retenant la moyenne des lectures. Pour une plus grande sécurité, il est prévu une série d’observations solaires tous les dix kilomètres, tout au long du tracé et une compensation angulaire sera appliquée chaque fois que cela s’avérera nécessaire.

Les sommets seront matérialisés par des tiges métalliques et rattachés à une ligne de références parallèle à la ligne d’axe.


b) mesure des distances, exécutée deux fois en appliquant les corrections nécessaires, en particulier les corrections de température. la moyenne des mesures obtenues sera utilisée et, lorsque la tolérance de 1 à 10.000 sera dépassée, les opérations seront reprises.


4. 1. 2 ALIMÉTRIE


Un réseau de nivellement sera établi, matérialisé par des bornes de béton tous les kilomètres. Ces travaux de nivellement se feront par circuits fermés, avec points intermédiaires solides.


Le réseau complet sera rattaché au réseau I.G.N. et la précision en sera du deuxième ordre, soit 9. 5 mm. racine carré de K


4. 1. 3 PROFIL EN LONG - PROFILS EN TRAVERS


Les points de profils en long, servent de base aux profils de travers, seront espacés de 30 mètres, ou moins, suivants les accidents de terrain. De part et d’autre du tracé, 4 à 6 points seront levés sur une distance de 20 à 30 mètres. Au sommets, un profil en travers

sera pris sur la bissectrice avec distance plus longue à l’intérieur de l’angle à l’endroit où la courbe sera inscrite.


4. 1. 4 RELEVÉS DE DÉTAILS



- franchissement de cours d’eau


- obstacle se trouvant dans l’emprise


- piste ou chemin existant


- limites de village


- boisés


- végétation


- affleurement rocheux


- croisements ou bifurcations


- localisation des puits de sondage


- localisation des carrières


- localisation des sources d’eau


Le second groupe aura la tâche d’implanter sur le terrain, suivant les données et plans issus du bureau d’études, tous les points nécessaires à la construction, notamment :



- l’implantation des courbes


- le jalonnement de la ligne d’axe


- le jalonnement d’une ligne de référence de part et d’autre de la ligne d’axe


- le jalonnement de lignes intermédiaires représentant les haut et bas de pente


- les fossés s’il y a lieu


- l’implantation des ouvrages d’art


- les profils en travers, après chacune des opérations de construction, servant de base au calcul des cubatures.


- la réimplantation et le rejalonnement lorsque ce sera nécessaire.


Les jalonnements se feront à raison de 25 mètres de distance en alignement et 10 mètres en courbe.


4. 2 ÉTUDES GÉOTECHNIQUES


L’examen du sous-sol se fera à l’aide de puits de sondage peu profonds ( environ 1,5 à 2,0 mètres ) le long du tracé proposé.


Dans chaque puits, il sera procédé à l’identification visuelle des sols et établi une coupe géologique du terrain. Des échantillons des types

de sols rencontrés seront prélevés pour essais de laboratoire. La densité in-situ des sols se présentant en surface sera déterminée par la méthode du sable et à chaque essai de densité, des échantillons représentatifs du sol soumis à l’essai seront prélevés et apportés au laboratoire où des essais plus détaillés seront effectués.


La distance entre les puits dépendra des conditions géologiques et sera déterminée sur place. Les distances prévues sont d’environ 500 mètres en terrain à peu près horizontal et de géologie uniforme. Elles pourront être réduites en fonction des conditions locales, plus précisément dans les cas suivants :



a) dans les zones de matériaux d’emprunt de bonne qualité,


b) dans les zones à sous-sol de qualité médiocre, proche du point critique,


c) dans les zones présentant de sérieux problèmes de drainage,


d) dans les zones nécessitant l’excavation de profonds déblais,


e) à l’emplacement des ouvrages d’art.


En outre, les problèmes des variations de niveau de la nappe phréatique seront examinés avec soin, de façon détaillée. cette étude pourrait être faite à l’aide de tube d’observation.

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique