Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

N-20-073-110

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.
















Il inculque les préliminaires techniques au personnel mécanicien local en essai. Il organise le magasin de pièces détachables afin de le connaître parfaitement et de souligner au chef du matériel les besoins éventuels et participe lui-même directement à toutes les phases techniques et pratiques des réparations.


4. 2. 14 Chef foreur. Sous la direction de l’hydro-géologue, et conformément aux renseignements obtenus à partir des études du sous-sol, il exécutera tous les forages des puits, destinés à l’approvisionnement de l’eau indispensable à la vie du camp, et aux opérations de construction.


Il devra posséder une expérience chevronnée du forage, obtenue surtout au cours de travaux dans des conditions similaires de sol et de climat.


Il sera directement responsable de la bonne organisation de son matériel, de son utilisation, son entretien et son déplacement.


Il verra à l’installation des pompes lorsque requis


5. 0 ORGANISATION DE LA RÉALISATION


La réalisation s’effectuera de la façon décrite ci-dessous, et en fonction du planning établi selon la méthode du cheminement critique attaché ci-après.


5. 1 PRÉPARATION À MONTRÉAL


Pendant cette période, la direction étudiera et prendra les dispositions définitives concernant le personnel cadre, fixant notamment les dates d’entrée en fonction et de déplacement sur place. Une attention toute particulière sera apportée au personnel qui sera appelé à remplir des fonctions éducationnelles.


Le Directeur de Projet, le Directeur Administratif, ainsi que le Chef de l’équipement établiront les demandes de soumissions pour le matériel, rédigeront les commandes et veilleront à la bonne réception du matériel et des fournitures au point d’embarquement. Ils organiseront les détails de transport maritimes de Montréal à la Côte

Africaine, à Lagos, en accord avec les normes internationales, et celles de l’ A.C.D.I.


Il sera nécessaire, de plus, pendant cette période, de faire un inventaire très détaillé des possibilités d’approvisionnement en matières premières au Niger et dans les pays limitrophes. Dans la mesure du possible, on pourra donc étudier et même lancer, dés ce stade, les appels d’offres à ce sujet et rédiger les cahiers des charges correspondant.


5. 2 TRANSPORT TERRESTRE ET INSTALLATION


A l’arrivée du matériel à Lagos, une partie importante du personnel canadien devra déja être sur place pour prendre réception de la cargaison, en surveiller le déchargement et veiller au bon déroulement du transport ferroviaire vers Kano. Pendant ce temps, une équipe devra faire une mission de reconnaissance entre Nguru et Gouré pour évaluer la possibilité de passage des convois directement entre ces deux localités évitant ainsi

un trajet supplémentaire d’environ 400 km.


Un fois le matériel de campement arrivé à destination ( Gouré ) une partie du personnel canadien, aidé des premiers militaires nigériens, procédera à l’établissement du camp. On installera les camp de roulottes de façon à obtenir un agencement fonctionnel : section résidentielle et ses services annexes, ( cuisines - sanitaires, etc. ) et section opérationnelle ( bureaux, ateliers, laboratoires ) à proximité du site des travaux.


5. 3 MISE EN PLACE DU PERSONNEL LOCAL


5. 3. 1 Aussitôt la période d’installation en cours, le directeur de projet prendra les arrangements définitifs avec le gouvernement Nigérien pour organiser la mise en place du personnel militaire local. On procédera immédiatement à l’instruction technique préliminaire de ce personnel, de façon à assurer le démarrage des reconnaissances topographiques, géologiques et hydro-géologiques dans les plus bref délai.


5. 3. 2. L’équipe de techniciens des sols effectuera tous les essais prévus, sur le terrain et en laboratoire, afin de déterminer notamment la composition des mélanges nécessaires pour la fondation de sable argileux et les caractéristiques du sol-ciment. L’équipe sera guidée par l’ingénieur des sols et son technicien, assistés du personnel militaire choisi pour apprendre les méthodes d’échantillonnage et l’exécution des essais en laboratoire.


5. 3. 3. L’équipe d’hydro-géologie fera une investigation du terrain à proximité de l’axe de la route indiqué par l’équipe topographique et exécutera ensuite les forages nécessaires, en vue d’assurer le ravitaillement en eau des premiers 30 km. de construction de la route. Cette équipe sera dirigée par l’ingénieur de mécanique des sols et l’hydro-géologue, secondée par les spécialistes en forage et accompagné par le personnel sélectionné du service de génie

militaire pour l’entraînement au forage et à l’entretien des puits.


5. 3. 4. Sous la direction de l’ingénieur de route et de l’ingénieur de bureau, l’équipe d’arpentage procédera à une reconnaissance du tracé, à laquelle succédera l’étude topographique définitive du tronçon d’essai. la détermination de l’axe de ce premier tronçon sera faite d’après les observations des équipes de forage et de mécanique des sols. En plus des ingénieurs de route et de bureau, l’équipe sera composée de topographes, dessinateurs et des membres des cadres du service de génie civil sélectionnés pour l’entraînement du département d’arpentage et de dessin.


5. 3. 5. L’ingénieur travaux, les conducteurs de travaux, le directeur du matériel et le chef mécanicien, aidés des instructeurs supplémentaires, procéderont parallèlement à l’entraînement des futurs opérateurs

et mécaniciens. Cette éducation, précédée d’une sélection du personnel, en fonction des aptitudes apparentes, se fera de façon progressive ; il serait en effet difficile d’envisager cette éducation d’une soixantaine de personnes simultanément.


5. 4. APPROVISIONNEMENT ET STOCKAGE


Il sera primordial, dés le début, affecter les responsables prévus à l’établissement d’un système d’approvisionnement fonctionnel et efficace, essentiel au bon déroulement de la vie quotidienne de la mission.


Toute la bonne marche des opérations futures en dépendra. Il s’agira de déterminer les sources d’approvisionnements, d’organiser les achats, les transports et les stockages de toutes les denrées périssables, des matières consommables ainsi que des matières premières.


Il s’agit là d’un point très important du programme, puisque le volume des transactions qui en découleront conti

tuera un atout important dans l’économie nigérienne. En effet, en plus des denrées périssables, les besoins journaliers de fournitures comprennent environ 10 tonnes de bitume, 40 tonnes de ciment et 5 tonnes de carburants et lubrifiants.


5. 5. CONSTRUCTION


A ce stage, on pourra amorcer les opérations de construction du tronçon d’essai, suivant la méthodologie de construction détaillée plus haut.


La coordination entre l’encadrement technique canadien et le service de génie militaire nigérien doit être mise au point dés le début des travaux. ce sont évidemment les officiers nigériens qui auront la responsabilité de la discipline de leurs troupes et de la progression de travaux au rythme prévu indiqué au planning, alors que les experts canadiens répondront de la réalisation technique du projet. Une étroite collaboration entre les deux sera

évidemment indispensable, et ce, à tous les points de vue.


La première phase de travaux sera la construction du tronçon d’essai. Ceci permettra à toute l’équipe d’acquérir l’expérience indispensable dans tous les domaines, laquelle assurera la succès de l’exécution du projet en totalité.


Deux années de service de la part de chaque membre de la section du génie militaire nous semble raisonnable, si on tient compte du climat, de l’isolement et de l’absence de tout lien familial. Le remplacement échelonné de ces hommes permettrait l’entraînement d’un nombre plus considérable de gens dans les spécialités routières, et devrait pouvoir ainsi se faire sans affecter le rythme du chantier.

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique