Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

N-21-005-001

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.















18.12.72


Sommaire des observations sur l’équipement et les opérations de la flotte nigérienne de pousseur et péniches - du 17 novembre au 18 décembre 1972 .


1. Équipement

En général , la conception et la construction de pousseur et péniches (sauf pour quelques points à compléter et les points concernant la garantie normale ) répondent aux exigences opérationnelles du transport de fret , avec un tirant d’eau de 5 pieds , sur le fleuve Niger , de Port Harcourt .


a) Les péniches peuvent être accouplées et découplées rapidement et efficacement même par un équipage relativement inexpérimenté .


b) Les péniches peuvent être chargées de 180.000 gallons U.S. de pétrole en moins de deux heures , par chacune .


c) Les péniches peuvent être manoeuvres au travers de cours d’eau étroits et tortueux .


d) En eau calme , une vitesse de croisière de 10 miles à
l’heure peut être maintenue , sur parcours rectiligne , avec un train de péniches composé de trois péniches et pousseur . On pense qu’aucune différence appréciable n’apparaîtrait avec un train de quatre péniches et 1 pousseur .


Opérations


a) Le temps de transit , entre les cours d’eau , entre Port Harcourt et le fleuve Nun (route intérieure) est très long et sujet à accidents . On estime pouvoir gagner trois à quatre jours de voyage , entre Port Harcourt et Brass , chaque fois , si la route côtière pouvait être utilisée au lieu de la route intérieure . L’inclusion d’un équipement d’un équipement pouvant prendre la mer doit être considérée .


b) Il a été démontré , généralement , que les opérations pouvaient être relativement faciles lorsque le niveau de l’eau est normal et particulièrement lorsque les chenaux sont bien balisés .


c) Actuellement , le niveau de l’eau sur le Niger est proche de sa plus grande bassesse historique (c’est-à-dire que les opérations commerciales normales par pousseur et péniches , à ce moment de l’année de l’année sur la rivière Bénaué et sur le Niger , au-dessus d’Onitsha , ont été interrompues à cause du niveau anormalement bas de l’eau ) . Cela a occasionné une avance très lente sur le Nun et sur le Niger jusqu’à Lokoja .


d) Contrairement aux informations officielles et à ce qu’on était en droit d’attendre , le balisage des chenaux sur le Niger était pratiquement inexistant et là ou il existait , il était souvent erroné .


A cause du bas niveau de l’eau et du manque de balisage des chenaux , les échouages devinrent inévitables et prirent beaucoup de temps . Tous ces échouages inutiles et presque journaliers sur

sur des bancs de sable demandèrent des opérations de sauvetage de la part du pousseur , sans compter les opérations d’allégement nécessaires pour libérer les péniches . Presque tous les retards enregistrés à ce jour ont été dus à ces échouages .


Avec des chenaux convenablement balisés , on pense n’avoir que très d’échouages pendant les opérations normales sur le Niger .


e) Des équipages expérimentés dans le maniement de grandes péniches et de pousseurs puissants ne sont pas facilement disponibles en Afrique de l’Ouest . Néanmoins , l’expérience à ce jour a montré que l’équipement est assez simple et flexible dans son maniement pour être manoeuvré par des équipages disponibles dans cette partie du monde .


f) Jusqu’à ce jour , la plupart des éventualités se sont présentées (échouages , crevaison des réservoirs de caoutchouc , chargement et déchargement d’essence , manoeuvres dans des zones réduites à la longueur des péniches , etc.) De telle sorte que la flexibilité de l’équipement et la possibilité de l’équipage à manoeuvrer , entretenir et réparer l’équipement sans aide extérieure ont été amplement démontrés .


g) Le manque d’aménagements pour effectuer des communications radio et le manque de possibilités d’atteindre par radio un service commun de télécommunications ont été trouvés complètement inacceptables pour ce type d’opération .

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique