Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

N-21-020-001

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.
















Niamey, le 21 juillet 1970


A
Monsieur le Président de la République


objet : Proposition krupp.


monsieur le Président,


Il me fait plaisir de vous soumettre mes commentaires des propositions Krupp, S. O. A. E. N et de la N. B. T. C.


Vous trouverez également incorporés dans les commentaires une étude de rentabilité détaillée, basée sur des chiffres partiels, ainsi que quelques suggestions qui découlent de notre dernière réunion.


Il est tout à faitimpératif que cette note soit gardée le plus confidentiellement possible du moins jusqu’au moment où nous aurons complété les ententes avec la N. B. T. C. pour louer leurs barges afin d’entreprendre notre expérience de cette année.


FRANCOIS CORDEAU


COMMENTAIRES


Sur le projet n°2166
présenté par la Société FRIED KURPP G.M.B.K
Flotte pour la navigation sur lefleuve Niger


En page 2 du Rapport .


1) Premier Paragraphe


On suggère trois convois de 1500 tonnes avec transbordement a Gaya, deux convois opérant en aval du pont pendant 4 semaines de voyage chacun pour l’aller et le retour, soit une rotation à toutes les deux semaines.


L’autre convoi opérant en amont du pont ne prendra pas plus que 5 jours pour une rotation complète, alors,il devra attendre une semaine.
Cette perte de temps est très grave vu qu’un convoi semblable entraîne une perte de l’ordre de 200 000 CFA/jour ne travaillant pas.
On préfère la solution où les barges sont conçues de manière à être callées pour passer sous le pont avec un pousseur an aval et en amont du pont.


Dans ce cas, il serait préférable d’opérer 4 convois de barges, afin d’avoir une arrivée par semaine, un pousseur de 400 CV opérant entre Gaya et Niamey. Un autre pousseur de 400CV opérant entre Gaya et Kainji et un pousseur de 900 CV opérant an aval de Kaindji jusqu’à la mer.
la puissance des pousseurs mentionnée ci-dessus n’est qu’à titre d’exemple et de comparaison. Ce sera un des inconnus à être déterminé par l’expérience prévue pour septembre 1970.
Il n’est aucunement nécessaire pour le Niger de devenir propriétaire de tous les barges et des pousseurs, il y a différents arrangements qui peuvent être envisagés selon le cas qui se présente, mais leNiger doit nécessairement être propriétaire de quelques unités pour pouvoir se garder et contrôler les droits du marché.


2) A partir du 3 ème paragraphe du bas de la page 2 "cette société serait propriétaire ..." et lisant jusqu’au milieu de la page 3 au paragraphe qui commence par "La N.B.T.C. et la S.O.A.E.N..."
Toute cette partie est des plus intéressantes et très avantageuse au Niger,mais le paragraphe suivant :
"En d’autre termes, la N.B.T.C. et la S.O.A.E.N. proposent d’assurer la gestion de la S.N.T.F. sur des bases analogues à celles dans laquelles la gestion de la S.N.T.N. est effectuée par la compagnie Transafricaine"


détruit tout. La S.O.A.E.M. n’a aucunement l’intention de laisser à l’administration de la S.N.T.F.les plus responsabilités décrites plus haut (principalement : tous les prix et les tarifs de transports et tous les contrats de transport.)


La S.O.A.E.N. remet par le fait même en question le but principal du développement fluvial qui est d’offrir un transport peu coûteux aux consommateurs.


III) Dans l’avant dernier paragraphe de la page 3, la Société Krupp nous laisse entendre qu’il ne serait pas en faveur de nous trouver du capital à un taux inférieur à 4% si le Niger ne forme pas une société mixte en collaboration avec N.B.T.C. et S.O.A.E.N.
C’est du chantage, parce que lors de leur premier voyage, il nous avait parlé en ces termes sans aucune condition d’association.
La société Krupp n’est intéressée qu’à vendre de sa marchandise,payée par le gouvernement Allemand. Si l’on veut bien elle négociera avec nous aux conditions les plus avantageuses pour nous. Car on a l’impression que le capital à investir par NBTC et SOAEN suggère par rapport Krupp proviendrait de la maison Krupp. C’est ce que nous allons voir plus loin.


IV) Le dernier paragraphe de la page 3 est réellement une close par laquelle un des associés veut soutirer de la société plus de profit que l’autre par 5%. Définitivement cette condition n’est aucunement acceptable et négociable.


Les deux paragraphes de la page 4


S’il y a négociation entre NBTC et la SOAEN pour former une société mixte, l’un des associés ne devrait pas assurer la gestion,mais bien s’en tenir comme il a été proposé en page 2 et en page 3. La gestion de la société est assurée par des administrateurs engagés pour leur connaissance, leur expérience et leur personnalité, par le conseil d’administration.
dans cette pratique est adaptée par toutes sociétés où les actionnaires se font mutuellement confiance.
Le Niger depuis nombre d’années dépense pour conduire des études dans le but de rendre le fleuve navigable. Définitivement ces dépenses devraient être estimées et capitalisées.


Annexe A


ESTIMATION DES RECETTES


Carburant



Tarif suggéré par Krupp


5.60 CFA T/Km



Tarif chargé par N.B.T.C sur le Tchad


4.30 CFA T/Km



Tarif contemplé par le Niger


3.60 CFA T/Km



Tarif OCDN 13.6 EN MOYENNE





Tarif S.N.T.N. 13.1


13.30 CFA T/Km


Il a été prévu transporter 20.000 tonnes d’hydrocarbure la première année. Cette quantité fut principalement guidé par la capacité de stockage d’hydrocarbure disponible. Si l’on se refère au rapport Krupp, il y aura possibilité de transporter 33.600 tonnes par an dès la première année.


Il faudra demander aux compagnies d’huile de prévoir un stockage pour cette capacité dès la première année.


Cette économie gagnée par le transport des hydrocarbures se fera sentir principalement sur les tarifs d’électricité, de l’eau et du transport routier.On pourrait envisager une plus grande économie gagnée sur l’essence est rapportée sur le gasoil.
Alors : 33.000 x 145 km x 3.60 CFA T/Km = 197.226.000


Coton Fibres



Tarif suggéré par Krupp


5.1 CFA T/Km



Tarif chargé par N.B.T.C sur le Tchad


5.4 CFA T/Km



Tarif contemplé par le Niger


3.0 CFA T/Km



Tarif Cotonou


13.0


Il a été prévu de transporter 3000 tonnes/an.
Alors : 3000 tonnes x 1 345 km x 3.0 CFA T/km = 12. 105.000 CFA


graines de coton



Tarif suggéré par Krupp


3.7 CFA T/Km



Tarif chargé par N.B.T.C sur le Tchad


3.7 CFA T/Km



Tarif contemplé par le Niger


2.8 CFA T/Km



Tarif Cotonou


8.0


Il a été prévu de transporter 5000 tonnes par an.
Alors : 5 000 tonnes x 1 345 km x 2.8 CFA T/km = 18. 830. 000 CFA


Arachides



Tarif suggéré par Krupp


3.0 CFA T/Km



Tarif chargé par N.B.T.C sur le bas du Niger


4.5 CFA T/Km



Tarif contemplé par le Niger


2.5 CFA T/Km



Tarif Cotonou en poyenne de Dosso


4.5



Tarif O.C.D.N 2.1 T/KM




Il a été prévu 10.000 tonnes/an, quand physiquement on peut transporter de la mi-décembre à la mi-avril 19.000 tonnes
Alors 19.000 tonnes x 1 345 x 2.5 T/km = 68.887.500 CFA


Nous n’avons considéré que quelques uns des items qui pourraient être transportées par le fleuve. En plus,on pourrait énumérer : le tourteaux à 2.8 CFA T/km, huile d’arachide à 3.6 CFA T/km, le cheptel à 3.4000 CFA par tête, le phosphate à 2.8 CFA T/km et beaucoup d’autres produits dont pour l’immédiat on ne serait entre-voir.
Un autre aspet du transport fluvial à ne pas négliger serait de développer le cabotage. Une première tentative de cabotage avec le riz et le paddy est entreprise durant cette année expérimentale.
Il n’y a pas que les commodités pour le Niger à transporter, il faudrait également offrir ces services à la Haute Volta, au Mali, au nord du Dahomey et au Nigéria en amont de jebba. Toutes ces régions détiennent un potentiel que l’on ne saurait négliger.
Après que nous avons terminé l’étude physique du fleuve et de ses affluents en aval de Niamey, nous serons en mesure alors de préparer un projet d’ensemble dans lequel nous étudierons toutes les possibilités de cargo à transporter provenant de toutes les régions.


Annexe B


Estimation des coûts d’Exploitation


Dépenses d’Administration



Loyer du bureau 125.000/ mois


CFA
1.500.000



Loyer d’un atelier de réparation 80.000/ mois


960.000



Salaire du directeur 100.000/ mois


1.200.000



Salaire du comptable contrôleur 11.500/ mois


858.000



Salaire du directeur technique 85.000/ mois


1.020.000



Salaire d’une secrétaire 21.000/ mois


252.000



Salaire d’une dactylo 14.000/ mois


168.000



Postes, téléphones, télégrammes 25.000/ mois


300.000



Electricité et l’eau 60.000/ mois


720.000



Dépenses de voyage, déplacement 50.000/ mois


600.000



Honoraire d’agence 2%


2.000.000



Assurances


18.000.000



Provision pour renouvellement de Matériel 1/20


37.500.000



Rémunération du capital 6% sur 100 M


6.000.000



Frais divers


15.000.000



Imprévus


13.000.000


TOTAL :


99.078.000


Dépenses d’opération



Salaires des Capts. et Chefs Mrs.






gros remorqueur


20.000/ mois/pers.


960.000




petit remorqueur


15.000/ mois/pers.


360.000



Salaires des seconds






gros remorqueur


13.500/ mois/pers.


648.000




petit remorqueur


12.065/ mois/pers.


290.000



Salaires des membres d’équipage (4) 6.000/ mois/ pers.


864.000



Combustible, huile et graisse à 700 CFA/ tonnes





Prix hors douzaine



1.000.000



Réparation et entretien Fousseurs 3%



22.500.000



Barges 1,50%




11.000.000




TOTAL



46.882.000


Les dépenses totales occasionnées pour transporter le cargo



décrit en annexe A


= 183.782.000



recettes en annexe A


= 297.048.000



Projets avant impôt


= 113.244.500


Soit environ 37% de projet.
Le projet est très rentable parce qu’on peut recouvrir les dépenses seulement par le transport des hydrocarbures


NAVIGATION SUR LE FLEUVE NIGER ENTRE NIAMEY ET WARRI


Il y a au moins deux opinions sur la navigabilité du rapide de Bajibo et sur la longueur de la période de navigabilité de Jebba à Kainji.


Dans le premier cas, on croit que les opinions émises dépendent surtout de l’expérience de chacun des observateurs et les essais de cette année vont trancher cette question définitivement.
Nous avons l’intention d’essayer de passer en premier le pousseur seul, après le pousseur avec une barge et ensuite le pousseur avec deux barges etc.
Cette pratique va nous indiquer clairement : le meilleur type, le pousseur à l’employer, ainsi que la forme des barges, leur capacité et leur longueur maxima.


Dans le deuxième cas, la longueur de la période de navigation et de 11 mois par an par mauvaise année pouvant s’étendre jusqu’à douze mois. Théoriquement, c’est faisable.
En pratique jusqu’à présent les autorités du barrage de Kainji ne l’ont pas fait, du moins ils n’ont pas essayé. Encore une fois, les essais de navigation de cette année vont forcer les autorités de Kainji à contrôler le niveau d’eau, et on verra alors si la théorie et la pratique s’accordent.


DESCRIPTIONS DE L’EQUIPEMENT


Le prix de l’équipement suggéré par Krupp est sensiblement le même prix que nous avons reçu du Canada. Pour les pousseurs les prix sont nettement supérieurs aux prix hollandais par 13.000.000 de CFA pour les gros pousseurs.
Le coût du transport de l’équipement de l’Allemagne à Warri est de 2,50 millions CFA de plus par unité que le taux de transport fournie par d’autre compagnie en provenance du Canada.
Alors, nous suspectons que la S.O.A.E.M et la N.B.T.C. ont l’intention de financer leur part de la société mixte du transport fluvial à être fondée en retirant :



15 unités à 2,50 millions = 37.5 millions CFA





= 26.000.000 CFA



TOTAL


= 63.500.000 CFA


soit 50 millions directement et indirectement de la Société Krupp.
Si l’on déclare de se procurer de l’équipement nouveau,il faudrait préparer des devis et s’informer un peu partout pour l’obtention de prix favorable à un taux d’intérêt des plus alléchants.
Dès que le premier voyage sera complété, je serai alors en mesure de s’asseoir à la table à dessin et de nous préparer plans et devis pour une flotte fluviale.
Il ne sera pas négligeable non plus de s’informer pour obtenir à prix modiques des remorqueurs et des barges de deuxième main, qui pourraient faire l’affaire après avoir subit des améliorations pas trop dispendieuses.


CONCLUSION ET SUGGESTION


Aucune des propositions des sociétés Krupp, S.O.A.E.N et N.B.T.C. ne sont acceptables pour le Niger. Leurs prix de vente proposés ainsi que le coût du transport de l’équipement sont trop élevés.


Les conditions proposées pour créer une société mixte avec eux ne sont même pas discutables.
On ne peut formuler avec certitude un type d’équipementp particulier avant d’avoir entrepris les essais.
Toutefois, on voit très bien qu’il y a avantage à créer un transport fluvial. Les tarifs sont très bas et les profits très intéressants.
La façon de procéder serait :



Premièrement  :


rapatrier dans les mains des Nigériens tout le capital section de la S.N.T.N.



Deuxièment  :


au sein de la S.N.T.N. de créer une section de transport fluvial.



Troisièmement :


de louer, ou de contracter l’équipement des compagnies du Nigéria et du Mali, d’acheter de l’équipement usagé à bon compte qui répondrait ànos besoins si possible et enfin de contempler l’achat d’équipements neufs.


cette union des deux moyens de transport aurait pour effet de diminuer considérablement les frais d’administration et de gestion, de subventionner à même les profits gagnés par le fleuve, les tarifs routiers.
Il serait des plus intéressants d’entreprendre une étude économique et de rentabilité pour voir combien les coûts de transport routier et fluvial en seraient diminués, et également établir un plan de développement de cette société pour rencontrer les moyens financiers du Niger en tenant compte de tous les facteurs.


<s<FRANCOIS CORDEAU

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique