Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

N-21-025-006

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.

















+++ Estimé de Sauvé Frère Construction





++++ Construction de dépôt à Gaya 3,500 m3


= $ 400.000



Pipoline de raccordement à Niamey


= $ 60.000



(Proposition des Pétroliers total


= $ 460.000



Un entrepôt à Gaya 15,000 pis

Un quai de 400 pi de longueur.

A Gaya à Niamey le quai déjà construit servira


= $ 120.000



pour les besoins présents

Equipement de déchargement


= $ 100.000
= $ 250,000



( $ 500.00) Total


= $ 470.000


P. S. Dans les estimés de Lamarre-Valois aucune dimension de port n’est donnée et aucune prévision de stockage d’hydrocarbure a été dans leur prix, si bien que, c’est à demander si le tout ne sert pas d’un chapeau.


Les chiffres mentionnés pour le port de Gaya par la Société d’Etude sont des plus généraux. L’étude des sols et de topographie n’ayant pas encore était faite.


2. Le choix de l’équipement naviguant


i ; e ; barges et pousseurs.


Le matériel naviguant choisi par Nedeco a été copie sur le matériel en existence au Nigéria et re-copie par Lamarre-Valois sans aucune effort d’évolution.


Cet équipement fut connue par le Nigéria pour desservir la Bonue et non spécifique le fleuve Niger.


Afin d’analyser la barge continu qui se prêterait le mieux aux conditions du fleuve Niger, nous avons entrepris plusieurs excursions sur le fleuve et finalement nous avions fait un skai en mai grandeur avec des barges et un pousseur loué du Nigéria.


Egalement nous avons longuement interrogé les capitaines opérant sur le bas-Niger et nous avons conclu, en fonction de la longueur optimum pour le meilleur prix d’achat, qu’une barge de 750 tonnes soient rentable et serviable.


Le choix des pousseurs furent en fonction des courants à rencontrer, et du nombre de barge contemplée pour un convoi (voir annexe pour la description de l’équipement).


Il est à noter que le type de barge polyvalente sous le pont des liquides et en ponte du cargo général ou du cargo en vrac.


Nédeco dans son rapport mentionne qu’un tel mode de transport serait expérimental et alors, non recommandable au Niger pour débuter.


Sur les rivières en Amérique, ce type de barge est courant, il y en a 220 barges en service sur la rivière Mackenzie, depuis plus de 15 ans. On ne peut croire comment les barges polyvalentes peuvent-elles être encore expérimentables.


TABLEAU COMPARATIF
D’ACHAT DE L’EQUIPEMENT





NEDECO




LAMARRE-VALOIS




SOCIETE D’ETUDE






NB


Coût chacune


Capacité Tonne


NB


Coût chacune


Capacité Tonne


NB


Coût chacune


Capacité Tonne



Barge Citerne


20


$ 112,000


400



-


-







" Cargo


31


$ 86,500


400



-


-







2 Polyvalentes


-


-


-


25


$ 150,000


400


12


$ 195000


750



Pousseurs


8


$ 320,000


1200cv


1


$ 615000


-


2


$ 300000


1450cv



Investissement Total



$ 7,760,000




$ 6,210,000




$ 3,115,000




Note Transport des barges et des pousseurs exclus.


Le résultat de l’économie des investissements contemplés, en étudiant plus à grand des problèmes emmène une diminution énorme des dépenses d’opération.




PAR ANNEE


TONNAGE



NEDECO


$ 830.000


160.000 TONNES



LAMARRE-VALOIS


$ 788.000


160.000 TONNES



SOCIETE D’ETUDE


$ 425.000


120.000 TONNES


Remarque : Nous avons voulu éviter d’ alourdir cette note avec les reproduisant pas ici


Comme nous l’avant déjà dit, le but principal pour le Niger est d’éviter de perturber son économie, dans les deux premières années d’exploitation, pour permettre aux transports routiers et à l’OCDN de se réorganiser pour faire face à un transport de cargo limité et spécialisé et de déprécier également leurs équipements de manière à ce qu’ils ne soient pas étouffés financièrement, ce qui entraînerait une augmentation démesurée des tarifs de transport pour la marchandises qui se prêteraient mal à la voie fluviale.


Pour ces raisons, notre étude de factibilité économique ne montre qu’une petite quantité de cargo à transporter et ne couvre pas tous les produits destinés au Niger qui pourraient être favorables pour le transport fluvial.


Néanmoins, le déficit de marchandises à transporter pour remplir 3 convois dans les deux directions peut facilement être comblé par les marchandises destinées au Territoire du Nord-Ouest et à la descente par les produits agricoles de cette région du Nigéria.


Nous voulons seulement attirer votre attention sur le fait qu’avec une quantité de cargo limité, le transport fluvial non seulement qu’il se suffise à lui-même mais qu’il entraîne une baisse substantielle de prix des produits imports au Niger.


L’économie annuelle réalisée par le transport pour la République du Niger sur les 51,000 Tonnes de produits envisagés énumérés par le tableaux ci-dessous est de l’ordre de 315 M CFA soit $ 1,200,000 i.e. environ 3% du budget national.


Ces prévisions démontrent l’urgence de créer le transport fluvial.


Il n’est pas de notre essort de signaler les améliorations à apporter à la voie Dahoméenne pour accorder le transport au profit du Niger par an.


En ce moment, au Niger il y a souvent des déficits de marchandises vitales à sa population parce que le paro de matériel de transport est insuffisant. Le service reçu par cette voie a toujours été abominable.


Pas seulement que le parc de matériel est insuffisant, mais le port de Cotonou est devenu trop petit. Cette année, ils transportent la marchandise des navires sans arrêt 24 heures sur 24 et il y a toujours au moins 4-5 bateaux en rade qui ont à attendre pendant plusieurs jours.


(propos tenu par le Capitaine du Port de Cotonou récemment.)


le Niger dans son développement des voies d’accès à la mer, au lieu d’amélioration et d’agrandir la voie existante. Les pays enclavés ont trop souffert des mis infortunes des pays dont ils dépendent pour communiquer avec l’extérieur.


Pour les économistes, qui aiment tout tourner en pourcentage de rentabilité, oublie souvent que leurs calculs sont empiriques et qu’il y a des causes extérieures qui créent un impact économique au delà de leur imagination comme il se produira après l’institution du transport fluvial.


pour des raisons, tout à la fois technique et économique, nous suggérions que la livraison de l’équipement debra s’échelonner sur une période de temps, selon le cédule suivant :


fin décembre 1971- 3 barges + 1 pousseur de 1450cv
Début septembre 1972- 3 barges + 1 pousseur de 1450cv
Durant la saison 1972-73- 3 barges
Septembre 1973- 3 barges + 1 pousseur de 730cv


Nous aimerions à noter tout particulièrement que les ventisseurs miniers et industriels nous ont tous assurés qu’ils aimeraient voir un début de navigations avant d’entreprendre quoi que ce soit. Afin, qu’après avoir complété leurs investissements, de ce voir que le projet d’ouvrir la voie fluviale, demeure toujours à l’état de projet et ainsi éviter pour eux une mauvaise affaire qui aurait dû en être une bonne.


TABLEAU COMPARATIF
DES CCUTS DE TRANSPORT






VOIE FLUVIALE




VIA COTONOU




ECONOMIE


REALISEE



PRODUITS


DESTINATION


TONNAGE


CFA T/ km


CFA ton


CFA


CFA T/ km


CFA ton


CFA


CFA ton


CFA



Carburants


Niamey


15,600


3


5130


80,028,000


14,7


14796


230,817,600


9666


150,789,600



Carburants


Gaya


19,400


3


4200


81,489,000


14,7


10357


200,925,800


6157


119,445,800



Fers


Niamey


2,500


4,5


7695


19,237,500


13,0


13000


32,500,000


5305


13,262,500



Sel


Niamey


2,000


2,5


4275


8,550,000


10,0


10000


20,000,000


5725


11,450,000



Divers


Niamey


500


3,0


5130


2,565,000


15,0


15000


7,500,000


9870


4,935,000



Coton fibre


Gaya


2,000


3,0


4200


8,400,000


13,0


9100


18,200,000


4900


9,900,000



Graines de coton


Gaya


4,000


2,8


3920


15,680,000


8,0


5600


22,400,000


1680


6,720,000



Arachides


Gaya


5,000


2,0


2800


14,000,000


4,5


3150


15,750,000


350


1,750,000




Total :


51,000




229,940,000




548,093,000



318,152,900



NOTE :


distance Gaya-Cotonou


700 kms




distance Gaya-Port Harcourt


1400 kms




distance Niamey-Cotonou


1000 kms




distance Niamey-Port Harcourt


1710 kms


ANNEXE "A"


DIMENSIONS PRINCIPALES


A) BARGES(12)



Longueur Hors-tout




200,-0 ’’



Largueur Hors-membrure




36’ - 0’’



Creux




8, - 0’’



Tirant d’eau




5’ - 0 ’’



Hydrocarbure




32,200,, Pie,Cu



Huile d’arachide




10,000,, Pie,Cu



Bestiaux




300 têtes



Mouton




1,800 têtes



Cargo




750 têtes


B) POUSSEURS



Longueur




78’ - 0’’



Largueur




23’ - 0’’



Tirant d’eau




3’ - 6’’



Puissance (2)




1,500.cv



Puissance (1)




750.cv

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique