Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

N-23B-152-001

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.















NAP - 369

12.4.1971


NOUVELLE AGENCE DE PRESSE
5, rue des Pyramides
Paris 1er

BOUBOU HAMA OFFRE SON PRIX LITTERAIRE A HAMPATE BA, SON ANCIEN

N.A.P. - "Vive l’Afrique, vive la langue française".
C’est en ces termes que Boubou Hama, président du monde littéraire et politique, lors d’une réception organisée en son honneur à l’Hôtel de la Société des Gens de Lettres.
Boubou Hama recevait, des mains de Robert Corvenin, secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer, le grand prix de l’Afrique noire qui lui avait été décerné à la fin de l’année dernière. Cette fête avait un caractère largement francophone.
"Kotia Nima", le roman autobiographique de Boubou Hama couronné par l’ADELF - l’Association Des Ecrivains de Langue Françase - est, en effet, l’histoire d’une homme à la recherche d’une conciliation entre les exigences contradictoires de sa culturelle traditionnelle reçue dans son village et de la culture française apprise sur les bancs de l’école. C’est un livre profondément africain, mais dont la portée dépasse les limites du continent

La valeur d’un symbole
L’écrivain nigérien n’a pas manqué de rappeler à ceux qui le fêtaient que, dans le domaine culturel comme dans bien d’autres, Africains et Européens avaient beaucoup à échanger. "L’Afrique a appris de l’Europe le progrès technique, mais elle a conservé son antique patrimoine humaniste dont le continent voisin, pris dans le tourbillon d’une industrialisation galopante, peut recevoir les leçons avec profit".
Les propos de Boubou Hama faisaient écho à ceux d’André Malraux, en 1969 à Niamey : "La culture ne connaît pas de nations mineures, elle ne connaît que des nations fraternelles".
Boubou Hama a fait don de son prix à son ancien, l’écrivain malien Hampaté Ba. Il a donné à ce geste la valeur d’un symbole. C’est du savoir des Anciens que nous tenons, en effet, nos connaissances du présent. (N.A.P.)

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique