Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

N-23B-206-001

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.
















71.509.jb.dh
le 6 août 1971
Monsieur Oumarou Sani
Directeur des Affaires Economiques
Ministère des Affaires Economiques
Niamey

Cher Monsieur,

je n’ai pu vous rencontrer lors de mon dernier passage à Niamey car vous étiez, si je ne m’abuse, à une conférence à Cotonou. Je le regrette beaucoup, parce que je voulais rediscuter avec vous le problème de l’industrie textile au Niger.
Comme vous le savez , les frères Willot ont été inculpé en avril-mai dernier pour abus de biens sociaux et infraction à la loi sur les sociétés. Je viens de recontacter le groupe Seroussi, concurrent des Willot au Niger. Il y a trois ans, qui s’est tellement bien débrouillé à Madagascar qu’il double la capacité de son usine et a proposé aux autorités malgaches de distribuer 10% de ses bénéfices aux ouvriers de cette usine.
D’autre part, Seroussi m’avait dit qu’il était prêt à construire une nouvelle usine au Niger à des conditions encore plus avantageuses que celles promises il y a trois ans, ou prendre la suite des Willot à la Nitex, si tel était le désir du Président de la République.
Je pense que nous nous devons d’exploiter ces bonnes dispositions, d’autant que les hautes protections du groupe Willot sont sur la défensive et ne risquent pas d’intervenir de façon intempestive.
Pour pouvoir avancer nos négociations avec le groupe Seroussi, il nous faut disposer d’une situation exacte du groupe Willot avec toutes les infractions commises dans le cadre de la convention qui les lie au Niger, notamment

dans le domaine de la taxation. Si je me rappelle bien, le montant total des taxes qui devaient être versées par les Willot, s’élevait à 200 millions de francs CFA, et ils n’en paieraient à peine que les 25 ou les 50% à l’heure actuelle.
Il nous faudrait également connaître :
1. les raisons avancées par les Willot pour ne pas honorer leurs engagements ;
2. la production par branche de la Nitex ;
3. la quantité d’écrus importés ;
4. les importations de textile par branche au Niger.

Une prompte réponse me permettrait de déblayer le terrain avec Serroussi ou avec M. Epstein, son représentant à Paris, avant mon prochain séjour à Niamey au début de septembre.
Dans l’attente, je vous prie d’agréer, cher Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs.
J. Baulin

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique