Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

N-24-018-001

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.















PERSPECTIVES NIGÉRIENNES .


Décembre 1968


MENSUEL n° 24


Le Centre d’Information du Niger
souhaite à tous les lecteurs
de Perspectives Nigériennes",
un joyeux Noël et une bonne et heureuse année 1969.


SOMMAIRE


Des visiteurs néerlandais


1


"Le Parti Progressiste Nigérien - R.D.A. . . .


3 et 4


Les relations avec le Canada


5


La campagne arachidière


5


"L’exode rural , problème de fond "


6


Erratum


6

DES VISITEURS NEERLANDAIS


Du 9 au 14 novembre , le Niger était à l’heure hollandaise : de très nombreux visiteurs néerlandais arrivaient pour connaître le pays .


Il y avait tout d’abord M. Sassen , ex-ministre du gouvernement des Pays-Bas et actuellement l’un des quatorze membres de l’Exécutif des Communautés Européennes , accompagné de M. Loeff , chef de son Cabinet , et M. Frisch chef de division à la Direction générale de l’Aide au Développement de la C.E.E.


Le second groupe venant des Pays-Bas comprenait , lui , quatre journalistes , a savoir M. Knepfie ("De Nieuwe Limburger " de Maestricht ), Van’t Veer ("Het vrije Volk" d’Amsterdam ) , M. Kuiper (" De Tijd " d’Administration ) et M. Bergman ("Haagsche Courant " de La Haye), . Ils étaient les invités du gouvernement nigérien et des services de presse du Marché Commun .


Les 48 heures de séjour de M. le Ministre Sassan ont été très bien remplies . Il a pu en effet visiteur , non seulement la capitale , mais aussi , en une seule journée et dans la bonne humeur générale , Agadèz aux portes du Sahara , Zinder et Maradi . Partout , il a pu voir matérialisés , les efforts de développement du gouvernement nigérien , et aussi les projets financés par le Marché Commun .


M. Sassen , après une entrevue avec le Président de la République , a assisté à une longue séance de travail présidée également par le Chef de l’Etat et à laquelle participaient les membres du gouvernement nigérien . A l’issue de cette réunion , M. Sassen a fait une déclaration à la radiodiffusion nigérienne .


Le Ministre néerlandais a tenu d’abord à relever la forte impression laissée par le Président Diori Hamani , lors de sa récente tournée européenne , tant sur les dirigeants des six pays visités que sur les membres de la Commission de la C.E.E. . Et après avoir exprimé sa gratitude pour l’accueil que lui avait réservé le Chef de l’Etat , il ajoutait :


"J’ai été particulièrement impressionné par les progrès qui ont été réalisés depuis le début de notre coopération dans le cadre de cette Association . J’ai été particulièrement impressionné aussi par les projets qui restent à réaliser . Cette réunion de travail et les explications qu’on m’a données ont grandement contribué à mieux me faire comprendre les problèmes du Niger en général , tant dans le domaine de la formation humaine que dans le domaine du développement agricole et Économique en général . ".


"A la fin de la séance , j’ai eu l’occasion de rappeler à mes hauts interlocuteurs , que dans la vie politique , en Afrique comme en Europe , il faut toujours choisir , établir un ordre de priorité . C’est peut être l’une des tâches les plus dures dans la vie politiques mais aussi des plus indispensables , car les moyens et les ressources ne sont pas inépuisables . ".


<" Ce que j’ai à ajouter , c’est que la rencontre de ce matin , ce vaste tour d’horizon et les explications extrêmement claires qui m’ont été données , m’ont beaucoup appris et qu’au moment ou , à Bruxelles , je serait appelé moi-même à faire entendre ma voix pour la fixation de ces prioritaires , je me souviendrais de tout de ces priorités , je me souviendrais de tout ce que j’ai appris et entendu ce matin . . . " >.


Quant au groupe fort sympathique des journalistes néerlandais , si leur a été plus long , ils ont eux aussi , eu un programme fort chargé .


En avion , ils ont participé à la tournée de M. Sassen à l’intérieur du pays . En voiture , ils ont effectué un périple de quelque 250 kilomètres pour se rendre compte de visu des projets réalisés grâce au Fonds Européen de Développement , tels que des écoles primaires , quelques-uns des 100 centres d’encadrement agricole , des 535 puits forés , des 80 magasins pour Coopératives rurales , etc . Ils se sont rendus compte que l’aide de la C.E.E. au Niger avait été utilisée à bon escient . Leurs constations ont été confirmées au demeurant par M. Birindelli , contrôleur - délégué du F.E.D. au Niger , lors d’un exposé exhaustif de tout ce que le Marché Commun avait réalisé .


Ils ont également des entrevues avec les dirigeants de l’économie nigérienne , avec le Ministre de l’Information , qui a offert une réception en leur honneur .


Avant leur départ pour Abidjan , ils ont été reçus en audience par Président de la République qui a défini clairement la position du Niger dans ses relations avec les Pays-Bas , la Communauté Economique Européenne et les autres Etats africains .

"DE PARTENAIRE ASSISTÉ , A PARTENAIRE ASSOCIE "


En octobre dernier , lors de son passage à Paris , le Président Diori Hamani signait avec M. Michel Debré , ministre français des Affaires étrangères , un accord prévoyant notamment la création d’une "Commission de Coopération franco-nigérienne ". L’installation officielle de cette Commission a eu lieu le 18 novembre dernier , en présence de M. Yvon Bourges , sécrétaire d’Etat aux Affaires étrangères , arrivé de Paris .


Dans l’allocution qu’il a prononcée à cette occasion , le Président Diori Hamani a précisé que l’installation de cette commission "marque un événement d’importance dans le cours des relations entre les deux pays nous sommes fiers : l’apport par le Niger à la France d’une source d’approvisionnement partenaire généreusement assisté par la France , le Niger accède à la qualité de partenaire associé à la France " .


Le Chef d’Etat nigérien s’est étendu ensuite sur le concours prévu dans l’accord , concours complémentaire du Fonds d’aide et de Coopération qui demeure maintenu . Il a souhaité ensuite qu’une garantie gouvernementale de la France des investissements , vienne encourages le capital privé français à participer au développement du Niger .


M. Yvon Bourges a tenu de son côté à préciser que le gouvernement française partageait le point de bue du Niger tel qu’exposé par le Président de la République . Il a ajouté que , conformément aux voeux du Niger , la coopération franco-nigérienne s’organisera désormais au sein de la nouvelle commission permanente dont la compétence s’étendra à tous les domaines de l’aide .


Il a affirmé encore que l’objectif du gouvernement français était d’aider le Niger à tirer le meilleur parti possible de l’exploitation en commun de l’uranium nigérien .


Rappelons que les actions de la SOMAIR (Société des Mines de l’Air ) , constituée il y a quelques mois sont réparties de la façon suivante :


La République du Niger


20%


Commissariat de l’Energie Atomique


40%


Compagnie Minière de Mobta


20%


Compagnie Française des Mines d’Uranium


20%


Quant au gisement lui-même , ses réserves sont évaluées à 20.000 tonnes d’uranium -métal , donc plus importantes que celles du Gabon .

LE PARTI PROGRESSISTE NIGÉRIEN - R.D.A.


L’observateur étranger , même celui qui suit l’évolution économique et politique du Niger , qui prend conscience du prestige du Président Diori Hamani dans le monde en général et en Afrique d’une façon plus particulière , se rend rarement compte du rôle qu’y joue le "Parti" : le PPN / RDA au Parti Progressiste Nigérien -section du Rassemblement Démocratique Africain .


Le PPM/RDA , s’il apparaît rarement sur le devant de la scène , a pourtant une vie intense . Il forme l’ossature de la nation nigérienne en formation ; mieux militants sont les animateurs par excellence de ce pays aux ressources des plus limitées . Et le parti exige beaucoup de ses militants , et en exige encore plus à l’avenir .


Tout cela est exposé dans une brochure que vient d’éditer le Bureau Politique et ou on trouve de larges extraits du discours prononcé le 2 août dernier , a la conférence des cadres réunie à Niamey , par le Président Diori Hamani , secrétaire général du PPN/RDA .


Le secrétaire général examine d’abord quelle est la source de l’autorité au Niger , ce que représente le parti et la conscience qu’il doit avoir en tant qu’émanation du peuple . Il énonce clairement la doctrine du PPN/RDA dans ce domaine :


" C’est bien dans la fraternité que nous voici réunis ce jour , fraternité de tous ceux qui , a des titres divers , mais également honorables , détiennent une part de responsabilité dans ce qui affecte la vie de notre Pays , le sort de notre Peuples . . . ".


" Nous tous , - et moi avec vous , en ma double qualité de Chef d’Etat et de Secrétaire général du Parti - nous voici donc , je le répète , fraternellement et cumulativement responsables . ".


Mais cette responsabilité que chacun de nous détient , quelle en est la source ? Cette autorité que certaines d’entre nous exercent , quel en est le fondement ? Une seule réponse : le Parti .


"C’est le Parti , expression de notre peuple organisé qui , par la conquête du pouvoir politique , nous a placé de manière directe ou indirecte aux postes ou nous sommes . "


"C’est le Parti qui demeure le juge suplr^éme de la justesse de nos conceptions individuelles et de la valeur de notre action . ".


" Désormais , chaque militant doit comprendre que tout part du Peuple et revient au Peuple . Le Parti est l’expression authentique du Peuple et c’est son organisation , sa vitalité , en un mot son activité , que nous pouvons définir et réaliser notre programme , lequel se confond avec les larges aspirations des masses . ".


La relation qui existe entre le Peuple et le Parti et les cadres de tous ordres , d’autre part , cette relation constante .


" De même que le Peuple est le miroir du Parti , dans lequel le Parti s’examine , se reconnaît , se juge et se corrige , de même le Parti est le miroir du Pouvoir politique dans lequel le Pouvoir politique doit s’examiner , se reconnaître , se juger et se corriger . " .


" "Bien entendu , cela suppose que le miroir n’est pas un miroir déformant : mais notre glorieux Parti Progressiste Nigérien , parti de la justice , n’a pu être qualifié ainsi que parce qu’il fut , qu’il demeure et demeurera le Parti de la Vérité . ".


" Cela suppose en outre que le pouvoir politique éprouve un égal désir de vérité , qu’il se place sous tous les angles de vision et non uniquement sous celui qui lui donnerait de lui-même une bonne image satisfaisante , une bonne conscience . ".


Le Parti et la Nation


On sait que dans le quasi totalité des pays africains , le problème n° 1 est la formation de la nation , c’est -a-dire la transformation des conglomérats d’ethnies en des ensembles homogènes stabilisés . On sait aussi que la sous-estimation de ce facteur primordial est à l’origine des échecs retentissants collectionnés par les marxistes qui ont essayé d’y transposer , au mépris de la dialectique , la lutte des classes en honneur dans les pays européens arrivés au stade post-national .


Et dans ce contexte , on comprend mieux la nécessité du parti unique le système des partis multiples en fait l’expression politique des groupements ethniques , donc entrave la formation de la nation.


Analysant de façon on ne peut plus lucide le rôle du parti dans ce domaine , le Président Diori Hamani déclaré :


" L’Unité Nationale , ces deux mots qui sonnent si clair , combien de fois ont-ils été prononcés , combien de fois ont-ils été prononcés , combien de fois ont-ils été prononcés , combien de fois ont-ils été écrits ? ".


"Mais , au regard de leur répétition incessante , pouvons-nous affirmer qu’ils ont été parfaitement compris par les millions d’auditeurs et les milliers de lecteurs auxquels nos cadres et nos militants se sont adressés depuis l’accession du Pays à l’Indépendance ? ".


" Il est aisé de constater que , dans nos masses populaires , ces deux mots ont une forte résonance émotive : ils créent un merveilleux état d’euphorie collective , une remarquable communion sentimentale . ".


" Les militants et les cadres doivent se méfier des ronronnements endormir eux-mêmes . Dans l’action militantes, s’il est même recommandé d’émouvoir , de faire appel aux plus nobles passions de l’âme , il faut par contre , il faut par contre rejeter cette mécanique verbale sur l’effet musical du mot , la puissance incantatoire de la formule religieuse . . . ".


"Nous constatons que , depuis près de huit ans , l’unité national constitue un des thèmes favoris de nos paroles et de nos écrits . Mais , sur le plan de l’action , qu’en est-il exactement ? Dans quelle mesure le Parti et le Gouvernement se sont-ils rapprochés de cet objectif primordial de leur politique ? Quels nouveaux efforts le Parti et le Gouvernement doivent-ils faire pour achever le parcours ? ".


" Pour pouvoirs y répondre , il n’est inutile de tenter l’analyse sommaire du concept ; autrement dit : qu’est-ce que l’unité nationale , quelles sont les conditions de sa réalisation ? ".


Qu’elle soit déjà réalisée ou qu’elle soit en voie de réalisation , l’unité nationale a un fondement économiques : la communauté des intérêts ; un fondement psychologique : la communauté des opinions et des comportements ; un fondements ; idéologique : la volonté d’un destin commun .


"Ou en sommes-nous ? Que reste -il a faire ? Examinons ensemble la situation à la lumière des trois critères retenus plus haut . Et tout d’abord le critère économique : la communauté des intérêts . Des le départ , le Parti et le Gouvernement ont défini un plan de développement en vue d’harmoniser la croissance économique des différentes régions du Pays , en accordant priorité de l’effort national aux régions les plus défavorisées . Nous ne voulons plus entendre cette expression chère aux économistes technocrates "Le Niger utile ". Comme s’il pouvait y avoir un Niger "inutile " ! Comme si ce qui paraît inutile aujourd’hui ne sera pas le plus utile demain ! ".


" Dans le même esprit , le Plan a retenu pour objectifs globaux le développement des voies de communications et des échanges interrégionaux . ".


"Mais il reste encore beaucoup à faire pour intégrer économiquement à l’ensemble du territoire ces trois îlots que sont l’Aïr , la Komadougou et Bilma . . . ".


"La construction nationale doit primer tout : les individus et les régions . ".


"Tout le monde doit comprendre et faire comprendre que la tâche historique de notre Parti , aujourd’hui , est avec l’aide de l’Etat , de faire la Nation nigérienne unie et forte . ".


" Si nous voulons maintenir le Parti dans une orientation convenable , il apparaît nécessaire de réviser profondément ses statuts qui , je le rappelle , datent de mai 1946 , et qui ont déjà subi quelques modifications après octobre 1946 , date de la réunion à Bamako du Congrès africain , et après notre adhésion , en 1947 , au Rassemblement Démocratique Africain dont nous devenions désormais une section ".


" La révision portera d’abord sur le recrutement des militants : une sévérité accrue au moment de l’admission , un parrainage obligatoire . Nous ne pouvons ouvrir nos rangs à des individus tarés ou de moralité douteuse , à des individus tarés ou de moralité douteuse , a des condamnés de droit commun , a tous ceux qui pourraient croire que la possession de la carte du Parti peut constituer la plus sûre protection d’une conduite malfaisante . ".


"Enfin , la révision des statuts devra porter sur la déontologie du militant , c’est-à-dire sur ses devoirs : il faut que la discipline soit définie et respectée , que la discipline soit définie et respectée , que puissent être prises des sanctions allant de la réprimande à l’exclusion définitive , en passant par l’avertissement et par l’exclusion temporaire du Parti . ".


Un Parti
encore plus efficace


Dans ce passage de son exposé devant les cadres du PPN/RDA , le Président souligne clairement la nécessité d’élever le niveau général des militants en les éduquant d’une part , et en se débarrassant des poids morts de l’autre :


"Notre Parti Progressiste s’est défini comme Parti de masses . Cela veut-il dire qu’il doit avoir pour souci majeur d’augmenter sans cesse effectifs ? Nous savons que de 1946 à 1950 , le Parti avait rassemblé près de 5 000 adhérents . L’effectif atteint 300 000 en 1967 . ".


" Etre un Parti de masses , en effet , ne signifie pas tendre à enrégimenter les masses : il s’agit de comprendre et d’exprimer les larges aspirations populaires , de remplir auprès du Peuple une tâche d’éducation et d’animation politiques ; il ne s’agit pas vendre des cartes comme l’on vendrait un produit commercial , il ne s’agit pas de répandre des slogans ; il s’agit pas de répandre des slogans ; il s’agit de propager une certaine vision des choses , de faire accepter un idéal , d’orienter l’action . ".


"Les militants progressistes constituent l’avant -garde de la masse et cette avant-garde ne saurait garder sa qualité en s’alourdissant d’éléments insuffisamment éduqués , insuffisamment convaincus . Le Parti ne peut s’encombrer de tièdes , d’irrésolus ; d’important , c’est la qualité et non le nombre ; les éléments du Parti doivent constituer une véritable élite par leur intelligence , leur savoir , leur volonté , leur dévouement , leur honnêteté , leur discipline . ".


Les deux écueils


Loin de dire aux militants : "Faites-nous confiance et laisser -nous travailler ", le secrétaire général du parti , au contraire , les appelle à la vigilance , tout en les mettant en garde contre l’autre écueil , l’opposition systématique . Voici ce qu’il dit à ce propos :


"Si nos militants s’étaient comportés en maniques de l’agitation pour l’agitation , du verbalisme , du contrôle tâtillon , de la suspicion chronique , c’eût été de l’impuissance gouvernementale , l’anarchie au sens propre du terme , la porte ouverte à la démagogie , la prise du pouvoir par des équipes successives de factieux arrivistes , la caricature d’un régime démocratique , l’avortement de l’indépendance nationale . ".


" Le second danger menaçant le Parti , c’eût été l’adoption , envers ses délégués au pouvoir , d’une attitude passive de laisser-aller , procédant sans aucun doute d’une confiance totale dans leur personne et leur comportement ; confiance totale dans leur personne et leur comportement ; confiance flatteuse , certes , pour ceux qui en avaient été l’objet . ".


"Mais cet abandon d’esprit combatif , cette atonie politique , cette léthargie , eussent abouti aux mêmes résultats désastreux que l’agitation fébrile évoquée précédemment . Car l’équipe gouvernementale , coupée malgré elle du Parti , donc coupée de la masse populaire , ou bien cédait à la redoutable ivresse que provoque fatalement l’exercice de l’autorité incontrôlée et sombrait dans l’aventure fasciste ou bien , perdant de vue peu à peu les grands espoirs de la nation , se dénaturait en une sorte de comité administratif , capable sans doute d’assurer tant bien que mal la continuité de la gestion des affaires courantes , mais de plus impuissant à traiter les affaires dans une optique hardiment progressiste , impuissant à concevoir et à réaliser les réformes , impuissant à affronter et résoudre , dans une large perspective d’avenir , les grands problèmes nationaux et internationaux ".

LES RELATIONS AVEC LE CANADA


Nous avions annoncé , dans notre dernière livraison , l’octroi par le gouvernement canadien d’une aide de 2 724 000 dollars au Niger sur trois ans et embrassant des domaines aussi divers que l’extension du collège "Mariama" , la fourniture de papier pour les écoles ; des études géodésiques et des recherches pour la protection des végétaux .


Cet intérêt renouvelé du Canada , dont il faut chercher le point de départ dans la mission de l’honorable Lionel Chevrier au Niger , en mars 1968 , vient de recevoir une nouvelle illustration . En effet , à l’issue de l’audience qu’il a accordée à M. Paul Martin , ex-ministre des Affaires étrangères et actuel leader du Sénat , le Président Diori Hamani a déclaré que son hôte lui avait également annoncé la décision du gouvernement d’Ottawa de faire un don de 20 000 tonnes de blé au Niger .


M. Paul Martin , envoyé spécial du gouvernement canadien , était par ailleurs porteur d’un message personnel de M. Pierre Elliot Trudeau au Président Diori Hamani .


Le Président a déclaré aussi qu’il s’était entretenu de la prochaine conférence des ministres de l’Education des pays francophones avec l’homme d’Etat canadien et que celui-ci avait donné l’assurance que le Canada y assisterait . Selon des informations en provenance d’Ottawa le gouvernement fédéral cherche à former une délégation comprenant l’ensemble des provinces francophones . On sait que cette conférence , qui devait en principe se réunir à Niamey au début de la seconde quinzaine du mois de décembre en cours , a été reportée à une date ultérieure .


Enfin , dernier élément montrant le resserrement des relations nigéro - canadiennes , le gouvernement du Niger a nommé M. Pierre Thomas , Consul Honoraire du Niger au Canada .

La campagne arachidière


La campagne pour la commercialisation de la nouvelle récolté d’arachides bat son plein actuellement au Niger . Dans les zones de cultures aranchidières , tous les villages bourdonnent d’une intense activité .


Les arachides , on le sait , constituent le principal produit d’exportation du pays (50 à 60%) . La production de l’année dernière s’est élevée à 183 000 tonnes d’arachides décortiquées et l’on pense que cette année également la récolte sera bonne , même si elle n’atteint pas le record des 192 000 tonnes de la campagne 1966-67 .


La commercialisation de l’arachide est réglementée au Niger , pour assurer le maximum de revenus aux paysans . Elle se fait sous l’égide de la SONARA (Société Nigérienne de commercialisation de l’’Arachide ) , avec la participation de l’U.N.C.C. (Union Nigérienne de Crédit et de Coopération ) qui contrôle près du quart de la commercialisation de l’Arachide ) , avec la participation de l’U.N.C.C. (Union Nigérienne de Crédit et de Coopération ) qui contrôle près du quart de la commercialisation . Au demeurant , selon la politique du gouvernement , ce sont , de plus , des organismes à caractère public ou des coopératives qui achètent les arachides , elle constitue un monopole de la SONARA qui couvre par ailleurs les besoins des huileries locales qui en triturent environ 30 000 tonnes par an.


L’année dernière , le gouvernement avait réussi à maintenir plus ou moins les prix payés aux producteurs en dépit de la fin des conditions préférentielles des achats du gouvernement française et de la chute des prix oléagineux sur le marché mondial . Pour pouvoir faire face à ses responsabilités , il avait été amené à comprimer divers postes du prix de revient , notamment par une réduction de 36% de la prime accordée aux organismes stockeurs , de 28% des dépenses d’exploitation de la SONARA , de 40% des taxes de sorties , et de 300 francs CFA par tonne d’arachides manipulées la rémunération des entreprises de transit .


En dépit de ces efforts , la commercialisation et l’exportation des arachides à laissé un déficit de 580 millions de CFA , dont 504 ont été couverts par un crédit du Fonds Européen de Développement au titre du soutien des prix .


Un phénomène qui prend une certaine ampleur cause beaucoup de soucis aux autorités nigériennes ; les paysans du Nigeria ne pouvant commercialiser leur propre production à des conditions avantageuses dans leur pays à cause des conditions qui y prévalent , cherchent à l’écouler au Niger.


BIBLIOGRAPHIE

"L’exode rural , problème de fond "


M. Boudou Hama , président de l’Assemblée Nationale et historien bien connu vient de publier un nouvel ouvrage , consacré à un problème particulièrement épineux en Afrique et pas seulement épineux en Afrique et pas seulement au Niger , intitule "L’exode rural , problème de fond ".


Il y analyse avec sa lucidité habituelle les causes de cet exode durant les différentes étapes historiques . Il relève ainsi le changement de caractère de cette émigration au cours des dernières de cette émigration des structures patriarcales aux premiers temps du régime colonial à libéré l’individu des liens tribaux , aujourd’hui la raison profonde de l’exode réside dans la tendance des jeunes à vouloir s’arracher à l’économie de subsistance et à s’intégrer dans l’économie de marché pour jouir de ses avantages qui ont noms : cinéma , transistors , etc.


Après avoir mis en relief les côtés négatifs de cet afflux vers les centres urbains de jeunes déracinés candidats - chômeurs , le Président Boubou Hama propose un certain nombre de solutions pour endiguer au moins l’exode rural.

ERRATUM


Une erreur regrettable nous a amenés à écrire , dans la dernière livraison de Perspectives Nigériennes , que le Secrétariat Général de l’Organisation Commune Africaine et Malgache avait décidé de publier à l’occasion de la prochaine conférence au sommet de Kinshasa une "encyclopédie de l’OCAM".


Comme le précise le Secrétariat Général de cette organisation qui a son siège à Yaoundé , cet ouvrage est l’oeuvre d’une firme privée n’ayant absolument aucun caractère officiel .


Edité par le CENTRE D’INFORMATION DU NIGER
13, boulevard Haussmann - PARIS - IX


Directeur de la Publication : M. Maraval
Rédacteur en Chef : J. Baulin


Abonnement annuel : 30. francs
imprimé par Abexpress , 72, rue du Château-d’Eau , Paris -10

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique