Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

U-003-005

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.

















26/1/77

LA POLITIQUE PETROLIERE DE RYAD


Des déclarations contradictoires


L’ Arabie Saoudite a-t-elle réellement l’ intention d’ accroître sa production pétrolière pour marquer sa suprématie sur le marché ? Qui peut le dire ? Un mois après la décision de M. Yamani de briser l’ unité de l’ OPEP en n’ augmentant le prix du "brut" saoudien que de 5% les déclarations contradictoires se multiplient. A dessein sans doute.


Le 10 janvier, le Middle East Economic Survey publiait un communiqué du ministère saoudien du pétrole et des ressources minières qui précisait : "Des quantités supplémentaires de "brut" saoudien seront mises en vente conformément à la décision du gouvernement d’ augmenter la production." Au même moment le prince Saoud, ministre des affaires étrangères, affirmait à l’ envoyé spécial du Monde à Ryad : "Nous n’ avons encore pris aucune décision au sujet de l’ augmentation de notre production de "brut".


Depuis lors, la situation ne s’ est pas clarifiée. Si l’ on a appris - officieusement - que quatre compagnies européennes, dont Royal Dutch Shell, allaient se voir attribuer une partie du pétrole résultant de l’ accroissement de la production saoudienne, le ministre du pétrole de Quatar, Cheikh Abdelaziz Ben Khalifa, président en exercice de l’ OPEP, vient de répéter à plusieurs reprises : "L’ Arabie Saoudite n’ augmentera pas sa production pétrolière, et même si elle devait le faire, cette augmentation ne serait pas d’ une grande ampleur". Or nul n’ ignore les liens profonds qui unissent les deux pays wahabites du Golfe.


Pour expliquer ces contradictions, il n’ est sans doute et pas besoin de recourir à un désaccord - annoncé à voix basse par les milieux pétroliers et rappelé récemment à la télévision française par le chah d’ Iran - entre le roi d’ Arabe et son ministre du pétrole, le cheikh Yamani. Le marché suffit.


Les trois compagnies opérant en Arabie Saoudite (l’ ARAMCO, l’ Arabian Oil Company et la Getty Oil Company ont produit au cours du dernier trimestre de 1976 plus de 852 millions de barils, soit 9,2 millions de barils par jour. La faiblesse actuelle de la demande, après la constitution de stocks importants en prévision de la hausse des prix, ne rend pas nécessaire une augmentation actuelle de la production. "Nous observons actuellement le marché, étudions les besoins de nos clients. Il est trop tôt pour spéculer sur les augmentations de la production", avoue le ministre saoudien des finances.


En attendant, le verbe est une arme politique redoutable. La seule menace saoudienne fait se multiplier les rencontres entre les responsables des autres pays pétroliers pour "adopter une politique commune". Et les requêtes en faveur d’ une nouvelle conférence de l’ OPEP sont de plus en plus nombreuses.


Quant aux compagnies, elles s’ organisent "EnerPresse ", citant une source américaine, rapporte que, pour préserver le secret sur leurs enlèvements en Arabie Saoudite et dans les Emirats arabes unis, les sociétés américaines membres de l’ ARAMCO ont mis en place tout un système de noms codés. Il sera ainsi impossible de connaître le nom de leurs nouveaux clients et donc bien difficile pour les pays consommateurs de contrôler l’ origine réelle des "bruts" qu’ ils importeront. - BD

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique