Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

U-003-007

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.

















5/1/77

Pakistan


Islamabad critique vivement la décision du Canada
de suspendre la coopération nucléaire entre les deux pays


Islamabad (A.F.P.). - Le gouvernement pakistanais a condamné avec force, lundi 3 janvier, les pressions "inacceptables" du Canada concernant l’ accord franco-pakistanais pour la construction d’ une usine de retraitement de déchets radioactifs. Il a solennellement indiqué que cette usine serait construite "quelles que serait les circonstances". D’ autres part, M. Aziz Ahmed, secrétaire d’ Etat à la défense et aux affaires étrangères, a critiqué en termes vifs, au cours d’ une conférence de presse, la récente décision d’ Ottawa de ne plus alimenter en combustible la centrale nucléaire de Karachi, construite avec l’ aide du Canada et de mettre un terme à la coopération entre les deux pays dans le domaine nucléaire.


Pour le Pakistan, cette décision est "arbitraire" ; elle constitue une violation unilatérale de l’ ensemble des accords signés entre Islamabad et Ottawa. Notre pays, a déclaré M. Ahmed, a scrupuleusement respecté les termes de ces accords, notamment les dispositions lui interdisant d’ utiliser la centrale "à des fins militaires".


Le secrétaire d’ Etat a indiqué que l’ exigence canadienne de voir le Pakistan renoncer à la construction d’ une usine de retraitement constituait une ingérence dans les affaires d’ un pays souverain. Il a précisé que la fin de la coopération avec le Canada n’ entraînerait "que peu de changements matériels" dans la situation existante depuis 1974.s L’ usine de Karachi continuera de fonctionner normalement, a-t-il dit.


(Cette prise de position témoigne de l’ embarras dans lequel le Pakistan a été placé par deux décisions récentes. D’ abord, le 17 décembre, la France annonçait qu’ elle renonçait à l’ exportation d’ usines de retraitement de déchets radioactifs (cette décision ne frappe pas de nullité le contrat portant sur la livraison au Pakistan d’ une telle usine par la France, mais on sait que Paris souhaiterait plutôt voir Islamabad renoncer à celui-ci). Ensuite, le 23 décembre, le Canada indiquait qu’ il cessait toute fourniture d’ uranium au Pakistan et mettait fin à la coopération nucléaire avec ce pays. Cette décision n’ avait pas encore été rendue publique au Pakistan.


Islamabad affirme que la coopération nucléaire a été pratiquement et unilatéralement interrompue par Ottawa, depuis 1974 après l’ explosion du premier engin nucléaire indien.


La centrale nucléaire de Karachi, de 137 MW, construite avec l’ aide du Canada, n’ a jamais fonctionné à pleine capacité.)

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique