U-003-047-001

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.















LES FRANCAIS
ET LE PÉTROLE.


Comment le Français jugent le monde du pétrole, d’après une enquête S.O.F.R.E.S. Février 77, ainsi que quelques faits et chiffres concernant le pétrole et les pétroliers.

Le pétrole.


Il est précieux, mais il est aussi noir et salissant. Il est source de vie, mais aussi de querelles et de conflits.


c’est parce que de telles ambiguités existent sur le pétrole qu’il s’est créé autour de lui tant de mythes. D’autant plus que depuis quelques années, l’actualité contribue à le placer au premier plan de nos préoccupations. Sur le pétrole et les pétroliers, les idées reçues vont bon train.


Pour mieux connaître l’opinion des Français, l’industrie du pétrole et la S.O.F.R.E.S. ont réalisé, en février 1977, une enquête sur un échantillon national représentatif de 1000 personnes. Elle révèle que 81% des Français veulent en savoir davantage sur le pétrole, son avenir, ainsi que sur les compagnies pétrolières et leurs activités.


Devant l’importance de cette demande d’information, l’industrie du pétrole a décidé de répondre sur chacun des points qui lui semblent flous ou erronés dans l’esprit du public. Pour que les Français ne jugent pas sans savoir.

1. ÉNERGIE OU MATIÈRE PREMIÈRE ?


Les Français savent bien que le pétrole fait tourner les moteurs et chauffe les maisons mais ils ignorent souvent le nombre incroyable de ses utilisations.


- 28% seulement des Français sont capable de citer plus de quatre utilisations du pétrole. Celles qui sont mentionnées le plus souvent sont : l’essence, le fuel, les huiles, les plastiques, les fibres synthétiques.


80.000 produits dérivés, carburants, combustibles, matières plastiques, omniprésents dans notre vie, mais aussi le butane et le propane pour le bien-être quotidien ; c’est cela aujourd’hui le pétrole, une source d’énergie vitale et une matière première indispensable. Le haut pouvoir calorifique du pétrole, sa souplesse d’emploi, expliquent ses innombrables utilisations. Mais il ne devient pas brusquement par un coup de baguette magique, de l’essence, du nylon ou de la lessive. Il faut le raffiner.


c’est une des tâches les plus importantes des compagnies pétrolières. Le raffinage, c’est la valorisation du pétrole brut. Il fournit toute la gamme des produits pétroliers et aussi les produits de base pour l’industrie chimique et pharmaceutique. En 1976, 120 millions de tonnes ont été ainsi traitées dans les 24 raffineries françaises.


Pour y faire face, les compagnies pétrolières font appel à une technologie sophistiquée.


Le fonctionnement des installations se caractérise par un automatisme très poussé. L’ordinateur veille. Il assiste les hommes pour contrôler la marches des installations, l’optimisation des procédés, les réglages de température, de pression, de débit. Des salles de contrôle regroupent les indicateurs, enregistreurs, commandes et alarmes des unités de production.


Des écrans de télévision permettent la surveillance à distance des installations.


Une raffinerie, aujourd’hui, c’est un immense laboratoire dont on imagine mal la complexité. Le raffineur est à la fois un chimiste, un physicien et un informaticien. Sans lui, le pétrole brut ne serait pas utilisable.

2. LE PÉTROLE, ÉNERGIE DE DEMAIN ?


Les Français savent parfaitement, aujourd’hui, que le pétrole n’est pas inépuisable. Mais un certain nombre d’entre eux a tendance à minimiser l’importance des ressources disponibles.


- 58% des français pensent que les ressources mondiales de pétrole ne sont pas inépuisables, mais suffiront encore très longtemps pour satisfaire nos besoins.

- 26% des français pensent que les ressources mondiales de pétrole seront rapidement insuffisantes.

- 9% sont sans opinion.

- 17% estiment même que ces ressources seront épuisées avant 30 ans.


En fait, le pétrole reste encore l’énergie de demain. Et nous ne sommes pas si près d’en manquer. Jusqu’à présent, la découverte continuelle de nouveaux gisements nous a toujours permis d’avoir devant nous de 25 à 30 ans de réserves. Depuis le forage du premier puits, c’est-à-dire depuis plus d’un siècle, nous avons consommé 40 milliards de tonnes de pétrole.


or les réserves actuelles prouvées sont de l’ordre de 90 milliards de tonnes. Sans compter ce que l’on peut tirer des sables et des schistes bitumeux. A cela, il faut ajouter 10 milliards de tonnes supplémentaires, désormais exploitables grâce aux nouvelles techniques de récupération. Et l’on estime à 200 milliards de tonnes les réserves qu’il reste à découvrir. Cela suffira à couvrir nos besoins pendant très longtemps encore. Surtout si l’on prend soin de ne pas dilapider. Et les efforts d’exploration de compagnies sont énormes.


De nouvelles zones de production sont mises en exploitation dans les régions arctiques et équatoriales. E, 1985 le pétrole de la mer du Nord couvrira le tiers des besoins de l’ Europe occidentale. L’industrie pétrolière participe aussi à la mise au point des énergies nouvelles (solaire, géothermique) et au développement des énergies de remplacement (nucléaire, liquéfaction et gazéification du charbon). Mais le nucléaire ne dépassera pas 30% des besoins en l’an 2000 et beaucoup de Français surestiment les possibilités de l’énergie solaire. Sans parler de ceux qui imaginent des lendemains énergétiques plus proches de Jules Verne que de la réalité.


- 33% estiment que, dans 10 ans, l’énergie nucléaire sera la plus importante en France.

- 20% estiment que ce sera toujours le pétrole.

- 20% estiment que ce sera l’électricité hydraulique.

- 12% estiment que ce sera l’énergie solaire.


Contrairement à ce que les Français crient, on aura encore longtemps besoin de toutes sources d’énergie existantes et surtout du pétrole.


D’après les estimations des spécialistes, en l’an 2000 :

Le pétrole et le gaz naturel fourniront 55% de l’énergie dans le monde, le nucléaire 30%, le charbon 7% ? Lhydroélectricité 4%, et les énergies nouvelles 4%.


Le pétrole a encore un rôle important à jouer. Les compagnies pétrolières aussi.

3 ; UN PRIX EN FLÈCHE


Le prix du super a doublé en quatre ans Et quand les Français arrêtent leur voiture à une pompe, il regardent avec inquiétude tourner le compteur. Mais comment analysent-ils cette situation ?


- 54% des Français estiment que le prix du pétrole brut a, au maximum, doublé.

- 27% estiment qu’il a triplé ou quadruplé.

- 3% seulement estiment qu’il a quintuplé.


Les principaux responsables de augmentations sont :



-  Les pays producteurs ..................... pour 45% des Français

-  Les sociétés pétrolières .................. pour 25% des Français

-  Les gouvernements des

pays consommateurs ...............................pour 19% des Français


(11% sans opinions)


En réalité , le prix du pétrole brut n’a pas doublé, mais bel et bien quintuplé en quatre ans. Depuis le conflit Israêlo-Arabe de 1973, les pays producteurs ont multiplié le montant des taxes et des royalties, pris le contrôle de la production et ils fixent désormais les prix.


En août 1973, avant la crise, la France payait 85 Francs Prix moyen F.O.B. (au port de départ) la tonne de pétrole brut. Au 1er mars 1977, 464 Francs. il est inévitable qu’une hausse aussi forte se répercute sur le prix à la consommation des produits


pétroliers. Mais en France, le prix de ces produits est fixé par les pouvoirs publics et la répercussion des augmentations n’est faite, le plus souvent, que de manière tardive et partielle.

4. LES BÉNÉFICES : DES LÉGENDES TENACES ;


Les bénéfices mirifiques des sociétés pétrolières proches dans l’esprit du public des fortunes des Émirs représentent certainement l’une des légendes les plus tenaces attachées au monde pétrolier.


- 34% des Français estiment que l’industrie pétrolière fait des bénéfices beaucoup plus importants que les industries comparables.

- 24% estiment qu’ils sont un peu plus importants.

- 13% estiment qu’ils sont du même ordre.

- 4% estiment qu’ils sont plus faibles.
(25% sans opinion).


- 15% trouvent normal que les compagnies pétrolières fassent des bénéfices importants.

- 5% trouvent cela normal.
(26% sans opinion).


La réalité est tout autre. Étudions-la, chiffres à l’appui :


Chacun des 52 millions d français consomme en moyenne dans l’année 2 tonnes de pétrole sous diverses formes (fuel domestique, essence, matières plastiques....), soit une valeur de 2.207 F.


Nous avons demandé aux Français à qui allait la plus grosse part de cette somme.


- 18% des français pensent que la plus grosse part de cette somme va aux pays producteurs.

- 43% des Français pensent que la plus grosse part de cette somme va à l’État Français.

- 29% des Français pensent que la plus grosse part de cette somme va aux compagnies pétrolières.
(10% sans opinion).


La vérité est la suivante :

Sur ces 2.270 francs

- 970 F vont aux pays producteurs, dont les

9/10 ème en taxe et royalties, soit..........................................43%

- 840 F vont à l’État français sous forme de taxes,soit...............37%

- 460 F vont aux compagnies, soit............................................20%


Avec ces 20%, les compagnies pétrolières doivent couvrir la totalité de leurs dépenses d’exploitation (transport, stockage, raffinage, distribution, charges salariales, impôts) et financer leurs investissements, y compris l’exploration.


Ces investissements sont vitaux puisqu’ils doivent assurer votre avenir énergétique. Mais ils mettent en jeur des sommes considérables. D’ici à 1985, dans le monde, il sera dépensé en moyenne pour la recherche pétrolière, 1 milliards de francs (nouveaux) par jour.


Une seule plate-forme de forage revient à 200 millions de francs. La mise en oeuvre d’un gisement en mer du Nord coûte entre 10 et 15 milliards de francs pour construire et mettre en service une raffinerie de capacité moyenne et à peu près 600 millions pour construire un pétrolier de 500 000 tonnes.


Voilà où vont le "bénéfices" des compagnies pétrolières. Ils sont réinvestis. C’estt impératif.


Mais de tels efforts conduisent parfois à ds situations difficiles. En France, aux seuls stades du raffinage et de la distribution, les pertes d’exploitation ont atteint 7 milliards de francs en 3 ans. Ces pertes s’expliquent par la hausse qui a affecté toutes les charges alors que le marché se réduisait et contraignait les raffineries à tourner en dessous de leur capacité.


Ces 7 milliards de pertes n’ont pu être couverts que par le recours à l’emprunt.


- 81% des Français estiment pourtant qu’aucune compagnie pétrolière ne perd de l’argent en France.


Décidément, on continue à imaginer l’industrie du pétrole toujours florissante, alors que son endettement ne cesse d’augmenter.


A propos de l’industrie du pétrole, on a trop parlé de "super-profits", il faudrait plutôt parler de "super-investissements".

5. LE PLEIN SANS DIFFICULTÉ


Quels que soient les problèmes qui ont pu se poser, les Français n’ont jamais parcouru les autoroute à bicyclette faute d’essence et ils passent l’hiver au chaud. La sécurité d’approvisionnement assuré par les compagnies pétrolières est exceptionnelle et les Français le reconnaissent.


- 69% des Français estiment que les compagnies pétrolières assurent de manière satisfaisante l’approvisionnement de la France en pétrole, quelle que soit la situation politique internationale.


En fait, ce service qui semble aller de soi demande une infrastructure étonnamment développée et complexe.


Chaque jour, les hommes de l’industrie pétrolière effectuent des forages, travaillent sur les plates-formes et veillent sur les pipelines.


Chaque jour, des pétroliers géants partis du Golf Persique, des côtes d’ Afrique ou du Vénézuela acheminent des millions de tonnes de pétrole vers les ports Français pour approvisionner les raffineries. Chaque jour enfin, partant de dépôts répartis sur tout le territoire, des camions citernes, des trains, des péniches, parcourent la France pour ravitailler, par tous les temps, 45000 stations-service et 15000 distributeurs-détaillants de fuel domestique. Et ce n’est pas tout. Pour accroître votre sécurité,les compagnies pétrolières maintiennent en permanence plus de 3 mois de stocks. Ces réserves sont là pour faire face à des situations critiques telles que ruptures d’approvisionnements ou conditions climatiques exceptionnelles. On a trop souvent tendance à critiquer l’industrie du pétrole sans imaginer le poids de telles responsabilités.

6. STRUCTURE ET COMPÉTENCE.


Compte-tenu de l’importance de l’infrastructure à maintenir et des investissements à faire, les sociétés pétrolières ne peuvent être que de très grandes entreprises. Et de dimension internationale, de par la nature même de leurs activités.


Les Français sont d’ailleurs conscients de cette nécessité.


- 81% estiment que, compte-tenu de leurs activités, les compagnies pétrolières ont nécessairement une taille internationale.


Citons quelques chiffres. En 1976, sur 120 millions de tonnes traitées en France, un million de tonnes seulement provenaient des gisements situés sur le territoire français. Les 119 millions restants, les compagnies pétrolières ont dû les faire venir de 17 pays ; principalement les pays du Moyen-Orient mais aussi, l’ U.R.S.S., la Norvège, et même l’ Espagne.


A longueur d’année, à travers le monde, les spécialistes des compagnies pétrolières négocient les conditions juridiques et techniques des achats dans le cadre des législations propres à chaque pays.


De telles activités ne sont réalisables dans de bonne conditions que par des sociétés qui opèrent à l’échelle internationale.


A une telle dimension, une grande compétence est indispensable.


Entre les puits et la pompe à essence, plus de 400 professions interviennent au cours du long voyage du pétrole.


Des spécialistes hautement qualifiés dans les domaines les plus variés : des chercheurs, des ingénieurs, des gestionnaires.


La compétence, en la retrouve dans le choix des méthodes. Les optima économiques, les économies d’échelle, la logistique, l’analyse prévisionnelle président à toutes les actions des compagnies pétrolières.


Enfin, depuis plus de 50 ans, l’industrie du pétrole s’est forgée à travers le monde, un expérience irremplaçable du commerce et des relations internationales.


7. RÈGLEMENTATIONS :
TOUTE UNE PANOPLIE.


Les régimes de faveur, les passe-droits font aussi partie de la gamme des idées reçues suer les compagnies pétrolières.


La légende veut qu’elles soient au-dessus des lois ou que les lois soient faites à leur avantage. Même si l’opinion des Français paraît plutôt nuancée sur ce point.


- 30% des Français sont plutôt d’accord pour considérer que les compagnies pétrolières ne se conforment pas aux lois françaises.
- 31% ne sont plutôt pas d’accord avec cette affirmation.
- 39% ne se prononcent pas.


Depuis Clémenceau et Poincaré, l’ État contrôle l’industrie du pétrole.


Il s’est fixé une politique pétrolière pour garantir l’approvisionnement du pays et s’en est donné les moyens en définissant de manière très strictes les conditions dans lesquelles s’exercent les activités des compagnies.


Celles-ci sont non seulement soumises à toutes les règlementations fiscales mais aussi à un ensemble d’obligations particulières dans le cadre de la loi du 30 mars 1928, notamment :


- contrôle de l’ État sur toutes les importations,
- obligation d’assurer en permanence 3 moi de stocks de réserve,
- obligation de transporter au moins le 2/3 du pétrole à destination de la France dans des navires battant pavillon Français,
- règlementation très stricte pour l’implantation des usines, des dépôts et des stations-service.

8. UN GIGANTESQUE EFFORT
DE RECHERCHE.


Préparer l’avenir par la recherche, c’est une fonction vitale des compagnies.


Recherche permanente de nouveaux gisement bien sûr. Comme en mer du Nord ou en mer d’ Iroise. Mais aussi, recherche de nouvelles techniques, de nouvelles sources d’énergie et de nouveaux produits.


- 60% des Français estiment que les compagnies pétrolières sont des entreprises de pointe qui cherchent à trouver et à appliquer des techniques nouvelles.


Tous les jours, des ingénieurs, des physiciens, des chimistes, des informaticiens travaillent à la mise au point de nouveaux procédés, de nouveaux matériaux.


L’installation de plate-formes par 150 mètres de fond, les forages en mer profonde ou dans les terres glacées de l’ Arctique par -40°C sont autant d’impératifs auxquels doivent faire face les compagnies pétrolières.


Demain, 30% du pétrole viendra de la mer. Progressivement, les compagnies pétrolières ont dû passer de la simple adaptation des techniques classiques d’exploitation sur terre à la création d’installations radicalement nouvelles pour l’exploitation sous-marine. Ainsi, des stations expérimentales permettant une exploitation sous-marine régulière fonctionnent déjà aux États-Unis, en mer du Nord et au large du Gabon. Les compagnies pétrolières se préoccupent aussi du développement des autres énergies. Elle ont mis en service des installations de chauffage urbain par géo.


thermie. Leurs centres d’études travaillent à la mise au point des techniques utilisant l’énergie solaire (maison solaires).


Et ce n’est pas tout. Le monde qu’elle a contribué à bâtir, l’industrie du pétrole entend le conserver en "bon état de marche".


Alors, elle économise l’énergie dans ses usines et aide ses clients à diminuer leur consommation par le réglage des brûleurs, l’entretien des chaudières et l’isolation. Elle lutte en même temps contre la pollution en traitant les eaux résiduelles, les fumées de ses raffineries et en améliorant sans cesse la qualité des produits pétroliers qu’elle met sur le marché, pour en réduire les déchets de combustion.


Dans l’industrie du pétrole, plus peut-être que dans toute autre industrie, la recherche est vitale.


Ainsi, de la même façon que les Français entretiennent avec le pétrole une dialectique d’attirance et de rejet, ils témoignent d’une attitude ambigüe en face des compagnies pétrolières.


Ils les accusent volontiers de spéculer et de vivre en marge des lois.


Mais, en même temps, ils reconnaissent leur caractère vital et leur haute compétence.


- 79% des Français jugent que l’industrie pétrolière fait passer ses propres intérêts avant ceux de la population française.
- 60% pensent que l’industrie pétrolière sert l’intérêt général de la population Française.


Décidément, au-delà des idées toutes faites, les Français se rendront-ils bientôt compte que, jour après jour, l’industrie du pétrole fait tout simplement son métier ?


CENTRE FRANCAIS
D’INFORMATIONS
PÉTROLIÈRES


C.F.I.P. 16 avenue Kléber 75116 PARIS

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique