Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

U-003-070

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.















JAPON
EN VISITE AUX ÉTATS-UNIS


M. Fukuda veut convaincre M. Carter
de la nécessité pour Tokyo
de retraiter du combustible nucléaire .


De notre correspondant


Tokyo .— M. Fukuda , premier ministre , a quitté Tokyo samedi 19 mars pour Washington , où il doit avoir des entretiens avec M. Carter le 21 et le 22 . Deux sujets généraux seront à l’ordre du jour de ce premier « sommet » américano - nippon depuis les changements de gouvernement intervenus dans les deux pays : la situation économiques mondiale et le rôle du Japon dans la reprise : la stabilité de l’Extrême - Orient dans la perspective du retrait des troupes américaines stationnées en Corée du Sud .


Bien qu’ils aient pu l’espérer un moment , mes Japonais n’attendent apparemment pas de la rencontre entre MM. Carter et Fukuda un règlement du différend qui les opposent aux Etats - Unis en matière nucléaire . Le premier ministre a cependant confirmé que cette question serait évoquée et qu’il demanderait «  fermement à M. Carter de ne pas entraver l’utilisation de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques  » . Cependant , M. Fukuda devait préciser dans une interview au Los Angeles Times ; « Les différences de vues seront réexaminées ultérieurement » laissant entendre ainsi qu’aucun progrès réel n’était attendu dans l’immédiat , chacun restant sur ses positions .


Le Japon soutient la politique américaine vient a assurer la non-prolifération des armes nucléaires .


Il considère cependant que l’utilisation de l’énergie nucléaires à des fins pacifiques doit être encouragée et préconise la construction de centres régionaux de retraitement du combustible nucléaire déjà utilisé , qui permettent de multiplier par cinquante l’énergie de l’uranium .


Les États - Unis s’opposent au développement d’usines de retraitement du combustible nucléaires irradié (c’est - à - dire ayant déjà produit de l’énergie par son passage dans un réacteur ) dans la mesure où cette opération conduit à extraire du plutonium qui peut peut permettre la fabrication d’armés nucléaires . Le président Ford a souhaité en octobre dernier un arrêt du retraitement pendant au moins trois ans , et le stockage du combustible qui a été utilisé , mais recèle encore un potentiel énergétique important . Les pays pauvres en énergie , comme le Japon , estiment qu’il ne faut pas «  perdre  » cette énergie potentielle et qu’il convient par conséquent de retraiter le combustible utilisé .


En février , une mission japonaise s’est rendue à Washington pour soutenir ce point de vue et obtenir des Américains le «  feu vert  » pour la mise en œuvre du programme japonaise de recyclage du combustible . Le Japon possède actuellement une petite usine de retraitement (d’une capacité de 21 tonnes ) , à Tokaimura , dans la préfecture d’Ibaraki , qui a été construite avec la participation de la France . Cette usine a été commandée il y a dix ans ; alors que la question du retraitement ne se posait pas comme aujourd’hui .


Un veto catégorique


En puissance nucléaire installée , le Japon vient au sécond rang dans le monde , après les États - Unis . Il produit deux fois plus d’énergie nucléaire que la France , par exemple . En 1976 , la par de l’énergie électrique d’origine nucléaire produite au Japon était de 7% . Elle devrait passer à 16,2 % en 1980 et 34,4 % en 1985.


La mission nippone s’est heurtée , a Washington , à un veto catégorique des Américains dont la détermination a apparement surpris Tokyo . Les Japonais se sentent «  incompris » des Américains , mais ils ont une marge de manœuvre étroite .


D’abord , ils ont signé le traité de non - prolifération nucléaire . (En privé , certaines personnalités ne cachent pas leur amertume d’avoir ratifié un traité qui , disent-elles «  instaure une inégalité de fait entre les puissance nucléaires et celles qui ne le sont pas puisqu’on nous impose des contraintes qui ne devraient pas jouer dans le domaines civil  » )


Leurs pays dépend des Etats - Unis pour son approvisionnement en combustible nucléaire : les contrats d’achats d’uranium enrichi sont assortis de l’engagement qu’il ne sera pas retraité sans l’accord des Américains . Les États - Unis tiennent beaucoup à ces ventes de combustibles nucléaires , car elles leur permettent de réduire le déséquilibre de leur balance commercial avec le Japon .


Les Japonaise cherchent à se dégager de cette situation de dépendance en diversifiant leurs fournisseurs . Il se sont notamment tournés vers la France . Eurodif leurs fournira , en 1980 , 10% de sa production d’uranium enrichi . N’ayant pas bénéficié , comme la France par exemple , de l’effet d’entraînement d’un programme militaire . Le Japon n’en a pas moins réalisé des progrès rapides en matière . Techniquement - en supposant que les difficultés politiques soient résolues . — Il pourrait avoir , d’ici 1990 , ses propres usines d’enrichissement . Il achète déjà de l’uranium au Niger , par l’Intermédiaire de la France qui l’enrichit Une mine , exploitée e, commun par la France , d’autres des pays européens et le Japon , devrait bientôt fonctionner au Niger .


Philippe Pons

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique