U-003-083

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.















Questions diverses :
Ouganda, nucléaire, Bourse de Lyon


21.4.77


Au début de la séance les ministres avaient répondu à plusieurs questions orales M. Jung (un. centr, Bas-Rhin) réclamait des précisions sur les récents évènements qui se dont produits en Ouganda.


Ma réponse sera prudente a dit en substance M. PIERRE-CHRISTIAN TAITTINGER, secrétaire d’État aux affaires étrangères, car la communauté française en Ouganda comprend quelque 200 membres et parce que nous avons la charge des ressortissants du Commonwealth,près de mille familles. La répression en Ouganda a été "extrêmement sévère" sans qu’on sache encore exactement le nombre "élevé" des victimes. Depuis 1976, la France est exclue de la commission des droits de l’homme de l’ O.N.U., en sorte que nos moyens d’intervention se sont trouvés fort réduits.


M. CAILLAVET (gauche dém., Lot-et-Garonne) s’inquiétait des ambiguités de la politique nucléaire française et demandait si "en raison des difficultés rencontrées pour déterminer le site où serait construit le réacteur expérimental prévu dans le projet JET, il ne conviendrait pas de soumettre à un référendum national l’option nucléaire qui passionne le Français et suscite tant de controverses ?"


M. COULAIS, secrétaire d’État à l’industrie ; "L’option nucléaire prise par la France s’explique par une raison fondamentale : le triplement du coût du pétrole. L’enjeu est clair : nous avons dû importer de l’énergie pour 51 lilliards en 1975, soit quatre fois plus qu’au cours des années précédentes. L’option nucléaire peur et doit nous permettre une économie de 2 milliards de devises étrangères. En outre, elle constitue notre seule riposte possible au défi énergétique. (...) "


M. Caillavet : " Votre réponse me satisfait guère. Vous avez mis le Parlement devant le fait accompli en décidant, seuls, d’opter pour le plutonium. D’où une dépense à prévoir de quelque 5 milliards. (...) Le surrégénérateur Phoenix ? Fort bien, mais le constate qu’un consortium multinational aura par ce biais connaissance, sans contre partie, des techniques de pointe élaborées par le C.E.A."


Quant à la sécurité, alors que les meilleurs experts conviennent que la maitise n’est pas parfaite - notamment celle des éléments gazeux, - nous en voilà déjà au stade pré-industriel. Il me semble que vous devriez accepter la constitution d’une commission parlementaire - Assemblée nationale et Sénat réunis - pour étudier tous les aspects du problème. Vous ne pouvez prendre de telles décisions - véritable choix de société - sans solliciter l’avis et le vote du Parlement, représentant de la souveraineté nationale. Vous ne l’avez pas fait jusqu’à présent. Vous devez le faire. Autrement, ce serait intolérable."


Répondant à une question de M. VALLON, sénateur du Rhône (Un centr.), concernant la décentralisation des activités financières et bancaires dans la région Rhône-Alpes, M. BERNARD-RAYMOND, secrétaire d’État au budget, a notamment indiqué que les travaux d’un organisme créé par la COB avaient fait apparaître la nécessité de nouvelles initiatives en faveur de la Bourse de Lyon, en vue d’harmoniser les tarifs de courtage et de favoriser l’introduction de valeurs nouvelles parmi les P.M.E. - A.G.

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique