Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

U-003-176

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.




















Page 28 - LE MONDE - 16 septembre 1977

SCIENCES


Les États-Unis ont fait exploser une bombe atomique avec le plutonium "civil"


Un essai atomique dans le désert du Nevada a définitivement prouvé qu’il était possible de fabriquer une bombe avec le plutonium extrait du combustible d’une centrale électronucléaire "classique". Cet essai réalisé à l’instigation du gouvernement américain avait été tenu secret. Il a été révélé, mercredi 14 septembre, dans un article du "Los Angeles Times", repris par confirmée, mercredi soir, par un porte-parole de l’ERDA (Energy Research and Development Administration).


Le professeur Albert Wohistetter, de l’université de Chicago, membre de la N.R.C. américaine (Nuclear Regulary Commission), avait déjà, il y a quelques jours, parlé de cette expérience au cours de l’enquête publique réalisée par les autorités britanniques pour l’agrandissement de l’usine de retraitement de Windscale.


Le plutonium utilisé par les militaires pour fabriquer leurs bombes atomiques est en général extrait de combustibles placés dans des réacteurs spécialement conçus à cet effet : le combustible y est "brûlé" beaucoup moins longtemps que dans les centrales destinées à produire de l’électricité. Cela facilite l’extraction du plutonium : surtout le plutonium "militaire" récupéré est beaucoup moins chère en son isotope 240 (6% au lieu de 24%) nuisible à la "bonne qualité" de l’explosion qui repose, avant tout, sur l’isotope 239 du plutonium.


Le fait qu’il est possible, en dépit de cet inconvénient, de fabriquer une bombe atomique à partir de plutonium "civil" n’avait cependant jamais été sérieusement mis en doute. Tout au plus, estime-t-on que les performances d’un tel engin ne seront pas "aussi bonnes" que celles d’un engin fabriqué avec du plutonium militaire. L’administration américaine refuse d’ailleurs de donner les caractéristiques de l’explosion qu’elle a réalisée dans le Nevada.


Les risques de détournement de techniques civiles pour un usage militaire sont la base de la lutte contre la prolifération actuellement menée dans le monde, et justifient l’arrêt des exportations d’usines de retraitement, qui permettent l’extraction du plutonium des combustibles "usés". On peut d’ailleurs noter que la "révélation" américaine survient au moment où M. Raymond Barre est au Etats-Unis, alors que la France, qui ne livrera plus d’usines de retraitement, tient cependant à honorer le contrat qu’elle a signé avec le Pakistan. L’Allemagne fédérale, de son côté, qui respectera également cet embargo, livrera l’installation promise au Brésil.


Déjà en 1974
en Inde


Rappelons encore que la démonstration faite par les Américains avait été apportée dès 1974, dans une certaine mesure, par l’Inde, qui a fait exploser un engin prétendument "civil" à partir de combustible extrait d’une centrale nucléaire à eau lourde fournie par le Canada. Il est vrai que de telles centrales sont réputées donner du "meilleur plutonium" que les centrales à eau légère et uranium enrichi aujourd’hui les plus répandues.

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique