U-003-183-001

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.















Le processus d’ ajustement
Gonflement de l’ excédent dégagé par le
groupe des pays exportateurs de pétrole


Dressant la toile de fond de son analyse du fonctionnement récent du processus d’ ajustement international, le Rapport annuel rappelle 1) qu’ en janvier 1974, à la réunion du Comité des Vingt à Rome, il avait été convenu que les pays importateurs de pétrole éviteraient de pratiquer des politiques qui ne feraient que reporter leurs difficultés de paiement sur d’ autres membres du groupe et qui pourraient nuire au commerce mondial et à l’ activité économique internationale. Il rappelle ensuite 2) comment les changements qui ont suivi ont amené le Directeur général, à l’ Assemblée annuelle à Manille en 1976, à conclure que le temps était venu pour les pays de "se préoccuper davantage de l’ ajustement de leur situation extérieure au lieu de chercher simplement à financer leurs déficits". Il rappelle enfin 3) les principes généraux régissant le fonctionnement du processus d’ ajustement international qui ont été adoptés par le Comité intérimaire du Conseil des gouverneurs du Fonds à sa réunion de Manille. Le Rapport décrit l’ examen du processus d’ ajustement auquel a procédé le Fonds il y a quelques mois et il en énorme les conclusions, basées sur une analyse des principaux changements survenus dans la structure globale des balances en compte courant et sur une analyse de cas, portant sur la situation de chaque pays.


Dans l’ analyse des changements globaux, les traits caractéristiques de la structure des paiements internationaux ont été appréciés à l’ aide d’ estimations statistiques impliquant la comparaison des projections des balances en compte courant des principaux groupes de pays établies par les services du Fonds pour 1977, avec les moyennes annuelles des balances correspondantes pour les années 1967-72 (période où les mouvements cycliques ont une allure assez régulière), après majoration des prix du commerce mondial et rajustement des niveaux d’ activité économique réelle dans les divers groupes de pays, portés au niveau de 1977. Ces estimations mettent en lumière le principal changement qui s’ est produit dans la structure globale des balances en compte courant au cours de ces dernières années : a) les pays exportateurs de pétrole constituent maintenant le principal groupe excédentaire et b) le solde en compte courant des pays industrialisés n’ affiche plus, comme c’ était le cas autrefois, d’ excédent important, ces pays ayant été durement touchés par la hausse des prix du pétrole. Les estimations révèlent également que le déficit du compte courant combiné des pays en développement non exportateurs de pétrole, tel qu’ il est projeté pour 1977, est du même ordre de grandeur que le déficit rajusté de la période 1967-72. C’ est dire que ces pays, ainsi que ceux du groupe des pays de production primaire plus avancés, demeurent - ce qu’ ils ont été pendant de nombreuses années avant la hausse des cours du pétrole - d’ importants receveurs nets de capitaux et d’ assistance extérieure et, partant, des importateurs nets de biens et de services.


Le Rapport observe ensuite que, si les pays industriels ne sont plus fournisseurs nets de ressources réelles ou de financement, ils demeurent la source directe de la majeure partie du financement nécessaire aux pays de production primaire non exportateurs de pétrole pour couvrir leur déficit en compte courant (et constituer des réserves). Toutefois, les prêteurs du secteur industriel ne tirent plus les fonds en questions de l’ épargne nationale au sein du groupe des pays industriels comme autrefois, mais bien, directement ou indirectement, du placement des fonds excédentaires qui reviennent aux principaux pays exportateurs de pétrole.


Tout en retenant les jugements analytiques formés sur la base d’ agrégats statistiques concernant des groupes de pays, le Rapport souligne la diversité des situations des pays à l’ intérieur des différents groupes. Il ajoute que les ajustements nécessaires doivent naturellement être décidés par les pays eux-mêmes. Ces considérations ont été pour les services du Fonds le point de départ d’ une évaluation cas par cas (soucieuse de la compatibilité des divers résultats) de la structure externe des pays membres et de leurs perspectives. Pour chaque pays, la balance en compte courant projetée pour 1977 a été analysée à la lumière des prévisions relatives à la situation économique interne et à l’ évolution du compte de capital, et l’ on a cherché à déterminer si la balance en compte courant était devenue incompatible avec un financement soutenable, si son évolution constituait un progrès sur la voie de l’ ajustement de la balance des paiements et s’ il était probable que des mesures d’ ajustement supplémentaires s’ avéreront nécessaires au-delà de 1977.


Le Rapport donne un bref aperçu de l’ état actuel de l’ ajustement tel qu’ il se dégage de ces évaluations faites par pays, en se référant aux quatre groupes principaux de pays retenus pour l’ analyse plus générale de l’ évolution économique et des tendances du commerce mondial.


Pour ce qui est des pays industriels, l’ évaluation laisse prévoir la persistance d’ excédents dans quelques pays et le maintien, par trois des plus importants pays dont le compte courant est déficitaire et par la plupart des autres pays déficitaires, des mesures propres à améliorer leur balance en compte courant dans l’ année. Les pays de production primaire plus développés, qui sont surtout importateurs nets de capital, forment un groupe qui comprend un nombre disproportionné de membres dont l’ ajustement aux perturbations internationales de ces dernières années demeure relativement incomplet.


Pour ce qui est des pays en développement non exportateurs de pétrole, dont le déficit global en compte courant est tombé de 38 milliards de dollars en 1975 à 26 milliards de dollars en 1976, le Rapport souligne la distribution très inégale de ce déficit global entre les membres du groupe et, chez bon nombre d’ entre eux, le besoin d’ ajustement complémentaire de la balance des paiements, surtout chez ceux qui ont à porter le poids de l’ endettement externe contracté en 1974 et en 1975 lorsqu’on a commencé à emprunter fortement à l’ étranger.


Pour ce qui est du groupe des pays importateurs de pétrole, le Rapport rappelle qu’ on a parfois soutenu ces dernières années que chacun d’ eux devrait avoir une "part équitable" du déficit global en compte courant qui est la contrepartie inévitable, du moins dans l’ état actuel des choses, de l’ excédent collectif en compte courant des principaux pays exportateurs de pétrole. Toutefois, cette vue simpliste fait bon marché des importantes différences de structure de balance des paiements qui existent d’ un pays à l’ autre entre les transactions du compte courant et les flux de capitaux - différences qui tiennent essentiellement aux écarts que l’ on peut observer dans la propension à épargner et dans les besoins d’ investissement. Comme de nombreux pays accusent des déficits en compte courant qui sont trop importants pour être supportés plus longtemps, étant donné le financement disponible ou le poids de la dette extérieure, il demeure que le fonctionnement du processus international d’ ajustement serait facilité si les excédents en compte courant qui subsistent dans certains pays industriels diminuaient. Il faudrait pour cela que les pays excédentaires eux-mêmes suivent une politique de coopération internationale et que ceux des partenaires commerciaux de ces pays qui ont des déficits en compte courant appliquent avec fermeté des mesures d’ ajustement international, le Rapport annuel dégage quatre conclusions générales :


1. Un assez grand nombre de pays ont vu leurs comptes extérieurs s’ améliorer au cours des quelque douze derniers mois, en ce sens que leur position est devenue un peu plus soutenable. Dans de nombreux cas, toutefois, en 1976, la position externe des pays s’ est aggravée ou les faiblesses existantes sont devenues plus manifestes. Tout bien pesé, malgré des progrès évidents, l’ ajustement reste nécessaire ; comme l’ expérience l’ a montré, tout retard dans ce domaine peut s’ avérer très coûteux.


2. Les stratégies à suivre pour l’ ajustement doivent dépendre de la nature et de la situation du pays concerné et, à cet égard, les directives et les responsabilités diffèrent suivant que les pays sont exportateurs ou importateurs de pétrole, excédentaires ou déficitaires. Une amélioration du fonctionnement du processus d’ ajustement international dépend de plusieurs conditions dont les plus importantes sont une croissance satisfaisante du volume du commerce mondial, l’ adhésion raisonnable des pays, excédentaires et déficitaires, aux principes d’ ajustement énoncés par le Comité intérimaire dans la communiqué publié à l’ issue de sa réunion de Manille en 1976, la poursuite par les principaux pays exportateurs de pétrole de politiques de la demande, de fixation des prix et d’ investissement propres à favoriser l’ ajustement international et à répondre aux besoins de financement des pays importateurs de pétrole, et de plus gros efforts de la part des pays importateurs de pétrole pour conserver l’ énergie et développer de nouvelles sources d’ approvisionnement.


3. Pour le financement des déficits du compte courant des pays de production primaire non exportateurs de pétrole, le recyclage de l’ épargne des pays exportateurs de pétrole par le canal des marchés financiers internationaux a été relativement efficace, Néanmoins, ce recyclage n’ a pas été accompagné de mesures d’ ajustement suffisantes.


4. Etant donné la persistance de graves déséquilibres de paiements, il est possible que les ressources du Fonds fassent l’ objet d’ une très forte demande. Des programmes d’ ajustement sont sans aucun doute nécessaires dans un certain nombre de pays, et l’ expansion de l’ aide financière que le Fonds peut fournir à des conditions satisfaisantes pourrait contribuer dans une large mesure à encourager l’ ajustement international et à maintenir la confiance dans le système monétaire international. C’ est sur cette conviction essentielle que reposent les plans actuellement élaborés par le Fonds pour l’ établissement d’ une facilité de crédit supplémentaire. (Bulletin du FMI, 12 septembre 1977, page 273.)

Structure globale des soldes en compte courant
(milliards de dollars E.U.)



groupe


Moyenne

1967-72



1973


1974


1975


1976


Projections

1977



Moyenne de la période

1967-72 ajustée aux

niveaux des prix et

de la production

réelle en 1977





Principaux pays exportateurs

de pétrole


0,7


6


67


35


41


37


3



Pays industriels


10,2


12


-10


19


-1


-1


31



Autres pays non exportateurs

de pétrole

















Le plus développés


-1,7


1


-14


-15


-14


-12


-6



Le moins développés


-8,1


-11


-30


-38


-26


-25


-28



Total


1,1


8


-14


-


-


-1


...


1 Biens services et transferts privés.


2 Les prix sont ajustés d’ après un indice général des prix du commerce mondial ; la croissance d’ après les taux moyens de croissance du PNB réel (ou du PIB) dans chacun des groupes de pays.


3 Compte tenu des erreurs, omissions et asymétries que présentent les statiques de balance des paiements communiquées, et des soldes des groupes repris dans le présent tableau avec les autres pays.


4. Dans la moyenne ajustée de la période 1967-72, ce chiffre résiduel traduit essentiellement les asymétries qui apparaissent dans le traitement des groupes indiqués, et il ne se prête donc pas à une interprétation valable.


Données : FMI Rapport annuel 1977


26 septembre 1977

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique