Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

U-003-195

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.



















selon lui, de penser en priorité à couvrir les besoins nationaux par les ressources nationales. Des possibilités accrues de rentabilité existent pour le charbon (utilisé dans les centrales thermiques) si l’on tient compte de son importance sociale ou régionale et des économies de devises qu’il permettrait. Une campagne "acheter français" sera lancée par la gauche ; pour être efficace elle ne doit pas concerner que les consommateurs, mais aussi les achats d’équipements, en particulier les commandes de l’Etat.
L’objectif du P.C. est de limiter les importations à 505 milliards de francs en 1980 ( au lieu des 555 prévus par le Plan ), ce qui représenterait un simple maintien de leur proportion actuelle dans le produit national : 21%.


CONTROLE TEMPORAIRE DES CHANGES


Dans la première année de sa gestion, la gauche
"pourra être amenée à prendre des mesures de sauvegarde pour préserver les intérêts nationaux brutalement mis ne cause actuellement" par les échanges internationaux, mais "il n’est pas envisageable que la France se coupe du commerce international". La nation étant trop tributaire de certains pays (Allemagne fédérale, Arabie Saoudite), il faudra "renégocier avec


INDEMNISATION DES ACTIONNAIRES DES ENTREPRISES NATIONALISEES
. - La distinction qui est faite dans le programme commun entre petits et moyens porteurs d’une part, gros porteurs d’autre part, n’a pas été chiffrée, a déclaré M. Fiterman. Mais, a ajouté l’orateur, dans l’esprit du parti communiste, il n’y a qu’un nombre restreint de gros porteurs (quelques centaines) dont la situation pourrait être examinée cas par cas et dont les portefeuilles se chiffrent en centaines de millions d’anciens francs par personne. L’immense majorité des actionnaires a, en tous les cas, la garantie qu’elle recevra une indemnisation complète et équitable des titres qu’elle détient. Il n’y aura pas de spoliation.


RELANCE INDUSTRIELLE


"Les bases de la stratégie du parti communiste sont la satisfaction de besoins sociaux et nationaux ainsi que la consolidation de l’indépendance française." M. Fiterman a précisé qu’il faudrait d’abord relancer certaines industries actuellement bradées. L’orateur a cité la sidérurgie, le secteur de la machine-outil et les équipements lourds, l’électronique, l’informatique, les industries agro-alimentaires, l’industrie du papier.


Recours indispensable à l’énergie nucléaire


ENERGIE NUCLEAIRE


A la question qui lui était posée de savoir comment le P.C. conciliait son souci d’un nouveau type de croissance économique et son adhésion à l’énergie nucléaire qui lui vaudra de perdre de nombreux suffrages écologistes.membre du secrétariat au PCF le 17/6/77
M. Fiterman a répondu très fermement que quand des problèmes d’importance nationale étaient en jeu, les considérations
électorales n’étaient pas retenues. "Toutes les études montrent que, même en utilisant toutes les sources d’énergie possible, il est impossible de satisfaire les besoins du pays sans recourir au nucléaire. En 1983-85, la France serait dans une situation catastrophique, livrée pieds et poings liés à ses fournisseurs étrangers." Cela dit, a ajouté M. Fiterman, il faut être prudent dans le développement de l’énergie nucléaire, consulter les populations et les informer.


INFLATION, COMMERCE EXTERIEUR, BUDGET DE L’ETAT


Non seulement ne devra pas s’accélérer si la gauche arrivait au pouvoir, mais celle-ci devra "maîtriser la hausse des prix". Le déficit budgétaire sera maintenu "dans des limites raisonnables", c’est-à-dire, a précisé M. Fiterman, inférieur à plusieurs dizaines de milliards de francs (allusion faite au déficit du budget de 1975 et 1976). Quant au déficit commercial, M. Fiterman a déclaré que le chiffre retenu était actuellement en discussion avec les socialistes et les radicaux de gauche. Mais dès la première année, l’objectif sera de ne pas aggraver le déficit actuel (il s’est élevé à 20 milliards de francs en 1976 et devrait être d’environ 10 milliards de francs en 1977).


AUTOGESTION


"Nous en sommes partisans s’il s’agit d’une perspective lointaine. Mais dans l’immédiat, pour actualiser le programme commun, le parti communiste a fait des propositions pour améliorer la démocratie dans l’entreprise. Le parti socialiste, lui, n’a rien proposé."
M.Fiterman a ajouté que le parti communiste proposerait prochainement aux syndicats des rencontres pour éclairer les vues réciproques. Il ne s’agit pas pour nous, a précisé l’orateur, d’associer les syndicats au programme commun. M. Maire n’a pas de souci à se faire à ce sujet. Un syndicat n’a pas à être partie prenante dans un programme de gouvernement.

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique