Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

U-003-210

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.

















18/10/77

A L’ ETRANGER


Côte-d’Ivoire va entrer dans le club des pays africains
producteurs de pétrole


De notre envoyé spécial


Abidjan. - Deux faits sont susceptibles de stimulerde façon particulièrement sensible l’ économie ivoirienne, qui, depuis l’ indépendance, traverse une phase de prospérité continue : la hausse, décidée fin septembre, des prix payés aux planteurs de café et de cacao et l’ annonce officielle, prévue pour le 18 octobre (jour du soixante- douzième anniversaire du président Houphouët-Boigny), de la découverte de pétrole au large de l’ agglomération d’ Assinie. C’ est certainement l’ entrée de la Côte-d’Ivoire dans le club des pays africains producteurs de pétrole qui aura, à court terme, les répercussions économiques les plus importantes.


Prudents, les milieux économiques compétents insistent évidement sur le fait qu’ il n’ y a, pour le moment, aucun "boom" pétrolier en perspective dans le pays. Mais la certitude que la société Petrocl, associée à un groupe américain, a mis au jour de substantielles réserves d’ "or noir" crée un climat psychologique favorable, comme en témoignage ces propos que nous tenait récemment l’ un des membres du gouvernement : "Même si les cours du café venaient encore à fléchir, par suite du retour du Brésil et du Guatemala sur le marché mondial, les réserves de pétrole nous permettraient d’ envisager l’ avenir avec confiance..."


Ce sentiment de confiance, les Ivoiriens en éprouvent profondément le besoin. Le remaniement ministériel intervenu cette année n’ a, dit-on à Abidjan, aucune autre raison d’ être. De même, la hausse des prix du café et du cacao est motivée par le souci des dirigeants ivoiriens de stopper la baisse du niveau de vie constatée depuis 1973. Dans un cas comme dans l’ autre, il s’ agit de décisions prises personnellement par le président Houphouët-Boigny, car, dit la rumeur publique, seul le chef de l’ Etat ivoirien pense aux moins favorisés, aux plus durement atteints par l’ inflation générale persistant dans le pays.


Les planteurs de café et de cacao, qui constituent dans le sud du pays une classe particulièrement nombreuse de petits propriétaires relativement aisés, ne percevraient jusqu’à présent que 180 francs C.F.A.) (3,60 F français) par kilo de café ou de cacao, Certes, sur le marché mondial, les prix de ces deux denrées tropicales avaient "grimpé" de façon spectaculaire et le café avait atteint - record absolu - jusqu’à 1 800 francs C.F.A. (36F), avant de redescendre à 1 000 francs C.F.A. Mais en Côte-d’Ivoire, pays dont l’ économie est pourtant placée sous le signe du capitalisme libéral, la Caisse de stabilisation des prix des denrées agricoles rétribue les planteurs auxquels elle achète la totalité de leur récolte à un prix fixé par le gouvernement. Depuis le 28 septembre dernier, ce prix a été porté à 2,50 francs C.F.A. par kilo (5F) +39%.


Contrairement à ce qui se passe soit en Ouganda, où les profits tirés de la hausse du café alimentent la cassette personnelle du maréchal Idi Amin Dada , soit dans l’ empire Centrafricain, où ces mêmes profits servent à financer la préparation du couronnement somptueux du maréchal Bokassa, les réserves de la Caisse de stabilisation sont utilisées pour financer d’ importants travaux d’ infrastructure d’ utilité publique ou de développement agricole ou industriel.


Cette Caisse doit d’ ailleurs couvrir les dépenses de ramassage, de manutention, de commercialisation et de magasinage de la récolte (33 francs C.F.A. à l’ époque où le café était payé 180 francs C.F.A. au producteur), la rémunération des exportateurs (3 francs), les droits de sortie (de l’ ordre d’ une soixante de francs), etc. La Caisse doit, enfin, considérables pour faire face aux baisses éventuelles de cours ; à la suite de l’ une de ces dernières - la plus grave, - le café était tombé à 50 francs C.F.A. le kilo !


PHILIPPE DECRAENE.

LE MARCHE INTERBANCAIRE DES DEVISES





COURS DU JOUR


UN MOIS


MOIS MOIS


SIX MOIS




+Bas +Haut


Rep+ ou Dep


Rep+ ou Dep


Rep+ ou Dep



$ E.U


4,8270 4,8295


+50 +80


+120 +150


+220 +300



$ can


4,3690 4,3715


+20 +60


+75 -100


+140 +250



Yen (100)


1,9130 1,9170


+80 +110


+180 +220


+290 +470

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique