Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

U-003-285

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.

















6/7/77

Une réforme du texte réagissant l’ ERAP
permettrait la nomination de M. Chalandon
à la présidence du groupe pétrolier d’ ETAT


Le Conseil d’ Etat vient de rendre un avis sur le décret que lui avait soumis le gouvernement, la semaine dernière, pour modifier le décret du 17 décembre 1965 sur l’ organisation administrative et financière de l’ ERAP. Une telle modification est indispensable si le gouvernement veut nommer, à la tête du groupe pétrolier d’ Etat, une personnalité qui ne soit pas fonctionnaire. Même si l’ on précise dans les milieux gouvernementaux que cela ne préjuge nullement le choix prochain du président de la République, beaucoup y verront le signe d’ une nomination prochaine de M. Albin Chalandon à la place de M. Pierre Guillaumat, qui aura soixante-huit ans - âge limite - le 5 août.


Chargé, dès le 13 février 1976, d’ une mission sur les approvisionnements pétroliers de la France, M. Chalandon renonça six mois plus tard à son mandat de député pour continuer sa mission. Chez M. Chirac, alors premier ministre, on ne cachait pas que l’ ancien ministre de l’ équipement prendrait la tête de l’ ERAP et d’ Elf-Aquitaine, après avoir été nommé vice-président du groupe en janvier 1977. Une lettre de M. Marceau Long, secrétaire général du gouvernement, à M. Ornano, ministre de l’ industrie, confirmait au mois d’ août 1976 cette promesse qui aurait été faite par le président de la République lui-même, M. Giscard d’ Estaing a-t-il jamais eu l’ intention de modifier ce choix ? C’ est peu probable.


Pourtant, beaucoup d’ autres noms ont été avancés. Sans doute parce que M. Barre, lorsqu’il fut nommé premier ministre, écouta d’ une oreille plus attentive que son prédécesseur les critiques portées à l’ encontre de M. Chalandon. L’ appartenance de ce dernier à l’ inspection des finances alors que le secteur pétrolier est un fief de polytechniciens ingénieurs des mines, sa réputation d’ homme d’ affaires, liée à son passage à la tête de la Banque commerciale de Paris (groupe Dassault), son absence d’ expérience du pétrole, lui valaient quelques inimitiés dans l’ administration comme dans l’ entreprise qu’ il était censé d’ ériger à l’ avenir.


M. Barre a-t-il tenté d’ éviter ce lourd héritage en maintenant M. Guillaumat à son poste quelques mois supplémentaires ? Les déclarations de l’ actuel président-directeur général de l’ ERAP, le 9 juin, sur l’ absence de sérieux d’ une nomination in extremis ne l’ y ont pas aidé, car elles ont, dit-on, "fortement irrité" l’ Elysée.


M. Giscard d’ Estaing a repris le dossier et en décidera seul. Alors, peut-être, la nomination de M. Chalandon apparaîtrait-elle non pas seulement comme la tenue d’ une promesse, mais aussi dans la logique de la réforme de structure d’ Elf-Erap-Aquitaine de juillet 1976. En admettant que la SNEA soit "avant tout considérée comme une entreprise industrielle normale", selon les termes d’ un communiqué des ministères des finances et de l’ industrie, ne présageait-on pas que son président futur - qui est aussi celui de l’ Erap - serait un homme ayant "la mentalité du secteur privé" ?


BRUNO DETHOMAS.

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique