Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

U-003-310

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.


















UN GISEMENT D’URANIUM SERA MIS EN EXPLOITATION DANS LA HAUTE-VIENNE EN 1978


(De notre correspondant.)


Limoges.- Un nouveau gisement d’uranium sera mis en exploitation au début de l’année 1978 à Jouac, petite commune du nord de la Haute-Vienne, dans le canton de Saint-Sulpice-les-Feuilles. Il sera exploité par la société Dong-Trieu - filiale du groupe Pechiney - Ugine -Kuhimann - qui possède le permis exclusif de recherches dans ce secteur. La société exploite déjà depuis de longues années un gisement de fluorine situé à La Charbonnière, commune voisine de Lussac-les-Eglises, localité où sont installés ses services administratifs.


2/7/77


A Jouac, l’extraction du mineral se fera à ciel ouverte. A proximité, sur 5 hectares, sera implantée une usine de traitement du mineral et ses dépendances industrielles, ainsi qu’un groupe administratif (ateliers, bureaux, etc.).
L’ensemble de cette exploitation emploierait quatre-vingt-dix salariés. C’est l’E.D.F., avec qui Dong-Trieu a passé un contrat décennal, qui serait l’acheteur exclusif de l’uranium pour l’alimentation de ses centrales nucléaires.


Si ces créations d’emplois apparaissent bienvenues dans une région sous-industralisée, l’exploitation elle-même ne va pas sans susciter des inquiétudes auprès des habitants et des défenseurs de l’environnement.
Ces derniers redoutent une défiguration des lieux, et aussi que la noria des camions chargés de transporter le mineral contrarie les activités touristiques. Ils appréhendent également une pollution de la rivière, la Benaize, par le développement des eaux résiduelles de l’usine. Ce dernier, dont le débit serait de 60 mètres cubes à l’heure, doit s’effectuer après neutralisation et décantation dans un ruisseau affluent.


M.S.

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique