Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

U-003-347

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.

















29.6.77

ENERGIE
EXAMINE EN UN COMITE INTERMINISTERIEL


Le programme nucléaire ne sera pas bouleversé


Un comité interministériel s’ est réuni mardi 28 juin, à l’ hôtel Matignon, en présence de M. Raymond Barre, pour étudier le développement du programme nucléaire français. Les décisions prises doivent être présentées mercredi au conseil des ministres.


Le 17 mai, lors d’ un conseil restreint à l’ Elysée, il avait été décidé que les ministères compétents examineraient à intervalles réguliers le conditions d’ exécution du programme électronucléaire, pour coordonner l’ action administrative et permettre à Electricité de France de disposer avec le maximum d’ efficacité du nombre de site nécessaires dans des conditions de sécurité et d’ écologie satisfaisantes. La première réunion de ce type intervient quinze jours après que la commission PEON (pour la production d’ électricité d’ origine nucléaire) a remis son rapport. Les experts de cette commission n’ ont pu formuler de recommandations au gouvernement sur le déroulement de ce programme. Ils ont présenté les problèmes qui se posent en matière nucléaire civil, tant du point de vue du ministère de l’ économie et des finances que l’ E.D.F., des écologistes, des industriels et du commerce extérieur. S’ il est admis que toute augmentation de la capacité électrique doit être nucléaire, le renouvellement des tranches anciennes dépend du coût relatif du nucléaire par rapport aux coûts présumés du pétrole et du charbon dans les années qui viennent.


Or, depuis deux ans, le coût de l’ énergie nucléaire s’ est accru pour approcher 10 centimes le kilowatt-heures, contre 11,5 pour le charbon et 12,5 pour le fuel. Ces éléments, ajoutés à l’ allongement de plus d’ un an des délais de construction des centrales, au taux - mieux connu désormais - de disponibilité annuelle de ces centrales, et aux prévisions (en hausse) de la consommation future, ont amené les experts à établir une "fourchette" de 7 000 à 10 000 mégawatts pour les années 1978-1979 (le conseil de l’ énergie du 15 avril 1976 ayant autorisé E.D.F. à passer commande de centrales pour 5 000 mégawatts pour 1978, chiffre qui ne sera pas révisé) ; 13 000 mégawatts avaient été engagés en 1974-1975 et 12 000 en 1976-1977.


La décision d’ un ralentissement accentué du programme nucléaire repose entièrement sur le premier ministre. Nul n’ ignore que M. Barre, quelques semaines après son arrivée à Matignon, avait envisagé d’ étaler sur une plus longue période la construction des centrales afin d’ en mieux répartir le poids financier (un gigawatt - 1000 mégawatts - installé représente un investissement de 3 milliards de francs). Depuis lors, il a peut-être été convaincu de la nécessité d’ accroître autant que possible l’ indépendance énergétique pour épargner des devises.


Il est donc peu probable qu’ il y ait un bouleversement, même si, et cela est certain, le programme 1978-1979 n’ atteint pas celui des deux années précédentes. "Il y a un noyau dur auquel on ne peut toucher, dit-on à Matignon. C’ est sur la dernière tranche de chaque année qu’ il peut y avoir discussion." En dernier ressort, ajoute-t-on, c’ est la cohérence financière des grands choix économiques et financiers de l’ Etat qui doit jouer. Cela pourrait amener M. Barre à demander une évaluation complémentaire avant de prendre une décision. Auquel cas, le conseil des ministres du 29 juin se bornerait à une simple déclaration de principe en faveur de l’ électronucléaire.


En tout état de cause, E.D.F., qui craint une pénurie d’ électricité au cours de la première moitié de la décennie prochaine, devra procéder dans les mois qui viennent à des "ajustements de

FISCALITE
"LE BAREME DE L’ IMPOT
DOIT TENIR COMPTE
DE L’ EROSION MONETAIRE"
estime le R.P.R.


Le comité central du R.P.R. a débattu, dimanche 26 juin, d’ un rapport de MM. Alain Juppé, délégué national aux études, et Maurice Papon, député du Cher, rapporteur général de la commission des finances, sur "les orientations d’ une nouvelle fiscalité". Il s’ agit de l’ amorce d’ un "programme fiscal" pour la future législature.


M. Juppé a présenté une série de propositions tendant à humaniser les vérifications, à encourager l’ entreprise, à protéger les fruits du travail et à mieux répartir le poids de l’ impôts. Il suggère ainsi que le barème de l’ impôt sur les personnes tienne compte de l’ érosion monétaire, l’ exemption totale des contribuables ayant payé en 1977 moins de 1 500 F d’ impôt sur le revenu, la possibilité pour les personnes âgées d’ abattre 10% sur les retraites comme sur les salaires et l’ étalement sur cinq ans de

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique