Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

U-004-030

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.















moi L’ARABIE AMERICAINE


M. 4/6/74


La décision des ministres arabes du pétrole prise au Caire le dimanche 2 juin de ne pas lever l’embargo sur les livraisons de brut aux Pays Bas et de maintenir la réduction de 15% des fournitures au Danemark illustre deux phénomènes qui conditionnent l’attitude du monde arabe depuis la guerre d’octobre : l’influence déterminante de l’Arabie Saoudite dans la région et les liens solides qui rattachent ce royaume aux Etats-Unis.


M. Zaki Yamani, le ministre du roi Fayçal, s’est opposé dimanche à la levée des restrictions pétrolières imposées aux deux pays européens - pour les "punir" de "leur attitude amicale à l’égard d’Israël" - avec la même vigueur qu’il avait déployée à Vienne, en mars dernier, pour exiger la suppression de l’embargo exercé - d’ailleurs avec une tolérance frisant la complaisance - à l’encontre des Etats-Unis. Pourtant le roi Fayçal et M. Yamani lui-même juraient naguère leurs grands dieux que les pressions exercées contre Washington
seraient poursuivies aussi longtemps qu’Israël n’aurait pas achevé d’évacuer l’ensemble des territoires occupés, et au premier chef la "ville sainte de l’Islam", Jérusalem. Riad avait, il est vrai, assoupli

ses positions à la veille de la conférence de Vienne en ne demandant à Washington que de se prononcer en faveur d’une telle évacuation. Le refus du président Nixon de s’engager n’a pas calmé pour autant les ardeurs pro-américaines de M. Yamani, ni réduit sa détermination de sanctionner les Pays bas, qui s’étaient pourtant associés, le 6 novembre dernier, à une résolution des Neuf en faveur de l’évacuation des territoires occupés.



L’Algérie, qui accorde une grande importance à la coopération avec le Marché commun et qui avait été l’objet de sollicitations discrètes de la part des capitales européennes, et notamment de Paris, avait justement demandé que les mesures de rétorsion à l’égard des Pays Bas et du Danemark soient levées. Devant l’opposition de ses partenaires, dominés par l’Arabie saoudite, elle a décidé de le faire toute seule, étant ainsi contrainte de rompre la solidarité des pays pétroliers arabes à laquelle tenait tant son ministre de l’industrie, M. Abdesselam.


Comment expliquer l’attitude du roi Fayçal ? Ce n’est pas la première fois que ses représentants et

les ministres “des émirats satellites” de l’Arabie Saoudite marquent un mépris certain - le mot n’est pas trop fort - pour l’Europe tout en faisant le jeu de Washington.

Tout se passe comme si "l’Arabie américaine" tentait de faire obstacle à une entente euro-arabe et d’empêcher que se noue autour de la Méditerranée un dialogue fructueux. Sans compter que, pour plaire aux Etats Unis, M. Yamani fait une campagne de

plus en plus pressante en faveur de la baisse des prix du pétrole, au risque de mettre à mal le front des pays pétroliers arabes et non arabes réunis au sein de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole). Si l’Europe ne pouvait que se féliciter d’un fléchissement des prix pétroliers, elle a tout à craindre de l’établissement de liaisons préférentielles d’ordre économique et financier entre l’Amérique du Nord et le Golfe Persique.


Malheureusement, les pays arabes les mieux disposés à

l’égard de l’Europe - en particulier la Lybie et l’Egypte - ne parviennent pas ou ne tentent même pas de sopposer à la très puissante Arabie Saoudite. Détenteur des plus grandes réserves de pétrole, premier exportateur mondial de brut, généreux dispensateur de fonds aux pays du "champs de bataille", le royaume wahabite fait régner sa loi au Proche-Orient.


(Lire nos informations page 14.)

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique