Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

U-006-088

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.















LA VIE ÉCONOMIQUE

le 6.10.76

MONNAIES ET CHANGES


Le Fonds monétaire réviserait sa politique de ventes d’or


Le Fonds monétaire , disait-on , dans les couloirs de la conférence de Manille , pourrait réviser sa politique de ventes d’or . Le secrétaire américain au Trésor , pour sa part , prévoit une très forte aggravation des déficits des paiements pour les pays industrialisés au cours de l’année 1977 , contrepartie d’une nouvelle augmentation de l’excédent des pays exportateurs . Dans son intervention , le chef de délégation française , M. Bernard Clappier , a souligné les déséquilibres croissants qui résultent du régime des changes flottants . De nombreux autres orateurs se succéderont à la tribune de l’assemblée générale d’ici à jeudi après-midi pour exposer les points de vue des quelque cent trente membres du F.M.I. et de la Banque mondiale .


Selon des « sources informées » , révèle l’agence Reuter , le Fonds monétaire aurait décide de réexaminer , avant la fin de l’année , son programme de ventes d’or par adjudications, publiques. Cependant , la prochaine vente , annoncée pour le 27 octobre , aurait lieu , comme prévu , selon la procédure utilisée le 15 septembre (chaque adjudicataire étant servi au prix qu’il a lui-même proposé). Mais , à en croire le correspondant de l’Adefi , la « révision » de la politiques de la vente d’or pourrait même avoir lieu avant la prochaine vente aux enchères . Quoi-qu’il en soit , l’intention prêtée au F.M.I. de changer ses méthodes apparaît comme la conséquence des pressions exercées sur lui afin qu’il modifié une politique qui a eu , incontestablement , pour effet jusqu’à maintenant de peser sur les cours de l’or . Il y a quinze jours , les neufs pays de la C.E.E. demandaient au Fonds monétaire d’« assouplir » sa procédure .


Dans l’interview qu’il a donnée dans nos éditions d’hier au Monde , le premier ministre français est allé plus loin en condamnant expressément toute politique qui consisterait à orienter «  artificiellement  » à la baisse le prix du métal précieux. Même M. William Simon , secrétaire américain au Trésor , s’est mis de la partie , encore que ses propositions soient assez ambiguës . Il a suggéré qu’au lieu de procéder à des adjudications toutes les six semaines le Fonds monétaire vende de l’or toutes les semaines , mais en petits quantités capables d’être absorbées par le marché . Reste à savoir si la présence quasi-continuelle du Fonds monétaire ne serait pas un facteur de dépression . Il semble , en réalité , qu’on le but sera bien de réduire et non d’orienter la menace que font peser sur les prix les ventes du F.M.I.


L’intervention d M. William Simon n’aura pas manque d’impressionner l’assemblée générale . Pour le secrétaire américain au Trésor , la situation des parlements internationaux en 1977 a toutes chances de montrer des déséquilibres d’une ampleur rappelant ceux qui étaient apparus rappelant ceux qui étaient apparus en 1974 , c’est -à-dire l’année qui a suivi le quadruplement du pétrole . L’excédent des pays pétroliers , qui s’était réduit , si l’on peut dire peut dire , à quelque 35 milliards de dollars en 1975 et qui cette année dépassera ce chiffre , devrait , selon M. Simon , attendre en 1977 quelque 50 milliards de dollars.


Alors que le déséquilibre des pays en voie de développement devrait s’atténuer (peut-être à cause de la hausse des matières premières) , le déficit correspondant devrait surtout se concentrer sur les pays industrialisés pris globalement : à concurrences de 35 milliards de dollars de M. Simon (contre un excédent de 19 milliards en 1975 et probablement un déficit de quelques milliards en 1976).


Le secrétaire américaine au Trésor en a profité pour lancer un avertissement aux pays membres de l’OPEP sur les dangers que comporterait une nouvelle hausse des prix du « brut » , M. Simon a insisté sur le fait que beaucoup de pays sont arrivés à la limité de leurs capacité d’endettement , mais il est resté vague sur les méthodes qu’il faudrait employer l’année prochaine au cas (impossible à exclure ) où apparaîtraient des déficits de l’ordre de grandeur qu’il a mentionné.


LA DATE LIMITE DE DECLARATION POUR LE PAIEMENT DE LA TAXE PROFESSIONNELLE a été reportée du 1er octobre au 1 er décembre 1976 , indiques un communiqué du ministère de l’économie et des finances . Les personnes assujetties a cette taxe, «  qui disposent dans plusieurs communes de locaux ou de terrains affectés à leur activité professionnelle , doivent souscrire une déclaration récapitulative de leur base d’importation avant le 1er octobre . En raison des difficultés rencontrées par certaines entreprises pour se procurer les imprimés de déclaration nécessaires  » , la date limite de souscription de ces déclarations a été reculée de deux mois .


M.William s’est pratiquement trouvé seul sur un autre sujet qu’il a abordé dans son discours : celui de l’augmentation des ressources de la Banque mondiale . Selon lui , il ne serait pas opportun d’augmenter encore le capital de cette dernière institution . Il suffirait d’accroître les moyens financières mis à la disposition de l’Association Internationale de développement , filiale de la Banque spécialisée dans des prêts à long terme aux pays du tiers-monde .

M. CLAPPIER : les désordres
monétaires nourrissent l’inflation .


Dirigeant la délégation française , le gouverneur de la Banque de France , M. Bernard Clappier , a développé la thèse selon la quelle « les désordres du système monétaire international nourrissent l’inflation autant que nourrissent l’inflation autant que l’inflation est un facteur essentiel de ces désordres  ». Bien que cette thèse ne soit guère à la mode auprès des « experts » du Fonds monétaire , pour qui le régime des changes flottants est favorable au retour à l’équilibre , il est difficile de ne pas lui prêter attention , au vu notamment des remous qui ont secoué les marchés des changes européens depuis quelques mois .


« Le marché contribue a encore dit M. Clapper , a entretenir les évolutions intérieures qu’il s’agitait de contrôler .  » - P. F.

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique