Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

U-006-102

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.


















Les pays consommateurs de pétrole ne sont pas en mesure d’influencer les décisions de l’OPEP estime M. Kissinger


M. Henry Kissinger a admis, le 18 novembre, devant des hommes d’affaires américains, que les Etats consommateurs de produits pétroliers "ne seront pas en mesure d’influencer efficacement les pays producteurs aussi longtemps qu’ils ne pourront pas faire pression sur le marché".


Selon le New York Times, qui rapporte les propos du secrétaire d’Etat, ce dernier aurait ajouté : "Notre marge de décision est relativement limitée, et même si nous réussissons cette fois, ce qui est possible, le problème fondamental demeurera."


Réussira-t-on cette fois ? Rien n’est moins sûr. En effet, les experts économiques de l’OPEP, réunis à Vienne, sont convenus, au cours de leurs travaux, qu’une hausse des prix serait justifiée à partir du 1er janvier pour compenser la dépréciation de leur pouvoir d’achat causée par l’inflation. Selon l’A.F.P., ces experts recommanderaient une augmentation de l’ordre de 20 %.


Toutefois, l’ampleur que devrait revêtir cette hausse reste très controversée. Après les déclarations modérées de l’Arabie Saoudite et du Venezuela, le chah d’Iran a répété ; dans une interview publiée le 19 novembre par le journal allemand Der Spiegel, que 15 % de hausse serait "le minimum absolu" acceptable par les pays producteurs. - (A.F.P. Reuter.)



RHONE-POULENC SIGNE AVEC L’U.R.S.S. UN IMPORTANT ACCORD DE COOPÉRATION


Le groupe chimique Rhône-Poulenc vient de conclure avec l’Union soviétique un accord-cadre de coopération d’un montant global de 6 milliards de francs. Le contrat a été signé le vendredi 19 novembre par MM. Somehkov, vice-ministre soviétique du commerce extérieur, et Renaud Gillet, président du groupe.


Un communiqué précise qu’aux termes de cet accord "l’U.R.S.S. achète en France une installation sur procédés Rhône-Poulenc pour la production de produits chimiques, notamment d’engrais et d’insecticides. L’U.R.S.S. accroîtra également sur dix ans ses achats de produits Rhône-Poulenc."


21/11/76

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique