l’article de la mort et décèdera six jours plus tard_ le président Diori se résout à une ultime démarche diplomatique. Il lui adresse une lettre relevant que le gouvernement français se trouve « maintenant clairement et totalement informé de la position commune des gouvernements nigérien et gabonais », à savoir qu’ils « sont intimement convaincus de ce que les problèmes de l’uranium, de par leur dimension planétaire, exigent d’être placés sur le plan de la vie économique et du développement, et non pas seulement sur le plan commercial. » Il demande donc la reprise, « à Niamey, au plus tôt », et sur les bases précitées, des négociations franco-nigéro-gabonaises.

Dans une note datée du 2 avril 1974 de Paris, je rapporte à M. Diori Hamani le détail de ma visite au ministère de l’Industrie pour y rencontrer un ancien conseiller au Cabinet du président de la République du Niger, et membre de la délégation conduite par M. Guéna. Il me parle de la loi du marché, se rend compte qu’il peut y avoir épreuve de force, reconnaît franchement que « l’économie de marché est désavantageuse » pour le Niger, « mais on n’y peut rien » et ajoute que s’il s’agissait de multiplier par trois ou quatre le prix de l’uranium, « on pourrait discuter », « mais le Niger demande beaucoup plus » [19].

À partir de là, les événements se précipitent.

Georges Pompidou meurt le 2 avril 1974. Il est inhumé le 4 dans la plus stricte intimité. Le surlendemain, une cérémonie solennelle à sa mémoire réunit à Notre-Dame de Paris une vingtaine de chefs d’État. Le soir, invité par le président Diori à une entrevue dans son appartement de la rue Scheffer, nous discutons uranium. Le Président fait état de sa rencontre avec la Premier ministre, M. Messmer, sur le parvis de la cathédrale. Il lui avait dit : « Monsieur le Premier Ministre, je désire que la reprise des négociations ait lieu au plus tard le 17, car je compte partir le 19 pour intervenir à la tribune de l’Assemblée générale de l’ONU sur les matières premières. »

Le Président ajoute : « Messmer a certainement compris le sens de mes paroles... » M. Diori Hamani ne cache pas son optimisme. Moi non plus. Pour la première fois, le succès paraît à portée de main. Il me demande d’écourter un voyage prévu à l’étranger et de hâter mon retour à Niamey.

Le président Diori rentre au Niger le 9 avril.

Le dimanche 14,

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique