soi, constitue un condensé de mes activités de conseiller aux côtés du président de la République du Niger, entre 1966 et 1974.

Il diffère profondément de mes deux derniers ouvrages, consacrés respectivement à la politique africaine et à la politique intérieure de la Côte d’Ivoire. Il faut en chercher la cause dans le contraste entre les deux chefs d’État, entre leurs concepts politiques.

Le président Houphouët-Boigny se croyait destiné à un rôle de héraut, de guide, de champion d’un espace africain s’étendant aux autres États du continent. À l’opposé, le président Diori Hamani avait un sens profond de l’humain, le souci du Niger et une extrême modestie.

Il n’existe par contre aucune différence entre le présent ouvrage et les deux précédents quant à la méthode d’approche de la réalité. Je reste convaincu qu’en Afrique, l’objectif prioritaire est la lutte contre le complot du silence, contre le culte du secret. On ne peut prétendre dépasser durant la phase de « l’histoire présente » la collecte d’informations, de faits. Les porter à la connaissance du public revient à œuvrer pour une Afrique salubre.

Ma hâte à clarifier l’action du président Diori et mes propres activités au service de son pays découle des commentaires et critiques exprimés par le chef d’État ivoirien devant le bureau politique du PDCI (Parti Démocratique de Côte d’Ivoire), après la parution de « La politique intérieure d’Houphouët-Boigny ».

Je décidai ensuite d’en différer sine die la publication quand il fut question de libérer M. Hamani Diori au printemps 1984. Il ne le fut pas.

Je m’apprêtais donc à publier le livre quand, en avril 1985, le Président, ayant appris l’existence de mon manuscrit, me demandait d’en différer la sortie. J’ai attendu toute une année avant de me résoudre à transgresser son vœu.

Un dernier mot. Le caractère « souvenirs », « mémoires », de ce livre, m’amènera à recourir encore, comme dans les lignes qui précèdent, à l’usage de la première personne du singulier. Le lecteur voudra bien m’en excuser.

<< 1 2 3 4
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique