Le problème se présente évidemment sous un jour plus complexe. Cette aide a, de prime abord, une tare majeure : elle est toujours assortie de conditions politiques. Tous le monde sait aujourd’hui que les dollars se paient en alliance militaire (sauf s’il s’agit de pays déjà communistes, comme la Yougoslavie et la Pologne) ; et tout le monde sait depuis des siècles qu’un petit État n’est jamais vraiment l’allié d’un immense empire, qu’il n’en peut être que le satellite. Or, tous les dirigeants nationalistes, sans exception, ne peuvent - même s’ils le voulaient - accepter de telles conditions. Car cela reviendrait à s’allier à « l’impérialisme », donc à se discréditer devant l’opinion publique arabe.


En somme, si l’on veut éliminer ce premier obstacle, il faudrait suivre le conseil donné par l’homme d’État australien, M. Robert Menzies, et fournir aux « nations du moyen Orient qui en éprouvent le besoin, une aide économique sans conditions... »


D’autre part, l’aide proprement dite se décompose en dons du gouvernement américain et en prêts de la Banque internationale pour la Reconstruction et le Développement.


Les dons - qui comprennent généralement des armesLe quotidien libanais de droite Al Hayat signalait le 20 novembre 1957 que l’administration de l’Assistance technique (!) américaine avait fait don d’un lot d’armes du modèle le plus récent aux forces de police libanaises. - représentent une somme relativement négligeable. Le Monde relevait que « la somme de 200 millions de dollars - à répartir entre douze États - dont dispose la doctrine Eisenhower... est moins importante que celle accordée par la France au Maroc et à la Tunisie (267 millions de dollars) » Et le rédacteur du Monde ajoutait : « Prétendre

acheter un mouvement nationaliste, passe encore, mais espérer l’enlever au rabais... »


La situation touchait à l’absurde avec le fameux Point IV lancé par le président Truman. La somme affectée par le Congrés à ce plan d’assistance technique se montait à 35 millions de dollars pour la période allant de juin 1950 à décembre 1951. D’autant plus absurde qu’en 1949-1950 l’aide américaine à l’Europe était de 3 628 millions de dollars. Et les 35 millions étaient destinés en principe au relèvement économique de tous les pays

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique