différentes couches sociales de Côte d’Ivoire. Il échouera en dépit des manipulations de bulletins, de chiffres, comme il avait échoué dans ses efforts pour susciter contre Félix Houphouët une candidature particulièrement périlleuse, celle de Ouezzin Coulibaly.
Mauduit échouera car il sous-estimait un paramètre décisif, le Syndicat Agricole Africain, son prestige, ses ramifications, son organisation. Et Houphouët, à travers le S.A.A., ne personnifiait-il pas la première victoire des Noirs sur les Blancs, victoire affirmée déjà lors des élections municipales ?
Face au Baloum Naba quasi analphabète , mais sûr de monopoliser la masse des voix des électeurs mossis, et à l’avocat Binzème entretenant ses auditeurs des problèmes constitutionnels, le candidat Houphouët développe un programme solide, intelligent [44].
Il se réclame de toutes les autres couches sociales du pays, travailleurs manuels mis à part. « Je suis de tous les milieux, dit-il… Chef de canton, ancien fonctionnaire, planteur, transporteur, oncle de commerçants et d’employés de commerce, je connais vos immenses devoirs mais aussi vos droits… Il n’y a pas un seul homme de bonne foi dans cette colonie qui puisse dire que j’ai failli à mes devoirs de médecin, de chef de canton, de propriétaire terrien… ».
Il demande l’« institution d’une Colonie autonome de l’Empire Mossi, si le pays Mossi le demande ». Sans doute pour satisfaire les Mossis, mais aussi très probablement pour lever l’hypothèque électorale mise en relief par le nombre relativement élevé d’électeurs Mossis.
On l’accuse, suprême insulte, d’être anti-français. « Je suis assez intelligent, réplique-t-il, pour comprendre, admettre, que nous, Africains, ne pouvons nous passer de la France. »
Oui, il a combattu pour la « liberté du travail et la juste rémunération du travail », et il combattra pour « la suppression de la main-d’œuvre forcée ».
Il réclame des réformes pour toutes les catégories sociales ou presque, les planteurs bien entendu venant en tête, et les fonctionnaires en queue de liste.
Sa fortune personnelle lui permettra de couvrir une bonne partie des frais de la campagne électorale.
Au soir du 25 octobre 1945, le candidat du S.A.A. est proclamé élu. Toutefois, par suite « de prétendues erreurs qu’aurait commises le bureau de poste de Mankono », M. Félix Houphouët sera mis en ballotage pour être définitivement élu le 3

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique