groupe 18

Divers


1er groupe
2e groupe 2
3e groupe 7

En somme, en 1965, l’ensemble des secteurs secondaire et tertiaire se trouvaient contrôlés par le capital étranger.
La grogne, quoique en cercle fermé, s’amplifie jusqu’à devenir audible au palais présidentiel. D’où le discours de Man déjà cité.
Effectivement, les jeunes intellectuels groupés dans la Fonction publique, jusque-là seul déversoir, se montrent impatients. Ils ne peuvent plus, ils ne veulent plus attendre. Eux qui avaient senti le vent du boulet durant la période des complots et voient le Président chercher leur appui et leur consentir de multiples avantages, s’enhardissent. Les promotions et les augmentations de soldes paraissent dérisoires et de toute façon ne leur suffisent plus. Ils le savent, l’argent, source d’aisance et de prestige à la ville comme au village natal, se trouve ailleurs. L’Eldorado, ce sont les affaires, le commerce, l’import-export. Ils veulent s’y lancer. Une transaction, un permis d’exportation, un seul, peut leur rapporter, ils le savent, l’équivalent de plusieurs années de solde.
C’est dans ce contexte que, lors d’une discussion avec M. Siaka Coulibaly, alors directeur du Commerce Extérieur, si ma mémoire est bonne, il me dit tout à coup :
« Puisque le Président vous a chargé de la promotion économique de la Côte d’Ivoire, pourquoi ne lui suggérez-vous pas de nous permettre d’y participer… »
Je lui demande si je puis le citer. « Surtout pas », me répond-il.
Je vais donc voir le président Houphouët-Boigny et lui rapporte les propos d’un « haut fonctionnaire ivoirien ». A mon très grand étonnement, au lieu des discussions, des questions ou des interrogations habituelles, il me répond : « Remettez votre retour à Paris et venez me voir après-demain » [28].
La réponse, apparemment sibylline du Président, vient à l’heure prévue. Il me dit simplement : « Tous les citoyens ivoiriens sont égaux », et change de sujet. Je transmettais la réponse à M. Siaka Coulibaly qui, lui, comprit immédiatement qu’il s’agissait d’un feu vert.
C’est dans le contexte de cette effervescence des cadres du pays qu’est finalement

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique