officialisé l’abandon de la chimère d’une société ivoirienne bucolique, épargnée par la lutte des classes, d’une société sans hommes d’affaires, sans capitalistes. Cette officialisation se fait à travers la Loi-Plan de 1967 dont les auteurs affirment :
« … La formation d’une classe d’entrepreneurs ivoiriens est la base du développement à long terme de l’industrie nationale ; il est d’autant plus urgent d’entreprendre cette tâche qu’elle sera longue et difficile » [29]
Pour atteindre cet objectif, la Loi-Plan prévoit, comme seconde priorité, la création d’un « office national de Promotion de la petite et moyenne entreprise ivoirienne… chargé de porter assistance aux entrepreneurs ivoiriens » [30].
La solution du problème paraît tellement urgente que moins de quatre mois plus tard, naît « l’Association pour la Promotion de la Petite et Moyenne Entreprise de Côte d’Ivoire ». Selon son président, M. Konan Lambert, cette APPMECI se fixe comme objectif « de promouvoir, dès à présent, une nouvelle catégorie sociale, celle des entrepreneurs ivoiriens » [31]. M. Konan Lambert ne se fait toutefois guère d’illusions sur les difficultés de sa tâche :
« Nos cadres, déclare-t-il, ont reçu une éducation scolaire pour servir une administration qui a longtemps constitué la principale activité du pays…
« [D’autre part], les compagnies étrangères en Côte d’Ivoire, en majorité françaises, n’ont procuré que peu de possibilités et peu d’occasions d’avancer au-delà des niveaux d’employés de bureaux. »
Mais le problème de formation, s’il constitue un obstacle à la naissance d’une classe d’entrepreneurs, de capitalistes ivoiriens, ne représente pas la principale difficulté. Dans sa réponse à M. Konan Lambert, le ministre des Finances, M. Konan Bédié, tient en effet à rappeler brutalement que ces mêmes sociétés françaises « sont solidement implantées sur le marché et qu’elles possèdent les capitaux et les techniques nécessaires… qu’elles bénéficient de la quasi-totalité des crédits distribués par les banques commerciales ».

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique