D’où la nécessité d’une intervention multiforme de l’État pour aider les entreprises ivoiriennes naissantes. Aussi, le ministre annonce-t-il la création du « Fonds de Promotion des Petites et Moyennes Entreprises… qui disposera de dotations en provenance de la puissance publique… [et] sera habilité à avaliser partiellement les concours consentis à ces entreprises allégeant, pour les banquiers prêteurs, les risques… »
Quelque six mois encore, toujours avec cette hâte, cette efficacité inusitée qui mettent en relief le caractère d’urgence de l’affaire pour les autorités, la loi 68-342 du 29 juillet 1968 portait création de « l’Office National de Promotion de l’Entreprise ivoirienne… »
Mais je reste convaincu que tous ces textes législatifs et autres n’auraient pas eu beaucoup d’effets positifs et rapides, n’étaient le dynamisme, le sens personnel des affaires de M. Konan Bédié [32]. Il fut sans aucun doute le promoteur de la percée de la bourgeoisie ivoirienne dans les secteurs secondaire et tertiaire. En effet, il n’a pas hésité à utiliser toute une gamme de moyens, y compris les moins orthodoxes, comme par exemple l’octroi à certains de ses proches de droits d’exportation de café et de cacao, pour leur permettre de constituer les mises de fonds initiales.
Ainsi, nommé ministre délégué à l’Économie et aux Finances le 21 janvier 1966, et s’appuyant sur ses principaux amis-associés, à savoir MM. Pierre Billon, Aimé Barou et Konan Blédou, il créait, l’une à la suite de l’autre, des sociétés purement ivoiriennes ou à majorité ivoirienne, spécialisées dans les différents domaines de l’économie. On a vu éclore ainsi :
⎯ Comafrique (Société Ivoirienne d’Expansion Commerciale) en 1966 ;
⎯ Licotra (construction et T.P.) en 1966 ;
⎯ Socipec (Société ivoirienne de participation économique) en décembre 1966 ;
⎯ IMCI (Industries Métallurgiques de Côte d’Ivoire) en novembre 1967 ;
⎯ SOGIEXCI (Société Générale d’Importation et d’Exportation de Côte d’Ivoire) en juillet 1968 ;
⎯ API (Industries de transformation de produits agricoles) en novembre 1968 ;
⎯ SOCIAGRI (Société Ivoirienne d’Expansion Agricole) en mai 1969 ;
⎯ SEMI (Société des Eaux Minérales Ivoiriennes) en juillet 1969 ; <br class=’manualbr’

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique