« s’abattre sur son verger une nuée de paysans jeunes et vieux » venus lui offrir leurs bras à titre « bénévole »… [14].
En somme, à la veille du « Rendez-vous de le réconciliation », le président Houphouët-Boigny avait atteint pleinement son objectif, à savoir l’extension numérique, le renforcement de la classe des planteurs, en y associant, en y incorporant, toute l’élite politique du pays.
Un souvenir personnel. Au moment de mon départ de Côte d’Ivoire, en 1969, un préfet que j’avais connu bien démuni en 1964, m’avait confié avoir obtenu le défrichage, le désouchage et la plantation de quelque
300 hectares de cocotiers, bananiers, palmiers, etc. S’il a maintenu le même rythme d’expansion, il doit en posséder beaucoup plus à l’heure actuelle sans se considérer, par comparaison à d’autres, comme un grand planteur.
Effectivement, certains ont des milliers, sinon des dizaines de milliers d’hectares de plantations. Le ministre de l’Agriculture, M. Sawadago, le laissait entendre, tout en ne mentionnant aucun chiffre, lors de la remise, en décembre 1970, des insignes de Commandeur du Mérite Agricole à « nos grands planteurs ».
_« M. le Président Philippe Yacé, déclarait-il, si vous êtes la deuxième personnalité ivoirienne dans le domaine politique, vous l’êtes aussi en tant que planteur, venant immédiatement après Son Excellence le président Houphouët-Boigny…
« Vous êtes… notre premier planteur de cocotiers, tant pour la superficie que pour les rendements.
« Mais vous êtes aussi, poursuivait-il, notre premier planteur individuel de palmiers sélectionnés et le premier producteur de bananes pour l’exportation.
« De plus, vous êtes grand planteur d’avocatiers, grand éleveur, riziculteur et vous démarrez dans la production d’ananas pour l’exportation en frais et du cacao… »
S’adressant ensuite au ministre d’État Ekra Mathieu, il précisait qu’il était « avec le Président Yacé, l’un de nos trois premiers planteurs ivoiriens de bananes, tant par la qualité que pour le tonnage…, l’un des pionniers de la culture de l’avocat et de l’ananas… » [15]
En octobre 1969, lors de l’une des nombreuses

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique