entre (lui) d’une part et la France
et Houphouët-Boigny de l’autre". Il la rejettera.. Les problèmes administratifs seront rapidement réglés, et il donnera les instructions nécessaires pour qu’on me renouvelle mon passeport diplomatique . Ce qui sera fait le 27 mai 1969. Je l’utiliserai jusqu’en janvier 1970.



Ces quelques paragraphes indiquent bien qu’en dépit de mes nombreuses critiques de la gestion de l’économie ivoirienne et surtout de mon hostilité à sa politique au Biafra, mes relations avec le président Houphouët-Boigny étaient restées correctes, voire amicales.
Elles changeront du tout au tout avec le "doctorat" de Konan Bédié.


Le récit succint de l’affaire paraît nécessaire dans la mesure où l’intéressé a failli être éliminé, pour toujours - du moins on le croyait à l’époque - de la course à la Présidence de la République.


Au tout début de décembre 1968, à Abidjan, au plus fort des discussions sur l’affaire du blé, un expatrié, professeur à l’Université, au cours d’une rencontre au restaurant "Relais de Cocody", m’avait dit, entre autres : "Vous savez, Bédié prépare un doctorat"
. Et il avait éclaté de rire. Je lui avais répondu :
" Pour quoi faire ? "
. Sa réponse ? :
" Demandez-le-lui". J’ai oublié de le faire.


Deux semaines plus tard, un autre expatrié, membre du brain trust du ministre de l’Economie et des Finances, de passage à Paris, déjeune avec moi. Il ne croit pas au succès des efforts de M. Diawara pour mettre sur pied un organisme de coordination, me donne de nombreux exemples de gabegie, et me dit, en partant : "Bédié va obtenir son doctorat sans se fatiguer ; les Ivoiriens "au parfum" sont écoeurés." Il ne veut pas en dire davantage. Je suis de plus en plus intrigué.


Le 25 ou le 26 janvier 1969, c’est-à-dire bien avant la liquidation définitive des bureaux du Centre d’Information et de Documentation Ivoirien, Jean Kessé, mon ancien adjoint ivoirien, vient avec un texte manuscrit et me dit qu’il s’agit d’un article relatif à la thèse de Doctorat soutenue par Bédié à Poitiers. Il me demande si l’une de nos secrétaires accepterait de la taper d’abord et de le télexer ensuite à

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique